Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gestion de crise

Coronavirus : comment les services publics s’organisent

Publié le 16/03/2020 • Par Caroline Garcia Françoise Sigot Pascale Tessier • dans : Régions

Organisation_travail_équipe
D.R.
Les mesures de restriction annoncées par le gouvernement ont un impact lourd sur l'organisation des services dans les collectivités. La Gazette est allée à la rencontre de plusieurs d'entre elles, en Ile-de-France, en Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Auvergne-Rhône-Alpes. Tour d'horizon.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Je ne veux pas que l’on arrive au syndrome de la grille fermée ! » Dans les Yvelines, le conseil départemental avait anticipé, dès la semaine dernière, en ne laissant dans les collèges qu’un gardien et un ou deux agents d’entretien, explique Yves Cabana, directeur général des service du conseil départemental.

Il a également maintenu un service minimum limité aux urgences dans les espaces territoriaux et ceux de l’aide sociale à l’enfance, points sensibles des compétences. Les médecins de PMI sont à leur poste, mais partout où c’est possible, les agents sont en télétravail et ceux qui ne peuvent travailler à distance sont chez eux, rémunérés, joignables, mobilisables, s’ils ne sont pas de garde d’enfant. La réunion de direction s’est faite lundi en visioconférence. L’organisation est « pragmatique » suivant les postes, la ligne maîtresse étant que « tous ceux qui ne sont pas indispensables restent chez eux. Mais aux directeurs d’être prêts à dispatcher le travail nécessaire aux équipes. Les cadres principaux sont priés de ne pas trop s’éloigner. » Le DGS assure pouvoir tenir « plusieurs mois ainsi.

Anticiper, c’est aussi ce qu’a choisi l’établissement public territorial (EPT) Est Ensemble (Seine-Saint-Denis ) en fermant, dès samedi, les cinémas et conservatoires dont il assure la gestion. Dans l’entourage du président Gérard Cosme, le point d’attention est porté sur la collecte des déchets et l’assainissement. Des prestations déléguées mais qui impliquent néanmoins des agents de la collectivité. Le service doit subir « le moins de perturbations possibles car c’est une question d’ordre sanitaire. »

Le télétravail imposé

Pour la reste, la majorité des 1300 agents est « en télétravail, dans l’attente des directives étatiques. » Et quand le travail à distance est impossible (pour l’accueil à la bibliothèque, par exemple), l’agent est envoyé chez lui sans perte de salaire.

Télétravail aussi à Achères (Yvelines), qu’il s’agisse du directeur général des services, des finances ou de l’ensemble des cadres lorsqu’ils n’ont pas de contraintes. « La question est de savoir comment on va s’organiser ensuite, quelles mesures devront être prises au cas par cas, pour les agents des services techniques ou ceux des espaces verts qui circulent parfois à trois dans le même camion », s’interroge le maire, Marc Honoré.

La semaine dernière, les agents devant garder leurs enfants avaient été recensés, avec une actualisation cette semaines, notamment dans le cas d’un conjoint enseignant. Un service minimum est maintenu en mairie, à l’état-civil notamment.

Depuis la semaine dernière, les cadres sont dotés d’outils informatiques sécurisés et configurés pour favoriser un télétravail qui touche depuis lundi la moitié des 550 agents, qui « ne peuvent pas utiliser leur ordinateur familial pour des questions de sécurité. »

Face à une situation « un peu anxiogène » en raison de l’inconnu, le maire juge que le personnel s’adapte bien aux n conditions de travail mais qu’il se pose beaucoup de questions. Les écoles et équipements étant fermés -et ayant été nettoyés vendredi- la faible activité ne provoque pas de perturbation sur le service public. Mais sur le plan administratif et financier, élus et directeurs doivent encore être à leur poste -ou facilement mobilisables-, notamment pour boucler le budget d’ici avril.

PACA : deux cas de figures

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, les villes appliquent les restrictions imposées par le gouvernement, selon deux cas de figure. Nice a proposé des mesures supplémentaires : les équipes municipales de la petite enfance peuvent renforcer les crèches hospitalières si nécessaire. Le maire (LR), Christian Estrosi, étend le dispositif mis en place pour la garde d’enfants aux personnels de la sécurité publique (police nationale, municipale et gendarmerie), aux pompiers, personnels en charge de la sécurité dans les EHPAD et ceux du transport urbain.

Les maisons de retraite municipales ont été équipées de matériels de vidéocommunication permettant aux résidents d’échanger avec leur famille. La ville prévoit aussi de contacter « régulièrement » les structures privées « afin de vérifier qu’ils ne manquent de rien et apporter un soutien si nécessaire ».

Une réserve d’agents municipaux a été constituée, sur la base du volontariat, « pour assurer la continuité des services prioritaires », santé, police, transports, mais aussi état civil et assainissement.

En lien avec la CPAM et les médecins libéraux volontaires, la ville envisage la mise en place d’une plateforme de téléconsultations pour « contribuer à désengorger éventuellement les hôpitaux et les médecins en ville ». Nice s’était déjà dotée d’une ligne téléphonique dédiée aux démarches et renseignements de ses citoyens.

Marseille et sa métropole, lourdement affectées depuis le 13 mars par une cyber-attaque « d’une ampleur inédite », ont dû mettre en place des mesures déjà plus strictes que celles préconisées au niveau national : fermeture de l’ensemble des sites administratifs, de tous les équipements accueillant du public et interdiction pour les agents d’utiliser leur ordinateur professionnel. Les applications et sites de la métropole sont en veille.

Dans les Hautes-Alpes, la préfecture a activé un « centre opérationnel départemental » le 16 mars qui regroupe les services de l’Etat organisés en cellule thématique (santé-secours, activité économique, ordre public, etc.). Une adresse mail et une ligne dédiée aux collectivités locales est mise en service dans ce cadre.

Social : l’héritage du « Plan canicule »

A Lyon, tous musées, les bibliothèques, les équipements sportifs ainsi bien sûr, que les établissements scolaires et les crèches ont fermé leurs portes vendredi soir. Pour autant, les équipes municipales et métropolitaines tentent d’organiser la continuité des services publics. La Métropole a déclenché dès lundi son Plan de continuité d’activité (PCA) afin d’assurer ses missions essentielles. Ce sont surtout les services sociaux qui sont visés par ces mesures.

La Maison départementale et métropolitaine des personnes handicapées ainsi que les 22 points d’accueil dans les Maisons de la Métropole restent pour l’instant ouverts le matin pour des consultations d’urgence, et elles assurent un accueil téléphonique toute la journée. Par ailleurs, la Métropole a mis en place l’automaticité de la reconduction des aides sociales pour les bénéficiaires du RSA et de la Prestation de Compensation du Handicap. Enfin, en lien avec la Préfecture et l’ARS, elle a initié un « Plan contact COVID-19 » sur la base du Plan canicule, afin de garder un contact régulier avec les personnes isolées les plus fragiles. L’ensemble de ces dispositions sont susceptibles d’être adaptées au gré des consignes gouvernementales et de la disponibilité des agents, précise la Métropole.

Il en va de même dans les transports en commun où pour l’instant, les fréquences des bus, tramways, funiculaires et métros sont réduites de l’ordre de 30%. Au sein des collectivités, si la situation devait évoluer, les priorités sont d’ores et déjà établies. La Métropole assure ainsi que durant ces prochaines semaines, elle maintiendra « le mieux possible la collecte des ordures ménagères ».

 

Cet article fait partie du Dossier

Coronavirus : les services publics face à la crise sanitaire

Sommaire du dossier

  1. Coronavirus : la progression de l’épidémie dans les territoires
  2. Emmanuel Macron déclare « la guerre » au coronavirus
  3. « Les conditions sont réunies pour qu’il y ait d’autres pandémies »
  4. Coronavirus : le coût flambe pour les collectivités
  5. Coronavirus : comment fonctionne le nouveau cadre juridique d’état d’urgence sanitaire ?
  6. Arrêtés imposant un couvre-feu : quelles sont les règles ?
  7. Services numériques : comment tenir bon pendant la crise sanitaire ?
  8. Violences conjugales : que peuvent faire les collectivités en période de confinement?
  9. Parcs et plages fermés, amendes pour les promeneurs
  10. Fermeture des écoles : comment réorganiser les services et les missions des agents ?
  11. Coronavirus : les CCAS en première ligne pour maintenir l’aide à domicile
  12. Coronavirus : comment les services publics s’organisent
  13. Coronavirus : les sapeurs-pompiers en ordre de bataille
  14. Coronavirus : les policiers municipaux cherchent leur place dans la gestion de la crise
  15. Coronavirus : concours et formations annulés par la crise sanitaire
  16. Coronavirus : après la fermeture des écoles, quel rôle pour les collectivités ?
  17. Coronavirus : Ehpad et services d’aide à domicile sous tension
  18. Coronavirus : le Conseil d’Etat ne suspend pas la circulaire sur les procurations
  19. Coronavirus : les pompiers au secours du Samu
  20. Coronavirus : gestion de crise pour l’organisation des municipales
  21. Les DRH aux avant-postes face au coronavirus
  22. Coronavirus : quelle articulation entre compétences du maire et de l’Etat ?
  23. Coronavirus : face au risque d’abstention, les collectivités s’organisent
  24. Quatre questions que pose le coronavirus aux professionnels du spectacle vivant
  25. Coronavirus : Edouard Philippe annonce une série de mesures pour les élections municipales
  26. Coronavirus : les élus locaux luttent contre la propagation du virus sur le terrain
  27. Coronavirus : situation de l’agent public au regard des mesures d’isolement
  28. Les collectivités locales face au risque de pandémie du Coronavirus
  29. Coronavirus : l’organisation des municipales perturbée par l’épidémie annoncée
  30. Malgré le coronavirus, bibliothèques et musées vont poursuivre leurs missions
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

A l'heure du confinement, comment organiser le télétravail avec les agents du secteur public

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Coronavirus : comment les services publics s’organisent

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement