Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Coronavirus

Gens du voyage : des habitants vulnérables qui avaient anticipé le confinement

Publié le 20/03/2020 • Par Stéphanie Stoll • dans : France

caravane-gens-du-voyage
Laurent Neyssensas / Flickr CC 2.0
Les gens du voyage avaient généralement anticipé la restriction des déplacements. La Dihal a mis en place un groupe de travail pour accompagner les structures dans le cadre de l’épidémie de coronavirus.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Une semaine avant l’annonce du président de la République restreignant les déplacements des personnes en raison de la « guerre sanitaire » contre le Covid-19, une partie des voyageurs avait commencé à prendre ses dispositions pour s’établir dans un endroit familier, tantôt un terrain familial privé, tantôt une aire d’accueil publique, le temps que durera le confinement.

Réponses harmonisées

En début de semaine, la Délégation interministérielle à l’habitat et à l’accès au logement a diffusé aux associations représentatives les visuels de prévention sanitaire avec les messages sur les gestes barrières pour éviter le coronavirus. La seule publication sur la page Facebook de France Liberté Voyage a été vue 70 000 fois. De plus, dès lundi, la mission gens du voyage de la Dihal a mis en place un groupe de travail d’une douzaine de personnes, dédié à l’épidémie coronavirus. Les problématiques de terrain sont remontées au jour le jour et les membres s’entendent sur des réponses harmonisées à diffuser sur l’ensemble du territoire.

Mercredi 18 mars en fin de journée, le ministère de la cohésion des territoires a donc recommandé de « faire preuve de tolérance sur les durées de séjour et les paiements de redevance » sur les aires d’accueil, ainsi que pour « les stationnements irréguliers au regard du droit de l’urbanisme qui ne portent pas atteinte gravement à l’ordre public ».

« Le confinement est plus compliqué »

Dominique Raimbourg, président le la Commission nationale consultative des gens du voyage est vigilant. « Le confinement est plus compliqué sur une aire que pour des sédentaires qui peuvent s’enfermer dans un appartement ou une maison, indique-t-il. C’est aussi un monde de grandes familles où plusieurs générations et plusieurs lignées cohabitent. Il faut donc que les terrains permettent de s’installer à distance les uns des autres. En France, il devrait y avoir 39 000 places sur les aires d’accueil mais il n’y en a que 30 000. C’est une difficulté. Je pense que s’il y avait péril, les préfets devraient pouvoir prendre des arrêtés pour réquisitionner des terrains. Mais à ma connaissance, on n’a pas encore été confronté aux difficultés. » Un constat à nuancer, par exemple dans cette commune du Nord pour cette famille propriétaire d’un terrain qu’elle n’a pas l’habitude de fréquenter. Dimanche soir, à peine les élections terminées, alors qu’elle s’installait, le maire se présentait sur leur parcelle pour leur dresser un procès verbal. Dans l’Ain, on rapporte le cas d’une famille venue s’installer sur une aire d’accueil après avoir été chassée de l’endroit où elle stationnait.

Santé vulnérable

Le contexte épidémique est spécialement sensible pour les gens du voyage. On sait que leur espérance de vie est inférieure d’une quinzaine d’années par rapport aux reste de la population. Certains ont aussi à l’esprit que lors de l’incendie de Lubrizol, les habitants stationnés dans une aire gérée par Rouen Métropole, située dans le périmètre de l’usine Seveso n’ont pas été évacués.

Vendredi 20 mars, on apprenait qu’une vingtaine de personnes de Perpignan étaient hospitalisées et intubées. Le 12 mars, à Schoeneck (Moselle), le Samu avait testé toutes les personnes stationnées sur une place en face d’un lycée. William Acker, bloggueur et voyageur, a aussi connaissance de cas de contamination en Sarthe.

Risque d’expulsion

« Ceux qui travaillent sur les marchés, et qui ne peuvent plus le faire, comment pourront-ils avoir des aides ? interroge Nelly Debart, présidente de l’Association nationale des gens du voyage citoyens, également membre de la CNCGDV. Nous avons écrit à monsieur Raimbourg pour qu’ils ne soient pas expulsés des aires et qu’on ne leur coupe ni l’électricité, ni l’eau s’ils ne peuvent plus payer les fluides ou si leur stationnement a dépassé les trois mois réglementaires. »

Continuité du service public

« Les voyageurs sont inquiets, ils sont conscients des dangers, respectueux du confinement et vigilants sur les gestes barrières,» indique Jean-François Restoin, directeur du groupement d’intérêt public Accueil gens du voyage Ille et Vilaine. Il a d’ailleurs observé qu’avant même que soit annoncée la fermeture des établissements scolaires, beaucoup de familles avaient retiré leurs enfants des écoles. « La première question, c’est la continuité du service public, précise-t-il. Des collectivités nous ont contacté pour savoir si elles devaient fermer leurs aires, mais c’est un service public et il faut assurer sa continuité, éventuellement en limitant la gestion aux astreintes techniques. Le bon sens, c’est aussi de ne pas couper l’électricité, même en cas d’impayé. »

Grands passages

Enfin, concernant les grands passages, le rassemblement de Gien (Loiret), le premier de la saison, a été annulé et il est à prévoir que les rassemblements estivaux seront de moindre ampleur. « Les pasteurs avec lesquels je suis en contact sont très prudents, » précise Jean-François Restoin qui participe à la coordination des passages en Bretagne. Le ministère de la Cohésion des territoires est encore plus affirmatif : « Les grands passages seront en principe annulés. »

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Collectivités : comment aider les entreprises en cette période de crise

de La Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Gens du voyage : des habitants vulnérables qui avaient anticipé le confinement

Votre e-mail ne sera pas publié

Manero

22/03/2020 08h39

Je vois pas pourquoi que notre espérance de vie serait inférieur d’une quinzaine d’années par rapport aux autres , chez nous c’est pareil que pour les autres il y a des personnes qui vivent longtemps et d’autres moins .

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement