Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Crise sanitaire

Emmanuel Macron déclare « la guerre » au coronavirus

Publié le 16/03/2020 • Par Alexandre Léchenet Brigitte Menguy Laura Fernandez Rodriguez Romain Gaspar • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actualité Club finances, France

Intervention Emmanuel Macron
Capture écran
Le chef de l'Etat a annoncé lundi soir une série de mesures restrictives pour renforcer encore la lutte contre la propagation du coronavirus. Le président a déclaré la "guerre" à l'épidémie, et compte sur tous les acteurs, y compris les collectivités, pour l'emporter. Des mesures précisées ensuite par le gouvernement.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

“Nous sommes en guerre.” Emmanuel Macron a pris la parole pour la seconde fois en une semaine lundi soir, à 20 heures. Après avoir annoncé jeudi la fermeture des établissements scolaires, il a annoncé de nouvelles mesures, dont une restriction sévère des déplacements à partir de mardi midi, et le report du second tour des élections municipales. « Nous sommes en guerre » a-t-il répété plusieurs fois, voulant faire prendre aux Français la mesure de la menace sanitaire. Des mesures financières vont être prises pour accompagner les entreprises face à l’arrêt de l’activité. L’ensemble des réformes, dont celle des retraites qui était à l’étude au Sénat, vont être suspendues. Les frontières seront également fermées, au niveau européen également à partir de mardi midi. Passage en revue.

Second tour reporté, réformes suspendues

L’information avait circulé en fin d’après-midi : le second tour des élections municipales n’aura pas lieu comme prévu dimanche. Car même si le Président a remercié, durant son allocution, l’ensemble des personnes – collectivités en tête – pour l’organisation des premières opérations de vote, le second tour du scrutin est reporté.

“Après avoir consulté le président du Sénat et le président de l’Assemblée nationale mais aussi mes prédécesseurs, j’ai décidé que le second tour des municipales serait reporté” a expliqué Emmanuel Macron. Le Président a précisé que le Premier ministre avait réuni les chefs de partis et que “cette décision de report a fait l’objet d’un accord unanime”. 

Un projet de loi examiné par le Conseil d’Etat organisera le report du second tour au plus tard au mois de juin, a ensuite précisé le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. « Il confirmera l’entrée en fonction des premiers et la prolongation des mandats des conseils municipaux et des maires pour les communes dans l’attente du second tour » a-t-il annoncé.

Pour sa part, le ministre en charge des collectivités territoriales, Sébastien Lecornu a indiqué que « pour les communes dans lesquelles le conseil municipal est complet au 1er tour, l’élection du maire et des adjoints aura lieu ce week-end comme le veut la loi ».

De même, Emmanuel Macron a annoncé mettre à l’arrêt les réformes en cours dont celle emblématique des retraites. « Toute l’action du gouvernement doit être tournée vers le combat contre l’épidémie » a-t-il énoncé face caméra. Un projet de loi autorisant le gouvernement à légiférer par ordonnance passera en conseil des ministres dès mercredi et devra permettre au gouvernement de « répondre à l’urgence, et lorsque nécessaire de légiférer par ordonnance dans les domaines relevant de la gestion de crise ». Le Président veut aller vite puisque dès jeudi, ce projet de loi sera soumis au Parlement et sera « voté le plus rapidement possible ». Un choix approuvé par l’Association des maires de France dans un communiqué publié dans la foulée de l’allocution présidentielle.

Réduction stricte des déplacements

Au delà, le chef de l’Etat a annoncé “réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire” pour au moins 15 jours. Les seuls déplacements autorisés, en respectant une distance d’un mètre de sécurité, sont ceux effectués pour des soins, faire des courses, ou dans le cadre professionnel lorsque le télétravail n’est pas possible. “Toute infraction sera sanctionnée. (…) Nous posons des interdits, il y aura des contrôles, mais la meilleure règle c’est celle qu’en tant que citoyen vous vous appliquerez”, a insisté Emmanuel Macron.

Dans une allocution prononcée à la suite de celle du chef de l’Etat, le ministre de l’Intérieur a précisé que pour se déplacer, il faudra présenter une attestation téléchargeable sur le site du gouvernement. Seuls les déplacements brefs autour de son domicile seront autorisés. Une amende de 38 euros minimum et pouvant aller jusqu’à 135 euros pourra être délivrée par les forces de l’ordre. Des dispositifs de contrôle seront mis en place sur tout le territoire. 100 000 policiers seront mobilisés à cet effet.

Pour les soignants, le chef de l’Etat a rappelé la mise en place de services minimum de garde dans les crèches et écoles. Il a également annoncé que les taxis et hôtels pourraient également “être mobilisés” au profit des soignants.

Aide aux départements les plus touchés

Alors que l’approvisionnement en masques et en gel est crucial, le chef de l’Etat a annoncé que les masques seraient “réservés en priorité pour l’hôpital et la médecine de ville et de campagne” : “les masques seront livrés dans les pharmacies dès demain soir dans les 25 départements les plus touchés, mercredi pour le reste du territoire national.”

“Le pays accompagnera les régions les plus touchées aujourd’hui comme celles qui le seront demain, je veux assurer Grand Est que nous serons au rendez-vous pour les appuyer face à l’afflux de patients et saturation des hôpitaux”, a assuré le chef de l’Etat, alors que le président de région et médecin urgentiste Jean Rottner avait multiplié les alertes sur la situation. Enfin, l’armée a, à cette fin, été mise à contribution puisque “un hôpital de campagne du service de santé des armées va être déployé dans les jours à venir en Alsace”, et que “les armées apporteront leurs concours pour “déplacer les malades des régions les plus affectées” et “réduire la congestion”.

Les collectivités locales solidaires

Le chef de l’Etat a garanti « qu’aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite ». Pour ce faire, un dispositif exceptionnel de report de charges, cotisations et prêts pour aider les entreprises sera mis en place ainsi qu’un élargissement massif du chômage partiel, déjà annoncé jeudi soir lors de sa précédente intervention. « Nous mettons en place un dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien au report d’échéances bancaires, et de garantie de l’Etat à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques pour les plus petites entreprises. Celles qui font face à des difficultés n’auront rien à débourser, ni les impôts, ni les cotisations sociales ; les factures de gaz ou d’électricité ainsi que les loyers devront être suspendus », a annoncé Emmanuel Macron.

Du côté des collectivités, les régions ont été appelées à contribuer au fond de solidarité pour aider les artisans et commerçants. Les détails seront dévoilés demain. Et les collectivités territoriales devront aider à prendre en charge les plus précaires avec l’aide des associations. « Pour les plus précaires, nous ferons en sorte avec les associations et les collectivités que les services, que nous leur devons, soient assurés », a expliqué le Président de la République.

François Baroin, le président de l’Association des Maires de France (AMF) a tenu dans un communiqué “à assurer le chef de l’État du plein et entier soutien et de l’engagement sans faiblesse de chaque maire dans l’accompagnement local des mesures nationales. Les maires joueront pleinement leur rôle d’agent de l’État dans la coordination des services publics de proximité afin d’être au plus près des Français comme toujours naturellement lorsque l’essentiel est en jeu”. 

Cet article est en relation avec le dossier

Cet article fait partie du Dossier

Coronavirus : les services publics face à la crise sanitaire

Sommaire du dossier

  1. Déconfinement phase 2 : la France passe au vert, et à l’orange
  2. Covid-19 et déconfinement : les départements reçoivent leur couleur
  3. Feu vert pour un déconfinement à deux vitesses
  4. Un déconfinement à géométrie variable
  5. Protection de l’enfance : comment le système a tenu grâce aux professionnels et au système D
  6. Déconfinement : comment réaménager l’espace public pour les piétons
  7. Déconfinement : les douze travaux des collectivités
  8. « Le confinement risque de renforcer les citadelles résidentielles » – Michel Lussault
  9. Coronavirus dans les Ehpad : les maires se rebiffent
  10. Réouverture des écoles le 11 mai : encore trop de questions sans réponse
  11. La guerre des masques, un cauchemar pour les collectivités
  12. Crise sanitaire : des clés pour assurer la protection des agents
  13. Déconfinement : vers une généralisation des pistes cyclables
  14. Coronavirus : les organisateurs de festivals plongés dans la confusion
  15. Mineurs non accompagnés : les grands oubliés de la gestion de la crise sanitaire
  16. La voiture, future grande gagnante de la crise du Covid-19 ?
  17. Coronavirus : maintenir le lien social, coûte que coûte
  18. Coronavirus : les derniers graphiques pour suivre l’épidémie, et le déconfinement
  19. Coronavirus : la PMI s’est remise en ordre de marche
  20. Coronavirus : la progression de l’épidémie dans les territoires
  21. Comment les collectivités ajustent leur plan de continuité
  22. « Les conditions sont réunies pour qu’il y ait d’autres pandémies »
  23. Coronavirus : comment fonctionne le nouveau cadre juridique d’état d’urgence sanitaire ?
  24. Emmanuel Macron déclare « la guerre » au coronavirus
  25. Arrêtés imposant un couvre-feu : quelles sont les règles ?
  26. Violences conjugales : que peuvent faire les collectivités en période de confinement?
  27. Services numériques : comment tenir bon pendant la crise sanitaire ?
  28. Parcs et plages fermés, amendes pour les promeneurs
  29. Fermeture des écoles : comment réorganiser les services et les missions des agents ?
  30. Coronavirus : les CCAS en première ligne pour maintenir l’aide à domicile
  31. Coronavirus : comment les services publics s’organisent
  32. Coronavirus : les policiers municipaux cherchent leur place dans la gestion de la crise
  33. Coronavirus : les sapeurs-pompiers en ordre de bataille
  34. Coronavirus : concours et formations annulés par la crise sanitaire
  35. Coronavirus : après la fermeture des écoles, quel rôle pour les collectivités ?
  36. Coronavirus : le Conseil d’Etat ne suspend pas la circulaire sur les procurations
  37. Coronavirus : Ehpad et services d’aide à domicile sous tension
  38. Coronavirus : les pompiers au secours du Samu
  39. Coronavirus : gestion de crise pour l’organisation des municipales
  40. Les DRH aux avant-postes face au coronavirus
  41. Coronavirus : face au risque d’abstention, les collectivités s’organisent
  42. Coronavirus : quelle articulation entre compétences du maire et de l’Etat ?
  43. Quatre questions que pose le coronavirus aux professionnels du spectacle vivant
  44. Coronavirus : Edouard Philippe annonce une série de mesures pour les élections municipales
  45. Coronavirus : les élus locaux luttent contre la propagation du virus sur le terrain
  46. Coronavirus : situation de l’agent public au regard des mesures d’isolement
  47. Les collectivités locales face au risque de pandémie du Coronavirus
  48. Coronavirus : l’organisation des municipales perturbée par l’épidémie annoncée
  49. Malgré le coronavirus, bibliothèques et musées vont poursuivre leurs missions

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Emmanuel Macron déclare « la guerre » au coronavirus

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

17/03/2020 08h02

La guerre au virus ? Sérieux ?
Est-ce que ça ne serait pas plutôt la guerre aux Français ?
Non, parce que moi, si j’étais un virus, je rigolerais bien, pas vrai… La quarantaine, l’isolement, mais en groupes, sans aucun dépistage, et surtout, sans envisager le moindre traitement, ça doit être pour rire, non ?
On se croiraient revenus aux temps de la Peste où il n’existait aucun moyen de traitement… Et la seule chose à faire, c’était de prier Dieu et d’espérer que ça passe.
Les Chinois et les Coréens, eux, ont fait la guerre au virus ; ils le dépistent, systématiquement et le soignent avec tous les traitements à leur disposition dont la chloroquine…
Nous ? Rien… On laisse les individus porteurs contaminer les autres, sans les isoler spécifiquement, sans les soigner préventivement… On attend le pire : comme avec la Peste, donc…
Moyen-Âge, le RETOUR !!!!!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement