Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Démocratie locale

Avec le confinement, les maires face au défi de l’installation du conseil municipal

Publié le 18/03/2020 • Par Clément Le Foll • dans : A la une, Actu juridique, France

toulouse
P. Nin / Ville de Toulouse
Dans les communes où l’édile a été élu dimanche, l’installation du Conseil municipal doit se tenir entre le 20 et 22 mars. Une réunion à l’organisation remaniée en période de confinement qui ne fait pas l’unanimité.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Alors qu’en pleine pandémie de COVID-19, le second tour des élections municipales a été reporté, près de 30 000 communes ont déjà élu leur maire à l’issue du premier tour le 15 mars.  Le lendemain du scrutin, le ministre chargé des collectivités territoriales Sébastien Lecornu a confirmé la tenue des réunions des conseils municipaux des communes dont le maire est déjà en place. Elles se dérouleront entre le 20 et le 22 mars clarifie une note de l’association des Maires de France et des présidents d’Intercommunalités (AMF) envoyée mardi 17 mars, qui dessine les contours de ces assemblées qui se tiennent en période de confinement.

Les municipalités s’organisent

Réélu au premier tour à Louviers dans l’Eure, François-Xavier Priollaud se réfère à cette note pour organiser son conseil d’installation. Les convocations ont été envoyées lundi pour une tenue vendredi soir. “Afin de nous conformer à la distance d’un mètre entre chaque personne, nous avons délocalisé la réunion dans un gymnase”, informe l’édile.

Habituellement ouvert au public, l’événement se tiendra à huis-clos pour limiter les risques de contamination. L’article L2121-20 du Code général des collectivités territoriales indique “qu’un conseiller municipal empêché d’assister à une séance peut donner à un collègue de son choix pouvoir écrit de voter en son nom.” Ce point s’appliquera aux élus fragiles qui ne pourront pas y assister en période de COVID-19. Pour sa commune, François-Xavier Priollaud précise que “la majorité des personnes seront présentes.”

Des spécificités juridiques

Avocat spécialiste des collectivités territoriales, Yvon Goutal salue la lisibilité juridique du document transmis par l’AMF. L’avocat insiste cependant sur l’obligation juridique de voter le huis-clos en début de séance. Il se questionne également sur la cohérence de la limitation des ordres du jour aux sujets indispensables : élection du maire et des adjoints, lecture de la charte de l’élu local et détermination du nombre d’adjoints. “Dans ces réunions, il y a généralement un équilibre entre la nomination des adjoints et celle des délégations d’organismes extérieurs, qui n’aura pas lieu”, estime-t-il.

Maître Goutal émet des réserves sur le respect du quorum. Pour que le Conseil municipal délibère valablement, il faut en effet que la majorité de ses membres en exercice soit présente. Les règles sanitaires pour lutter contre le COVID-19 pourraient amener une majorité d’élus à rester chez eux dans certaines communes.

Une décision contestée en période de confinement

Le maire de Louviers François-Xavier Priollaud se veut lui rassurant quant à la tenue de ce rassemblement. “La situation est sous contrôle, il faut appliquer les règles.” Un avis que ne partage pas la sénatrice de Saône-et-Loire Marie Mercier, qui s’interroge dans un message posté sur sa page Facebook. “Les petites communes n’ont parfois pas la place, au sein de leur mairie, de veiller aux distances de sécurité de leurs élus. Que faut-il leur recommander ?”

Le maire de Venarey-Les Laumes et vice-président de l’AMF et de la région Bourgogne-Franche-Comté Patrick Molinoz a lui adressé un courrier aux élus de Côte d’Or et au Préfet de Région, lui demandant de le transmettre à Edouard Philippe. L’édile y plaide pour le report des installations et le “maintien des assemblées sortantes jusqu’au second tour des municipales”. Une situation qui permettrait aux communes de se concentrer sur “l’accompagnement de nos concitoyens dans l’application et le respect des mesures sanitaires indispensables pour combattre l’épidémie.”

 

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Avec le confinement, les maires face au défi de l’installation du conseil municipal

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

18/03/2020 06h14

Le temps n’est pas opportun pour polémiquer.
Mais je viens de lire les propos de plusieurs experts de notre Constitution qui s’alarment tous de la mise en place de ces élections.

Pour tous il y a deux points particulièrement importants:
– le taux d’abstention record fait que les élus au premier tour n’ont pas la légitimité attendue. Ainsi, les décisions qu’ils prendront seront toujours remises en cause.
– la Constitution est très claire sur l’appartenance des deux tours (séparés d’une semaine) à la même consultation du Peuple. Par ailleurs, le délai pour déposer sa liste pour le second tour est fort réduit ce qui ne permet pas des négociations d’arrière boutique sur un long terme comme cela est désormais engagé.

En un mot, ce « tripatouillage » avec l’accord de l’ensemble des représentants de la classe politique n’est pas un point favorable pour notre démocratie qui n’en sortira pas grandie.

Pour ma part j’estime que le Président de la République a eu des mots très forts en indiquant lundi soir qu’il y aura un « avant » et un « après » coronavirus. Il est dommage que ce principe n’ait pas été pris en compte pour cette élection.

Cette crise sanitaire doit aussi permettre de revoir notre système d’élections:
– pourquoi deux tours?
– pourquoi ne pas prendre en compte les votes blancs et nuls qui pourraient servir à la représentation des petites formations?
– pourquoi la majorité élue avec une minorité des voix dispose-t-elle d’un nombre de sièges qui n’a rien à voir avec la représentation voulue par le Peuple?

Pour faire simple, pourquoi laisser les organisations politiques choisir le mode qui leur convient le mieux, sans en référer au Peuple souverain?
Cette question s’applique bien évidemment aux décisions prises par les assemblées pour définir les points particuliers dont vont bénéficier leurs membres. Certains appellent cela les « avantages »!

Fusedid

20/03/2020 10h46

Bonjour nos politiques ne sont pas des gens responsables on interdit aux citoyens de rester chez eux et ont maintien les réunion des conseils municipaux pour les élections des maires (c’est un abérration )

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement