Coronavirus

Les transports publics en soutien du personnel hospitalier

Par • Club : Club Techni.Cités

Comme Paris, des collectivités s’organisent pour faciliter les déplacements du personnel soignant alors que les réseaux de transport public sont en service minimum pour éviter la propagation du Covid-19. Petit tour de France des initiatives locales en place ou à venir.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Les responsables des services techniques au coeur de la crise sanitaire

Tous les soirs à 20 heures depuis une semaine, des milliers de Français applaudissement depuis leurs fenêtres et balcons les héros en blouses blanches qui se battent contre la flambée de l’épidémie de coronavirus en France. Mais tous les jours, les personnels soignants ont du mal à rejoindre les hôpitaux ou regagner leur domicile en empruntant les transports en commun.

Depuis les mesures de confinement mises en place le 17 mars 2020 par le gouvernement, les réseaux de transport public ont en effet réduit drastiquement leurs services : lignes supprimées, fréquences de passage calquées sur le rythme des vacances scolaires ou des week-ends, fin des services plus tôt en soirée. Depuis la grève des transports publics fin 2019 et début 2020, les opérateurs ont appris à échafauder des plans de transport pour desservir les établissements scolaires. Aujourd’hui, ils s’adaptent au coronavirus et la priorité désormais, ce sont les hôpitaux.

Depuis lundi 23 mars en région parisienne, la RATP et Ile-de-France Mobilités (l’autorité organisatrice des transports) ont mis en place 20 navettes gratuites exclusivement réservées aux personnels hospitaliers. Les bus passent toutes les 30 minutes entre 6h et 9h, 12h et 15h, 19h et 22h, et relient les gares parisiennes où se croisent trains, métros et RER aux grands pôles hospitaliers de la région capitale. Construit et élaboré avec l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), ces transports dédiés circulent pour une durée indéterminée. Avec les mêmes mesures de précaution que sur les autres lignes de bus : vitre anti-agression levée pour prémunir le conducteur du risque de contagion, porte avant fermée et montée des voyageurs par la porte arrière.

Après Paris, Marseille, Bordeaux, Lyon, Nice ?

A Marseille, la RTM annonce la mise en place à partir du 26 mars, de deux navettes bus réservées aux soignants, toutes les 30 minutes, entre les terminus des lignes de métro et deux hôpitaux : la Timone et Hôpital Nord. Sept jours sur sept, de 6h à 21h. Les voyageurs devront présenter leurs cartes professionnelles aux conducteurs, précise la Régie qui a enregistré une baisse de 80% de fréquentation sur son réseau depuis le confinement.

Lyon et Bordeaux s’apprêtent à annoncer des mesures similaires pour faciliter les déplacements du personnel hospitalier. « Ca prend un peu de temps, on ne crée pas un nouveau réseau de transport en claquant des doigts », commente un porte-parole de Keolis Bordeaux, la filiale de la SNCF qui exploite les bus et tramways de la capitale girondine. Au Havre, la préfecture, les élus de la communauté urbaine, et Transdev (la filiale de la Caisse des dépôts qui exploite le réseau de transport public)  « réfléchissent aux mesures à mettre en place en cas de réquisition du personnel hospitalier », indique un porte-parole de la collectivité. « Sans doute des taxis dont les courses seraient prises en charge par l’Etat », précise cette même source. Plus au sud, Nice réfléchirait à un service spécifique de transport à la demande pour les soignants, voire les salariés des supermarchés.

Par ailleurs, à Nancy, des navettes CHU vont être mises en place, tandis qu’un service de transport à la demande est opérationnel depuis ce mardi à Brest, entre 22h et minuit sur la ligne desservant l’hôpital, et Un second service pour les personnels du Samu en horaires décalées. Des services du même type en cours de déploiement à Valenciennes.

Trains, bus, trams et métros gratuits

A Toulouse, la régie des transports Tisséo, qui estime à 95% la baisse de la fréquentation depuis le 18 mars, a décrété le 20 mars la gratuité des bus, tram et métro « afin de faciliter les déplacements des personnes qui travaillent dans les services vitaux, le confinement étant la règle pour tous les autres voyageurs ». Dieppe s’apprêterait aussi à mettre des moyens de transport gratuits pour les personnels soignants. Angoulême, Bayonne et Saint-Brieuc élargissent le transport à la demande pour le personnel soignant et leurs enfants afin de couvrir les zones et horaires non desservies.

De son côté, la SNCF a annoncé le 23 mars que les personnels médicaux et paramédicaux – médecins, infirmiers et aides-soignants – répondant aux appels de solidarité pour venir renforcer les hôpitaux pourraient prendre les TGV et Intercités gratuitement. Cette mesure concerne les TGV – inOui et Ouigo – et les Intercités, mais pas les TER ni les trains de la banlieue parisienne qui dépendent, eux des régions.
Le Grand Est, les Hauts-de-France et la Bretagne ont déjà annoncé la gratuité de leurs réseaux (TER et autocars interurbains) pour les soignants. La Normandie va plus loin et offre « la gratuité des transports ferroviaires et routiers dont (elle) a la charge pour les soignants, les personnels de santé plus largement, les pompiers, les policiers, mais aussi toute personne donnant un justificatif de son employeur qui travaille pendant la crise, notamment les caissières des supermarchés », selon une porte-parole de l’exécutif régional citée par l’AFP.

50 euros en bons de carburant

Plus généralement, il y a, en ce moment, un mouvement de solidarité générale envers les personnels soignants et les entreprises elle-même y contribuent. Pour les soignants venant travailler en voiture, Total offre ainsindes bons de carburant de 50 euros. Les directeurs d’hôpitaux peuvent contacter le groupe pétrolier sur une ligne dédiée (01 84 94 84 00 ou à l’adresse covid19@total.com), pour débloquer les bons. Dans le même temps, PSA et Valéo ont fait don de leurs stocks de masques aux autorités publiques, Renault a proposé des véhicules aux soignants, LVMH s’est lancé dans la production de gel hydro alcoolique, des marques du groupe Kering (Saint-Laurent, Gucci et Balanciaga, dans la fabrication de masques de protection. Enfin, le groupe Accor ouvre 1000 à 2000 lits dans 40 hôtels pour les soignants et pour les SDF.

Les grands industriels ne veulent pas être en défaut de solidarité…

Dossier

Les responsables des services techniques au coeur de la crise sanitaire

Au sommaire du dossier

Lire le premier article
Commentaires

2  |  réagir

30/03/2020 03h15 - Sébastien Alix

Bonjour,
Vous pouvez retrouver toute l’information voyageur sur le site suivant :
https://aphp.ratp.hubup.fr/
Horaire, arrêts, lignes
Le site a été développé à la demande de la RATP, il existe le même pour les substitutions RER !
https://rer.sub.ratp.hubup.fr/

Merci :)
Bonne journée à tous
Hubup

Signaler un abus
25/03/2020 11h58 - laetitia

La crise du coronavirus ne me fera pas oublié ces personnes décédées chez elles et à qui ont a rit au nez ou dit que c’était rien alors qu’elles avaient appeler le 15 désesperement… ces vieux qui s’en retournent de l’hôpital après 3 jours venus par ambulance et qui doivent de se demerder pour rentrer (dont vécu un vieux qui a du rentré en stop et s’est fait renversé…retour hosto); ni ce médecin qui a ausculté mon père un jeudi pour des douleurs dans la poitrine… ce médecin à seulement prit un rdv en cardiologie pour le mardi suivant et hop à encaissé alors que c’était clairement des signes annonciateurs d’infarctus (ce que j’ai moi même trouvé simplement sur google). Résultat: IL est mort à 54 ans dans la nuit du samedi au dimanche!! …Alors que la victime d’infarctus prise à temps et à qui l’ont pause des stents à 95% de chances de survie. Je ne sucerai pas orteils de leurs chevilles gonflées et saurais men tenir loin pour mon propre bien en cas de souci de santé !

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Santé : quand les collectivités reprennent la main

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP