Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

La recentralisation du RSA : une bonne affaire pour les budgets locaux ?

Publié le 23/03/2020 • Par Auteur associé • dans : A la Une finances, Fiches Finances, France

RSA
Funtap / AdobeStock
La mise en place sous 2-3 ans d’un revenu universel d’activité pourrait rendre incontournable une recentralisation du revenu de solidarité active, déjà mise en œuvre – pour des raisons qui tiennent à leur situation propre – dans trois départements d’outre-mer. L’intérêt financier de l’opération dépendra toutefois des modalités de valorisation du droit à compensation « inversé » prélevé par l’État sur les budgets des départements, ainsi que du périmètre des ressources récupérées à cette occasion. Surtout, les effets en chaîne qui pourraient affecter les mécanismes de péréquation devront être bien anticipés et si possible corrigés en amont.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Vivien Groud

consultant, Cabinet Michel Klopfer

Un transfert qui fait débat depuis l’origine

La gestion du revenu de solidarité active (ex-revenu minimum d’insertion) a été transférée aux départements en deux étapes, par les lois du 18 décembre 2003 et du 1er décembre 2008. Dans les deux cas son financement a été assuré par l’attribution d’une quote-part non modulable du produit national de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques, calibrée au regard d’un « droit à compensation » correspondant aux dépenses exposées l’année précédant le transfert.

Ce choix répondait aux deux principes qui régissent le financement des transferts :

  • l’obligation – explicitée par la loi organique du 29 juillet 2004 – d’assurer aux collectivités un niveau minimal de ressources propres, catégorie dont relèvent les impôts nationaux ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Club RH : Moderniser et sécuriser ses recrutements

de La rédaction avec le soutien du CNAS et de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La recentralisation du RSA : une bonne affaire pour les budgets locaux ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement