Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Social

Inégalités : maires, à vous de jouer

Publié le 06/04/2020 • Par Auteur associé • dans : France

Précarité, SDF, pauvreté
Phovoir

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Noam Leandri et Louis Maurin

président et directeur de l'Observatoire des inégalités

Six années s’ouvrent pour les nouveaux élus à la tête des municipalités, ceux, quelque 30 000, élus dès le premier tour, et les autres, d’ici fin juin espérons-le. Six ans, c’est le temps nécessaire pour s’attaquer aux questions de fond, notamment aux inégalités. Les nouveaux maires auront un rôle essentiel dès l’été pour amortir le choc de la crise. Si l’on continue à faire l’autruche au plan local, il ne faudra pas s’étonner de la montée du ressentiment des électeurs et de l’ampleur croissante du « dégagisme » dans tout le pays.

La pauvreté passée au second plan

La dernière campagne électorale a été placée sous le signe de l’écologie, notamment dans les grandes villes. Les arbres des forêts urbaines en ont masqué la pauvreté. La politique de lutte contre les inégalités sociales et la pauvreté est passée au second plan des programmes de la plupart des candidats. Forgés par des couches moyennes et aisées, ils répondent souvent à leurs propres préoccupations.

L’urgence, accrue par la crise du coronavirus, commande pourtant de porter des politiques ambitieuses de lutte contre les inégalités, de soutien des plus démunis. Les communes n’ont pas toutes les cartes en main. Fiscalité, emploi, éducation, santé…, autant de domaines où elles semblent avoir des marges de manœuvre étroites. Toutefois, elles disposent d’outils très concrets : elles agissent au cœur de la vie quotidienne.

Vivre dans un environnement urbain de qualité, accéder aux transports en commun, pouvoir offrir à ses enfants des loisirs intéressants avec des professionnels qualifiés, faire garder ses jeunes enfants ou pouvoir terminer sa vie dans des conditions matérielles satisfaisantes sont des sujets moins médiatisés que les impôts, la réussite scolaire ou l’accès aux soins, mais ils n’en ont pas moins une importance considérable pour chacun. Hormis les plus démunis, rares sont les Français qui savent même ce qu’est un « CCAS », alors qu’il constitue une bouée de sauvetage pour un grand nombre de personnes. Enfin, s’il est un élément déterminant des conditions de vie, c’est bien le logement, domaine dans lequel les maires ont un rôle central à jouer.

Mutualiser les moyens pour mieux lutter

La proximité des élus avec leurs administrés dans les petites ou moyennes communes leur offre la capacité de répondre aux besoins des habitants au plus près, de faire un peu de cas par cas, quand c’est possible. Même si, il est vrai, l’existence d’une myriade de toutes petites communes limite leur capacité d’intervention. Cependant, en mutualisant les moyens, les communes se donnent des marges de manœuvre pour combattre les inégalités. A condition qu’au sein des regroupements, les communes favorisées jouent le jeu de la solidarité envers celles qui le sont moins.

La proximité du quotidien fait aussi que, dans de nombreux cas, l’action de terrain est moins sujette aux postures politiques, aux oppositions factices.

La crise que nous vivons aujourd’hui pourrait au moins avoir le mérite de nous rapprocher demain. Il ne s’agit pas de nier les divergences entre les options partisanes des uns et des autres. Mais de constater qu’au contact du terrain, des difficultés sociales, une partie des élus qui portent le mieux l’intérêt général savent au moins adapter leur doctrine pour jouer leur rôle au profit de tous. A eux, à vous de jouer.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Inégalités : maires, à vous de jouer

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement