Voirie

Coronavirus : priorité à la mise en sécurité de l’espace public

| Mis à jour le 24/03/2020
Par • Club : Club Techni.Cités

PHOVOIR

Dans cette période de confinement, les grandes collectivités ont adopté un service minimum de voirie pour assurer la mise en sécurité de l’espace public. Avec des équipes de terrain restreintes et une réserve d’agents maintenus à domicile mais mobilisables dans l’urgence.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

cet article fait partie du dossier

Les responsables des services techniques au coeur de la crise sanitaire

A Clermont-Ferrand, Lille, Lyon, Mulhouse ou Strasbourg, les services voirie des collectivités se sont organisés dans la semaine du 16 mars face à l’annonce de confinement national. Pour protéger au mieux leurs agents, dont la majorité réalise des missions d’exploitation et de maintenance de l’espace public (voiries, ouvrages d’art, signalisation routière, éclairage public…), la décision a été prise de réduire au strict minimum les effectifs des équipes de terrain. Dans le respect du confinement, les chantiers de voirie ont été arrêtés et mis en sécurité par les collectivités en concertation avec leurs prestataires de travaux.

Pour la Métropole européenne de Lille, une cinquantaine de chantiers a ainsi été suspendue. Presque autant pour Clermont Auvergne Métropole. Le Grand Lyon a laissé le choix aux entreprises de poursuivre les chantiers engagés. « Mais concrètement, ils sont presque tous au point mort. Nous avons cependant conservé un chef de secteur pour suivre les derniers », observe Dominique Lemesle, directeur général délégué en charges des services urbains du Grand Lyon. Dans tous les cas, les équipes de voirie qui restent sur le terrain surveilleront au quotidien le maintien des zones sécurisées.

Un fonctionnement calé sur l’astreinte

Pour gérer l’espace public durant cette période de confinement qui se manifeste déjà sur le Grand Lyon ou sur la Métropole européenne de Lille par une baisse de trafic de l’ordre de 70%, les services en charge de la voirie ont activé un fonctionnement en mode dégradé. Proche de l’organisation d’astreinte mise en œuvre la nuit et le week-end, il se limite aux interventions de mise en sécurité d’urgence. Sur l’Eurométropole de Strasbourg, le service fonctionne avec 4 à 6 agents d’astreinte (au lieu de 12) intervenant à la demande sur les voiries urbaines et interurbaines (rebouchage de nids de poules, réparation de potelets cassés, gestion des accidents de la route…).

Le Grand Lyon a conservé en journée deux équipes de 2 agents sur ses 7 subdivisions pour répondre aux interventions d’urgence, soit une quinzaine d’agents mobilisés sur 50. « Nous maintenons aussi la supervision des feux tricolores, les images vidéo transférées à la police nationale et à la demande du préfet, le pilotage des bornes d’accès implantées en voirie », précise Dominique Lemesle. « Comme le fixe notre plan de continuité d’activité, le gros de nos agents bénéficie d’autorisations spéciales d’absence pour service fermé. Mais ils restent mobilisables à tout moment pour assurer le roulement des équipes et parer dans l’urgence à un besoin exceptionnel dépassant la capacité des équipes présentes », poursuit-il.

Dans le même esprit, la direction des espaces publics et voirie de la Métropole Européenne de Lille (MEL) poursuit trois types d’interventions : le dépannage de voirie (feux en panne, trous dans la chaussée, vol de plaque d’égout-un phénomène qui se développe dans les périodes de crise), la gestion des accidents sur les voiries très structurantes (2×2 voies) et le maintien de la vidéosurveillance des feux tricolores assuré par 2 agents au lieu de 3.

Sur les deux premières missions, elle conserve jour et nuit sur le terrain 2 équipes de 4 électriciens et 4 équipes de voiries composées de 8 agents chacune. « Nous fonctionnons en journée avec 10% de nos effectifs. Les équipes changeront chaque semaine. Elles sont constituées de deux agents, chacun dans son véhicule pendant la crise pour limiter les contacts », décrit Ludovic Delestrez, directeur des espaces publics et voirie à la MEL.

Gérer la crise et l’après

Les services de voirie devront également parer aux mesures exceptionnelles liées à l’épidémie. Mercredi 18 mars, les agents lillois ont ainsi dû installer 75 barrières pour gérer les flux de circulation à proximité des hôpitaux. Clermont Auvergne Métropole, qui gère également dans le cadre de sa compétence voirie la propreté urbaine, continue de l’assurer à minima, comme la sécurisation de l’espace public. « La fermeture des déchetteries favorise l’apparition de dépôts sauvages. Nos patrouilles devront donc aussi s’assurer que l’espace public est respecté », observe Patrice Rodier, son directeur général adjoint en charge de la proximité, des relations aux territoires et usages. La métropole a maintenu et allégé les 7 équipes qui couvrent en routine son territoire. Elle dispose encore d’une centaine d’agents sur le terrain et autant d’absents mobilisables.

A l’instar de ces métropoles, la ville de Mulhouse qui exerce la compétence voirie garantit uniquement les interventions de sécurisation d’urgence avec 10 agents de terrain sur les 50 qui réalisent des missions d’entretien au sein de sa régie. Mais la direction de la voirie, qui réalise également les missions de conception réalisation d’aménagements neufs pour la ville et l’agglomération, anticipe déjà la reprise d’activité. « Nous allons coordonner la reprise de nos activités avec nos prestataires de travaux et planifié les demandes d’autorisation des entreprises de BTP sur l’espace public. Et tout ça en télétravail, ce qui est un challenge supplémentaire ! », souligne Olivier Lonpret, directeur de la voirie à Mulhouse.

Dossier

Les responsables des services techniques au coeur de la crise sanitaire

Au sommaire du dossier

Lire le premier article
Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • Santé et environnement : le quatrième plan en consultation publique

    Le gouvernement vient de lancer la consultation publique sur le quatrième plan santé-environnement, qui se décline en 4 objectifs et 19 actions. Le futur plan dont nous vous présentons les principaux enjeux doit être finalisé pour la fin 2020. ...

  • Les COP locales mettent le climat au centre des débats

    Alors que les politiques de lutte contre le dérèglement climatique peinent à atteindre leurs objectifs, l’implication d’acteurs aux intérêts divergents peut servir de déclic. Les régions et les métropoles a minima, mais en réalité tout niveau de ...

  • Survivre au principe de Peter

    Selon le principe de Peter, les postes à responsabilité sont occupés par des personnes incompétentes. Sauf si les nouveaux managers se remettent en cause et se forment. ...

  • Tempête Alex : plus d’un milliard d’euros pour reconstruire

    Après la tempête Alex, les collectivités déploient leurs aides à la reconstruction. La métropole Nice Côte d’Azur vient de voter un plan de 1 milliard d’euros, avec notamment 750 millions d’euros pour les routes, tandis que la communauté ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

Formations

Evènements

services

Thèmes abordés

Prochain Webinaire

Covid : nouveaux enjeux, nouvelles mobilités

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP