Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Social

Coronavirus : incertitude dans les services de la protection de l’enfance

Publié le 18/03/2020 • Par Isabelle Raynaud • dans : France

enfance
Africa Studio / AdobeStock
Les personnels de la protection de l'enfance ne sont pas considérés comme prioritaires pour faire garder leurs enfants. Il est pourtant impossible de laisser les enfants placés seuls dans leurs foyers...

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Jusqu’ici, les choses se gèrent mais on sent de la tension chez tous les interlocuteurs. Les services de protection de l’enfance se trouvent dans une situation déjà difficile en ces premiers jours de confinement.

Personnel non prioritaire

Alors que les enfants placés ne vont à l’école – comme tous leurs camarades – depuis lundi 16 mars, les établissements les accueillant n’avaient pas toujours le  nombre d’encadrants disponible pour les surveiller tout au long de la journée. Les plannings n’étaient pas prévus, les enfants ne devant pas être dans les locaux…

Mais surtout, les travailleurs sociaux, et notamment les éducateurs spécialisés présents dans les foyers, ne sont pas considérés comme des agents prioritaires. Contrairement aux personnels soignants des hôpitaux et établissements médico-sociaux ou aux pompiers, impossible pour eux de laisser leurs propres enfants à l’école pour aller travailler…

Dès le weekend, les appels à la solidarité ont été nombreux sur les réseaux sociaux pour que des volontaires se fassent connaître.

Premières difficultés

« Nous avons fait remonter très tôt le problème et demander qu’elles étaient les mesures prévues pour la protection de l’enfance », indique-t-on du côté de l’Assemblée des départements de France (ADF).

Le secrétaire d’Etat a tenu un point téléphonique avec des représentants d’associations, le 17 mars.

Les responsables associatifs ont pu mettre en avant les difficultés : selon la déléguée nationale du Groupe national des établissements publics sociaux et médico-sociaux (Gepso), Jeanne Cornaille, 10 à 20% des personnels manquaient à l’appel le lundi 16 mars…

Internats prévus

Dans l’Allier, le conseil départemental a « identifié les risques », mais, pour l’heure, l’absentéisme reste sous contrôle. Mais des mesures exceptionnelles ont été mises en place : « des travailleurs sociaux ont pris, avec l’accord du tribunal, des enfants placés chez eux », explique Nans Mollaret, le DGA Solidarités. Mais joindre le tribunal est, dans certains départements, devenu impossible, souligne l’ADF.

Au-delà de la situation dans les établissements, il faudra peut-être aussi venir en soutien d’assistants familiaux « qui peuvent être malade », rappelle le DGA. Le département prévoit ainsi la réquisition des internats de collège, pour y loger des enfants en cas de besoin.

Les Mineurs non accompagnés (MNA) pourraient ainsi être les premiers concernés. Ils sont nombreux à être logés en temps normal en hôtel. Dans l’Allier, certains ont dû être déplacés pour libérer les établissements désormais destinés aux personnels hospitaliers. Dans la Mayenne, ils sont hébergés entre appartements et maisons d’accueil. « Pour la restauration, ils mangeaient dans les foyers de jeunes travailleurs, qui ont été fermés, rapporte Olivier Richefou, le président du département. Nous avons donc fait le choix de prendre un prestataire externe qui livre à chaque lieu d’accueil des MNA les repas une fois par jour : chaud pour le midi et un repas froid prévu pour le soir. »

Craintes pour les enfants maltraités

Avec le confinement, les associations craignent pour les enfants maltraités. Ils sont effectivement actuellement confinés avec leurs bourreaux. Et les visites à domicile par les travailleurs sociaux des conseils départementaux ont été suspendus. Les professionnels craignent donc une recrudescence des violences.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Collectivités : comment aider les entreprises en cette période de crise

de La Gazette des communes

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Coronavirus : incertitude dans les services de la protection de l’enfance

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement