Coronavirus

« C’est difficile pour certains agents d’abandonner leurs missions »

Par • Club : Club Techni.Cités

Au cours de cette semaine, la rédaction de Techni.Cités vous propose des témoignages d’ingénieurs des services techniques, qui sont sur le terrain pour organiser la continuité des services dans les collectivités. Directeur de service technique, d’un syndicat d’eau, de déchet, de voirie, d’espaces verts, animateur de cellule de crise ont répondu présent pour raconter leur quotidien par temps de crise. Témoignage, aujourd'hui, de Xavier Laisne, responsable Environnement de travail et dialogue social à la DRH de Grand Paris Seine & Oise (GPSEO)

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Les responsables des services techniques au coeur de la crise sanitaire

« Je suis en charge depuis début mars de  l’animation de la cellule de crise de la communauté urbaine. Cette cellule est composée des DGA, de la DSI, du secrétaire général et du responsable de l’espace public. Elle s’est réunie pour la première fois le 9 mars.  A ce moment-là, on était au stade 2 de l’épidémie, et il y avait 13 cas dans les Yvelines, 1226 cas en France et 19 décès. Nous nous sommes aussi réunis au lendemain de la fermeture des établissements scolaires. Les enfants ayant fréquenté la piscine et les établissements culturels de GPSEO, nous nous demandions s’il fallait les fermer aussi.

GPSEO étant une collectivité jeune, les PCA n’étaient pas encore faits. Ils ont été faits rapidement, et prêts le 9 mars, grâce au modèle d’une collectivité voisine. Nous avons listé les missions indispensables : d’une part, l’eau, les déchets, la propreté, la voirie (éclairage, circulation) ; et d’autre part, la gestion du courrier, de la paye, le paiement des fournisseurs.

« Comme notre document unique ne prévoit pas le Covid-19… »

Selon le tableau de suivi des effectifs présents et mobilisables, entre 15 et 20 % des agents sont réellement présents sur les centres techniques, pour assurer le service tout en conservant un mètre de distance. Comme notre document unique ne prévoit pas le cas de figure du Covid-19, nous devons formaliser toutes les procédures concernant les gestes barrière pour éviter le recours au droit de retrait. Ces procédures sont indiquées dans les notes d’affectation (qui sont des documents opposables) remises aux agents mobilisés. Mais nous n’avons pas encore eu de droit de retrait exercé. Nous avons pris les devants avec les syndicats et organisé une réunion avec le CHSCT pour leur expliquer les mesures. Ça va, le dialogue social est assez constructif dans ma collectivité.

Certaines directions ont eu du mal car cela bouscule leur mode de fonctionnement. Et c’est difficile pour certains agents d’abandonner leurs missions. Ainsi, un agent malade n’a pas voulu rentrer chez  lui, cela a provoqué une mini-psychose à cause de la proximité dans le vestiaire, que nous avons dû désinfecter. C’est important : nous avons deux cas avérés, d’autres suspectés. Certains ont été hospitalisés en détresse respiratoire mais non testés.

Nous fonctionnons avec un système d’astreinte. Les agents sont chez eux, et les équipes ne prennent plus leur poste au centre technique. Ils viennent prendre le matériel nécessaire de manière étalée dans le temps pour ne pas se croiser. Pour tout déplacement, nous remettons une attestation de déplacement professionnel à chaque agent. Cela nécessite de déposer un parapheur au président de GPSEO tous les jours. Les papiers signés sont ensuite scannés, imprimés et remis aux agents. La fonction courrier est importante !

Concernant les collectes des déchets, nous avons maintenu les collectes sauf pour les déchets verts et une partie des encombrants. Au début du confinement, nous avons constaté une augmentation des déchets verts, des encombrants et des OMR. Les délégataires anticipent une dégradation en fin de semaine prochaine, sans doute à cause de la peur et du climat social. Et des centres de tri ferment. La question du stockage des déchets va se poser.

« Surcharge de travail »

Sur la propreté, nous avons réduit l’activité au minimum. Avec l’interdiction des marchés, cette activité se réduit encore plus. Nous avons adapté les horaires dans la zone sensible de Chanteloup-les-Vignes. Le confinement y est peu respecté, donc les agents passent avant que les gens sortent, entre 5h et 9h du matin (contre 7h30 à 16h30 en temps normal), pour les activités indispensables relevant des déchets, de la voirie et de la propreté.

Dans la cellule de  crise, nous travaillons sur des problèmes que nous n’avions pas identifiés au début. Par exemple, le nettoyage des vêtements. Il est fait par un Esat, qui n’effectue plus qu’une partie de la prestation. Donc nous avons acheté une machine à laver et un sèche-linge, mais qui n’ont pas encore été livrés. De même avec  la fermeture du restaurant pour le repas du midi des agents. Pour le gel hydro-alcoolique, nous n’en avons pas eu. Nous en avons besoin notamment pour la cabine du véhicule de collecte et  les bureaux. Nous avons peut-être trouvé un prestataire.

Ce n’est pas du tout calme. Il y a une surcharge de travail pour tout ce qui est gestion du temps, télétravail, santé. Dans les équipes, il y a deux rythmes : ceux qui sont désoeuvrés, et ceux qui sont dans l’urgence. »

Dossier

Les responsables des services techniques au coeur de la crise sanitaire

Au sommaire du dossier

Lire le premier article
Commentaires

1  |  réagir

06/04/2020 11h36 - Georges

Je retrouve mon ancien collègue du SIAAP.
Efficace, agile
Bon courage

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Crise sanitaire & Collectivités : quelle solution numérique pour accompagner les plus vulnérables ?

de Hitachi Solutions

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP