Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Numérique

Numérique vert : le MaaS, la plateforme fourre-tout

Publié le 30/03/2020 • Par Baptiste Cessieux • dans : France

Lime6
Lime
Partager les objets de mobilité plutôt qu’en être les propriétaires : la promesse a tout l’air écologique. En tout cas sur le papier, car tout dépend de ce que remplacent ces « services de mobilité ».

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Quand le numérique passe au vert

Parfois, les vélos en libre-service finissent au fond de l’eau. Les véhicules de transport avec chauffeur (VTC) Uber créent embouteillages et pollutions, et les trottinettes électriques partagées auraient une durée de vie trop courte pour être écologique… Certes, l’idée de la location ou du partage de l’usage semble vertueuse face à l’achat d’un véhicule individuel, mais la réalité est bien éloignée du calcul sur un coin de table. Alors ? Les services de mobilité (Mobility as a Service, MaaS) sont-ils verts ?

En France, les transports représentent 30 % des émissions de gaz à effet de serre, selon un rapport du Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique d’avril 2019. Face à ce constat, les services numériques d’accès aux offres de mobilité font une promesse vertigineuse : partager les véhicules, que ce soit pour le transport de produits ou de personnes. D’un côté, la possibilité de réduire les kilomètres parcourus, en divisant le trajet d’un véhicule par le nombre de passagers ou de marchandises. De l’autre, l’espoir de diminuer le nombre de véhicules.

Tout dépend du contexte

« Si 5 % des foyers [des pays nordiques] quittaient leurs voitures personnelles pour de la mobilité partagée, nous estimons que cela réduirait les émissions de 0,7 à 5,3 % », concluait, en 2018, une étude du Conseil nordique, un forum de coopération rassemblant le Danemark, la Finlande, l’Islande et la Norvège. « Ça, c’est pour le principe, commente Mathieu Chassignet, ingénieur pour l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie [Ademe]. Mais tout dépend du

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Numérique vert : le MaaS, la plateforme fourre-tout

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement