Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Culture

Covid-19 : le plan d’aide du ministère de la Culture

Publié le 19/03/2020 • Par Hélène Girard • dans : Actualité Culture, France

Palais_Royal_ministere_culture_gautier_poupeau_ ccby20
Gautier Poupeau CC BY 2.0
Le ministère de la Culture a annoncé le 18 mars une série de mesures spécifiques pour les différents secteurs culturels. Il compte maintenant se rapprocher des collectivités pour « unir » les actions. Beaucoup de points restent à préciser.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Le ministère de la Culture a présenté le 18 mars ses premières mesures pour chaque secteur culturel. Initiative qui vient s’ajouter au train de mesures transversales annoncées par la veille par le ministre de l’Economie et des finances Bruno Lemaire pour les structures qui y sont éligibles (chômage partiel, délais de paiement des charges sociales etc.). Les mesures de la Rue de Valois seront aussi complétées par les initiatives prises par les régions, notamment dans le secteur du spectacle vivant.

Les opérateurs nationaux sectoriels (Centre national de la musique, Centre national du livre etc.) ainsi que l’Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC) sont tous mobilisés. Ils devront en outre prendre en compte la situation des artistes-auteurs concernés.

Secteur musical : 11,5 millions d’euros mobilisés

Le Centre national de la musique (CNM) va mettre en place un fonds doté de 11,5 millions d’euros « à destination des professionnels les plus fragilisés » (dont 10 millions apportés directement par le CNM et 1,5 million par le Spedidam, la Sacem et l’Adami, à hauteur de 500 000 euros chacun). Le formulaire de demande d’aide  sera mis en ligne lundi prochain sur le site du CNM.

La somme allouée à chaque structure, plafonnée à 11.000 euros, comprendra une bonification pour les demandeurs qui veilleront à rémunérer les artistes en compensation des concerts annulés et au paiement des droits d’auteurs. Selon SFA– CGT, qui suit la situation à partir d’un questionnaire mis en ligne, plus de 15 000 artistes-interprètes sont actuellement privés de travail et de revenus du fait du coronavirus.

Par ailleurs, le CNM suspend pour le mois de mars la perception de la taxe sur la billetterie des spectacles variété et de musiques actuelles.

Spectacle vivant (hors musique) : appel aux collectivités

Chaque structure du secteur public du spectacle vivant (labellisées, subventionnées) fera l’objet d’une « attention particulière, en lien avec les collectivités territoriales impliquées dans leur financement. » Le ministère de la Culture n’apporte aucune autre précision.

Pour le secteur privé, une enveloppe de 5 millions d’euros est prévue pour une aide d’urgence, attribuée « en lien avec les organisations professionnelles et avec une attention particulière à l’emploi. »

Manifestations autour du livre : maintien des subventions malgré les annulations

Le Centre national du livre (CNL) versera les subventions initialement attribuées à des événements annulés en raison de la crise sanitaire, l’objectif étant d’aider les organisateurs à faire face aux dépenses engagées.

Concernant la rémunération des auteurs qui avaient été sollicités pour ces événements, le CNL promet « une attention particulière », sans autre précision.

Enfin, pour ce qui est du soutien aux libraires indépendantes et aux éditeurs, un fonds d’urgence de 5 millions d’euros sera mis en place par le CNL. Ce dernier reportera les échéances des prêts accordés aux éditeurs et aux libraires.

Cinéma : suspension de la taxe sur les entrées en salle

Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) va suspendre le paiement de la taxe sur les entrées en salle (TSA) pour ce mois de mars.

Les aides prévues pour les salles Art et essai et les structures de distributeurs continueront d’être versées. Le CNC indique étudier aussi un assouplissement des critères d’éligibilité à ces aides.

Enfin, toutes les subventions promises ou déjà versées aux manifestations autour du cinéma qui ont été annulées restent acquises.

Arts plastiques : 2 millions d’euros pour les centres d’art et galeries

Le Centre national des arts plastiques (CNAP) et les directions régionales des affaires culturelles (Drac) vont cogérer un fonds d’urgence de 2 millions d’euros destinés aux centres d’art labellisés et aux galeries, ainsi qu’aux artistes.
Les conditions d’éligibilité des professionnels de ce secteur aux aides du CNAP seront assouplies.

Droits de cession : le levier de la solidarité

Le ministère de la Culture a demandé à ses opérateurs nationaux, aux équipements subventionnés, et aux « structures les plus solides financièrement » de se montrer solidaires des compagnies et des intermittents. Comment ? En payant les droits de cessions d’exploitation prévus dans les contrats signés avec les équipes artistiques dont les spectacles ont été annulés. Un levier de solidarité que les organisations professionnelles du spectacle vivant avaient déjà évoqué auprès de leurs adhérents dès les limitations successives des jauges autorisées entre le 2 et le 13 mars.

 

La réserve de précaution mise en débat

Fixée à 6% des crédits 2020 pour la direction générale de la création artistique (DGCA), la réserve de précaution peut-elle constituer un levier supplémentaire pour venir au secours des structures culturelles en grande difficulté financière ? C’est en tout cas ce que pensent les organisations professionnelles du secteur public du spectacle vivant (SNSP, Syndeac, Les Forces musicales et Profedim), qui avaient écrit au Premier ministre dès le 10 mars pour en demander la levée.

Références

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

A l'heure du confinement, comment organiser le télétravail avec les agents du secteur public

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Covid-19 : le plan d’aide du ministère de la Culture

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement