Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Montagne

Face au manque de neige, les stations cherchent un plan B

Publié le 18/03/2020 • Par Anne-Claire Poirier • dans : actus experts technique, France

Manque de neige
B. Vigaud / Adobestock
En réaction aux problèmes d’enneigement des stations de ski, ­Elisabeth ­Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire, a promis un accompagnement vers un modèle « quatre saisons ». La dépendance des stations à l’or blanc en a déjà fait déraper plus d’une.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A défaut de neige, une avalanche… de critiques pour la station pyrénéenne de Luchon-­Superbagnères après le transfert par hélicoptère de 50 mètres cubes de neige destinés à enneiger le bas des pistes, les 14 et 15 février. Symboliques, les images de l’opération montrent à la fois les causes et les conséquences du réchauffement climatique (la surconsommation énergétique et le manque de neige). Surtout, elles révèlent l’extrême dépendance des économies de montagne à l’or blanc.

« C’est une décision de dernier recours prise pour sauvegarder des emplois », se défend ­Georges  Méric, président (PS) du conseil dépar­temental de la Haute-Garonne, qui gère la station de Luchon-­Superbagnères ainsi que deux autres, Le  Mourtis et ­Bourg-d’Oueil, déjà fermées pour manque de neige. « J’ai 110 saisonniers qui désespèrent de travailler, sans compter le personnel privé dans l’hôtellerie et la restauration qui souffre beaucoup de la fermeture des pistes », explique-t-il.

Survie des territoires

A l’échelle française, le « produit neige » génère 120 000 emplois, d’après Domaines skiables de France. Les bonnes années, quelque 9 milliards d’euros sont dépensés en station. Mais que les flocons manquent ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Face au manque de neige, les stations cherchent un plan B

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement