Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Opinion

La réforme fiscale survivra-t-elle à l’épidémie de coronavirus ?

Publié le 01/04/2020 • Par Auteur associé • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, Analyses finances, France, Opinions

AdobeStock_19742450_Felix Jork
Felix Jork / Adobe Stock
Pour Eric Julla, directeur du cabinet Ressources Consultants Finances, l’épidémie de Covid-19 préfigure une nouvelle période sur le front des finances des collectivités. Dans un contexte de crise des finances publiques, il pense que le gouvernement ne pourra pas mettre en oeuvre une nouvelle contractualisation des dépenses locales et devra ré-ouvrir le chantier de la suppression de la taxe d'habitation.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Eric Julla

Eric Julla

Directeur de Ressources Consultants Finances

La loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19 comporte diverses dispositions exceptionnelles relatives aux conditions du fonctionnement financier des collectivités territoriales en 2020, dans le contexte exceptionnel actuel de confinement général de la population française.

Parmi elles, la loi adoptée suspend le dispositif de sanctions financières, pour 2020, au titre de la contractualisation mise en oeuvre pour contenir l’évolution des dépenses de fonctionnement du secteur local. Mais ces dispositions d’urgence ne vont-elles pas déboucher sur la nécessité de suspendre aussi la mise en oeuvre, à compter du 1er janvier prochain, de la réforme de la fiscalité locale initiée en loi de finances pour 2020 ?

L’arrêt du dispositif de contractualisation pour 2020

La lo ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article fait partie du Dossier

Coronavirus : après l'urgence sanitaire, le choc financier

Sommaire du dossier

  1. Le Covid-19 devrait coûter 7,25 milliards d’euros aux collectivités en 2020
  2. Les collectivités auront-elles encore des capacités d’action en 2021 ?
  3. Crise financière : une clause de sauvegarde trop sélective
  4. Baisse des recettes et des dotations : qui subit la double peine ?
  5. La crise sanitaire n’affectera pas les recettes de la grande majorité des communes
  6. Quel impact attendre de la crise sur la notation des collectivités ?
  7. Taxe de séjour : le compte n’y est pas pour les communes
  8. Baisse de recettes : les grandes villes les plus touchées mais pas coulées
  9. Laurent Saint-Martin : « Le sujet de la compensation Etat-Collectivités est loin d’être fini pour l’année 2020 »
  10. Crise sanitaire : quels impacts sur les droits de mutation à titre onéreux ?
  11. « Il est aujourd’hui impossible pour les nouveaux élus de voter leurs taux de fiscalité »
  12. « Très peu de collectivités ont choisi d’être couvertes pour des pertes de recettes »
  13. Face à la percée du « drive alimentaire » pendant le confinement, la TASCOM doit-elle évoluer ?
  14. La santé au cœur de la relance de l’investissement local
  15. Coronavirus : la crise coûte cher aux communes d’Ile-de-France
  16. Récession : le plan d’urgence des territoires
  17. Pertes de CVAE : l’année 2022 risque d’être pire que 2021
  18. [DATA] Le coronavirus dégrade les finances des collectivités
  19. Casinos : les communes enregistrent des pertes sérieuses
  20. Longues négociations en vue sur les délégations de services publics
  21. Finances locales : les départements veulent échapper au scénario noir
  22. Les communes grandes gagnantes du plan d’urgence de 4,5 Mds€ du gouvernement
  23. Versement du FCTVA : les scénarios pour relancer les investissements
  24. Les finances locales touchées par le Covid-19
  25. « Il va falloir maintenant une vraie réforme de la péréquation »
  26. Coronavirus : le plan d’urgence du gouvernement divise les collectivités
  27. Les intercommunalités à la relance
  28. Les dommages collatéraux du coronavirus sur les comptes locaux
  29. Evaluation du coût de la crise sanitaire : les méthodes utilisées sur le terrain
  30. Finances locales : c’était l’éclaircie avant la tempête
  31. Coronavirus : les collectivités face aux pertes de recettes tarifaires
  32. Annulations de festivals : des pertes économiques vertigineuses pour les territoires
  33. Collectivités locales et délégataires : comment éviter les tensions
  34. Le RSA à la veille d’une catastrophe annoncée
  35. Crise sanitaire : comment évaluer la perte de CVAE à venir sur son territoire ?
  36. Coronavirus : comment faire de la péréquation un outil de survie
  37. Coronavirus : la gestion de la dette et de la trésorerie des collectivités
  38. Coronavirus : ce que prépare le gouvernement pour les collectivités
  39. Coronavirus : toutes les conséquences fiscales sur les collectivités
  40. Les premières mesures financières d’urgence pour les collectivités
  41. Achat de masques : comment l’Etat va alléger la note des collectivités
  42. Outre-mer : « Plus de 200 millions d’euros de pertes en 2020 »
  43. Coronavirus : comment éviter la baisse des investissements locaux
  44. Coronavirus : ne pas sous-estimer la résilience financière des collectivités
  45. Face à la crise, il faut redonner vie à l’autonomie fiscale locale
  46. Le deuxième projet de loi de finances rectificative est adopté
  47. Le versement mobilité au cœur des controverses (1/2)
  48. Olivier Dussopt : « La contractualisation n’est pas morte »
  49. Coronavirus : une solution existe pour ne pas déroger à la règle d’or
  50. Mathieu Plane : « Le problème de la baisse de l’investissement public va rapidement se poser »
  51. Vers une perte de 4,9 Mds d’euros pour les collectivités selon le Sénat
  52. « Cette crise impactera nos ressources sur a minima 2 ans »
  53. Les communes de montagne face à un choc financier inédit
  54. Un nouveau paquet “Fonds structurels” pour affronter la crise
  55. Coronavirus : le danger des impôts cycliques
  56. Quand le Covid-19 vient heurter de plein fouet la bonne santé financière des collectivités
  57. La réforme fiscale survivra-t-elle à l’épidémie de coronavirus ?
  58. Coronavirus : menace sur les budgets 2020-2021 des collectivités locales
1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La réforme fiscale survivra-t-elle à l’épidémie de coronavirus ?

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

02/04/2020 11h33

La question de la fiscalité connait en ce moment un intérêt majeur.
Si l’Etat doit prendre des décisions qui vont impacter ses recettes tout comme celles des collectivités locales, il serait peut-être sage de prendre le temps d’une réflexion sur ce que doit être une fiscalité répondant aux exigences de la continuité des services publics mais aussi des capacités contributives de chacun.

Je ne pense pas que ce soit en fin de mandat du Président de la République et alors qu’il n’a pas envisagé ces principes lors de sa campagne électorale que des décisions dans ce domaine doivent être prises.
Pour autant, il y a urgence. Nombreux sont ceux dans la population qui vont voir leurs revenus diminuer cette année. Parmi eux, certains vont devoir payer la taxe foncière qui dans certain cas représente une somme conséquente et les impôts sur le revenu. Or ces personnes ne sont pas toutes millionnaires, loin s’en faut. Comment vont-elles faire?

Mon objectif n’est pas de remettre en cause les prélèvements dits obligatoires. Ils sont une nécessité pour notre démocratie et indissociables de cette dernière.
Par contre, il serait bon que l’on s’attarde sur la « capacité contributive » des uns et des autres, ce qui répond bien au principe défini dans la Constitution.

Cette réflexion devrait ainsi permettre la mise en place d’un impôt national et d’un impôt local avec l’arrêt de tous les financements croisés entre les collectivités, non pas pour limiter les actions sur le territoire.
Il s’agit en fait de mettre en place une réelle équité entre les contribuables qui permettrait enfin l’égalité entre ces derniers et donnerait du sens aux élections puisque tous seraient concernés par le paiement d’un impôt local.

Je sais, ces propos ne vont faire plaisir à personne. Ceux à gauche sur l’échiquier politique vont dire que l’on veut faire payer les pauvres. Les autres diront que l’on veut spolier les riches!
Et si tout simplement cette méthode de partage des charges n’était que responsable et légitime?

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement