Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Crise sanitaire

Covid-19 : les élus locaux frappés de plein fouet

Publié le 30/03/2020 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

DEVEDJIAN-Patrick-senat
VV/LA GAZETTE
Patrick Devedjian n’est pas le seul édile à succomber du coronavirus. Au fil des jours, la liste des élus victimes de l’épidémie s’allonge. Chargés de maintenir le contact avec la population, les édiles paient un lourd tribut à la crise.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le personnage n’avait rien de consensuel. La vague d’émotion que provoque sa disparition en dit d’autant plus long. Avec le décès du patron des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian (LR), les Français constatent que le fléau n’épargne personne. Et surtout pas les élus. Ces dernières semaines, des édiles ont sacrifié leur santé, leur vie parfois, pour maintenir le lien avec leur population.

L’adjoint au maire de Chécy (8 700 hab., Loiret), Luc Tafforeau, a été le premier élu à succomber du coronavirus, le 23 mars. Depuis, deux premiers magistrats de villages en sont également morts : Jacques Lajeanne, 81 ans, à Beurez-Bauguay (130 hab., Côte-d’Or) et François Lantz, 74 ans, du côté de Saint-Nabor (500 hab., Bas-Rhin).

La Seine-Saint-Denis durement touchée

Le conseiller municipal de Montreuil et ancien vice-président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, Jean-Charles Nègre, 71 ans, est également décédé du Covid-19, le 28 mars.

Les élus de son département, où les consignes de confinement n’ont pas toujours été respectées, sont particulièrement touchés par l’épidémie. Le maire de Tremblay-en-France, François Asensi, ainsi que ses collègues de Sevran, Stéphane Blanchet et d’Epinay-sur-Seine, Hervé Chevreau, ont tous trois été hospitalisés. Impossible de comptabiliser le nombre d’élus touchés. Mais les cas se multiplient ces derniers jours.

Le père de Thibaut Pinot atteint

Le père du champion cycliste, Thibaut Pinot, Régis Pinot à Mélisey (1 700 hab., Haute-Saône) souffre ainsi de problèmes respiratoires dus au Covid-19. La présidente d’Aix-Marseille-Provence, candidate à la mairie phocéenne, Martine Vassal est également atteinte.

Cela a été le cas aussi du patron du Grand Est, Jean Rottner, et de celui de la métropole de Nice-Côte d’Azur, Christian Estrosi, ainsi que du premier magistrat de Fontenay-aux-Roses, Laurent Vastel. Tous trois vont mieux.

Difficile distanciation sociale

Mais cette vague de contamination pose question. Selon André Laignel, numéro 2 de l’Association des maires de France, elle serait supérieure à la moyenne nationale. Rien d’étonnant, a priori à cela. Beaucoup d’élus locaux ont battu la campagne des municipales jusqu’au bout. Jusqu’à l’avant-veille du scrutin, les rassemblements de moins de 500 personnes étaient encore admis. L’assistance se pressait autour des édiles à la fin des meetings.

Certains élus eux-mêmes ont parfois eu du mal à se défaire de leurs réflexes. Surnommés « serre-la-louche » ou « toque-manette », il leur a fallu se faire violence pour ne pas répondre à l’adresse d’électeurs qui leur tendaient encore la main malgré les consignes de distanciation sociale.

Et, surtout, beaucoup d’élus ont tenu des bureaux de vote lors du premier tour des municipales, le 15 mars. Comme toujours, ils ont également fait la tournée des points électoraux.

Depuis le confinement, les maires sont sur le pont, oeuvrant au maintien des services publics essentiels et rassurant la population. Autant de missions qui les mettent au contact des autres. Moins que d’habitude certes. Mais les risques sont assurément plus grands pour eux que pour la majorité de leurs administrés.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Covid-19 : les élus locaux frappés de plein fouet

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement