Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Open-data

L’open-data au service des citoyens confinés

Publié le 02/04/2020 • Par Alexandre Léchenet • dans : A la une, Actu ingénierie publique, Dossiers d'actualité, France

Ca reste ouvert
Capture «Ça reste ouvert»
La constitution de fichiers ouverts et réutilisables montre plus que jamais son utilité alors que beaucoup de Français restent à domicile et se tournent vers les outils numériques. A l'occasion de la crise, certaines collectivités essaient d'aider leurs administrés en mettant en ligne de nouveaux jeux de données.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Les données réinventent les politiques publiques

Le gouvernement et les agences nationales essaient de multiplier les publications pour une meilleure information, plus de transparence et une pédagogie autour des mesures prises. Certains fichiers traitent directement de la situation sanitaire. La collectivité territoriale de Corse propose ainsi des extraits des bases nationales sur le nombre de personnes hospitalisées des suites du Covid-19 ou la localisation des services d’urgence.

Pas de systématismes bien sûr dans les collectivités et selon nos recherches, peu de fichiers sont apparus depuis le début de l’état d’urgence sanitaire. La ville de Marseille a publié la liste des regroupements scolaires ouverts pendant la période de confinement et Toulouse a listé les centres de santé ouvert à la suite de la crise sanitaire.
L’Ile-de-France renseigne de son côté sur les pharmacies ouvertes dans la région.
A Tours, un fichier permet de connaître les nouveaux horaires de collecte des déchets.

Données pratiques

Outre ces données relatives à l’aspect sanitaire, les collectivités publient des jeux de données destinés à faciliter la vie des habitants en ces temps de confinement. Le jeu de données le plus fréquemment publié est une liste des commerçants ouverts ou proposant la livraison.
C’est le cas par exemple à Paris ou à Issy-les-Moulineaux. Dunkerque propose une liste des producteurs alimentaires locaux.

A Paris, la carte est le fruit du travail de plusieurs directions de la ville, entre celle de la communication qui recueille les informations auprès des commerçants volontaires et celle de l’informatique qui génère une carte pour le site, ainsi qu’un fichier pour la plateforme open-data.

Ces informations utiles pour trouver les commerçants ouverts, une initiative citoyenne et bénévole a commencé à les répertorier au niveau national : c’est l’initiative «Ça reste ouvert». Le site exploite les données d’Open Street Map (OSM) et les informations laissées par les utilisateurs pour informer sur les commerces ouverts à proximité, ou sur ceux qui proposent des livraisons.

Capture2

«De nombreux commerçants découvrent OpenStreetMap à l’occasion de la crise et souhaitent y être référencé, nous répond l’équipe du site. C’est l’illustration de la puissance de l’open data appliqué à une plateforme communautaire. »

La plateforme prévoit par ailleurs de se nourrir de nombreuses autres données dans les prochains jours. Et elle met à disposition les données sur data.gouv.fr.

Elle peut aussi compter sur l’appui de collectivités locales, qui vont directement nourrir OSM pour renseigner les administrés. «Des élus de la ville ont mis en ligne un formulaire pour demander aux commerçants de signaler s’ils restaient ouverts ou livraient, explique la mairie de Bordeaux. Ensuite, on s’est demandé comment on allait mettre en ligne ces résultats. Dans un premier temps on a mis en ligne un PDF, mais l’idéal est plutôt une cartographie.»

Alors que les équipes sont dispersées, la ville a fait le choix d’alimenter «Ça reste ouvert» à partir des informations collectées en les ajoutant dans OSM. «On espère que ça attire un peu plus l’attention sur le site : plus il y aura de contributeurs et mieux ça marchera.»

L’objectif de la réutilisation

Anthony Claverie, directeur en charge de l’innovation organisationnelle à la ville d’Antibes, prévoit également de travailler à une restitution en open-data de ces listes de commerçants et professionnels de santé qui figurent à ce jour seulement sur le site de la ville. Pour l’instant, seul un jeu de données relatif à l’épidémie a été publié sur le portail open-data.

«J’ai créé, à l’occasion de l’épidémie de Covid-19, un jeu de données qui reprend l’ensemble des actes réglementaires de police que prend le maire pendant la période, détaille-t-il. L’information se trouve ailleurs, mais je voulais la structurer et la publier en open-data, en me disant que ces données pourraient servir et qu’elles seraient peut-être réutilisées.»

«Il n’y a pas à ce jour de nouveaux jeux de données prévus, détaille Patrick Pigache, responsable de la plateforme parisienne. On se tient prêt, mais le travail déconcentré freine aussi l’agilité nécessaire à la création de nouveaux jeux.»

En dehors de la liste des commerçants, la plateforme n’a connu qu’une seule adaptation à la suite de l’épidémie : la liste des toilettes publiques a intégré un nouveau paramètre pour indiquer celles qui restaient ouvertes malgré le confinement.

Capture1

Parmi les réutilisations à signaler : une «bulle de confinement» d’un kilomètre, permettant aux parisiens et aux lyonnais de voir la distance de déplacement autorisée et leur propose un parcours, dans les limites fixées par le décret du 23 mars 2020, est proposée sur un site, réalisé en utilisant les données de voiries publiées par les deux villes.

Enfin, alors que la plupart des agents sont en télétravail, Anthony Claverie souligne l’intérêt de la plateforme open-data comme point de ressource depuis l’extérieur. Un comportement confirmé par Patrick Pigache à Paris : «Dans une grosse collectivité, on s’aperçoit que le portail est utilisé par les agents. Ce n’est pas son usage premier, mais c’est plus facile d’accès en période de confinement.»

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’open-data au service des citoyens confinés

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement