Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement économique

L’e-sport local joue dans la cour des grands

Publié le 10/03/2020 • Par Robin Richardot • dans : France, Innovations et Territoires

Big esports event. Video games fan on a tribune at tournament's
D.R.
L’interco développe la compétition sur les jeux vidéo, notamment grâce à un événement fédérateur et un club local.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

[Grand Poitiers (Vienne) 40 communes • 191 800 hab.] « Poitiers, capitale de l’e-sport. » Ces mots s’affichaient en gros sur le stand dédié à la préfecture de la Vienne pour le salon Paris Games Week 2019, qui s’est tenu du 30 octobre au 3 novembre dernier.

« On ne cherche pas à être la référence nationale, désamorce pourtant Bruno Pinzauti, directeur adjoint attractivité et développement économique du Grand Poitiers. On veut être un territoire fertile et précurseur en lançant des initiatives. » Certaines collectivités territoriales semblent encore réticentes à promouvoir la compétition sur les jeux vidéo. Mais la communauté urbaine poitevine soutient pleinement localement un secteur qui, au niveau mondial, devrait générer plus d’un milliard de dollars de revenus cette année.

Du garage au Futuroscope

L’histoire de l’e-sport à Poitiers a commencé dans un garage. Des adolescents s’y affrontaient sur leurs jeux vidéo préférés et le phénomène a pris de l’ampleur pour devenir la Gamers Assembly. Organisé au palais des congrès du Futuroscope à l’origine, il se tient depuis 2014 au parc des expositions du Grand Poitiers, grâce à la participation financière de partenaires privés mais aussi de la communauté urbaine. Cette année, la 21e édition aura lieu du 11 au 13 avril. Rappelons que pour sa 20e édition, l’événement avait rassemblé 2 500 joueurs et 25 000 visiteurs.

Ce rendez-vous emblématique de l’e-sport en France a permis de créer tout un écosystème autour de la discipline à Poitiers. La pratique des jeux vidéo occupe aussi bien les « gamers » que les chercheurs de l’université, jusqu’aux maisons de retraite, qui organisent des compétitions grâce à l’association Silver Geek, installée en ville depuis deux ans. « Notre prochaine ambition est la création d’un pôle e-sport pour que les start-up qui s’implantent sur le territoire bénéficient de locaux », avance Bruno Pinzauti.

Musculation

Grand Poitiers dispose surtout de son propre club d’e-sport, les Orks. L’équipe née en 2005 a lancé un partenariat avec la communauté urbaine en mars 2018. La collectivité octroie alors une subvention au club entre 10 000 et 15 000 euros l’année. Les Orks Grand Poitiers sont donc devenus la première équipe d’e-sport locale. Un moyen de créer un attachement territorial avec le public. Lors de la dernière Gamers Assembly, l’équipe entendait autant les « Allez Poitiers ! » scandés que le nom de son club. Les Orks devraient avoir en plus une structure dédiée, disponible avant 2021.

En attendant, Grand Poitiers met un espace du Creps à la disposition des joueurs e-sportifs pour s’entraîner. Une grande première en France pour un établissement de haut niveau dédié aux sportifs traditionnels. « On souhaite une pratique e-sportive… sportive », résume Bruno Pinzauti.

En clair : durant un stage au Creps, un club d’e-sport enchaîne des séances de course ou de musculation le matin avec un entraînement aux jeux vidéo l’après-midi. Le directeur adjoint invite les territoires voisins à imiter ces initiatives. Cela permettrait de développer des tournois entre les communes. En avril 2019, la Gamers Assembly avait accueilli la finale d’une compétition d’e-sport intercommunale. La première d’une longue série, espère-t-on à Poitiers.

Contact : Bruno Pinzauti, directeur adjoint « attractivité et développement économique » du Grand Poitiers : 05.49.52.35.97.

« Il faut des clubs territoriaux »
Pierre Mc Mahon

Pierre Mc Mahon, président des Orks Grand Poitiers

« Aujourd’hui, dans les clubs professionnels d’e-sport, les joueurs n’ont pas d’attachement territorial et jouent en ligne ensemble. On veut faire le pari de s’implanter territorialement et d’être considérés au même titre qu’un club de sport traditionnel de n’importe quelle ville. Poitiers a ses clubs de foot et de basket, il doit avoir son club d’e-sport. Si on veut créer une fédération pour cette discipline, c’est indispensable qu’il y ait des clubs territoriaux. On ne peut pas être totalement dématérialisé. Cette association avec Grand Poitiers a fait beaucoup de bruit. On sait qu’il y a des négociations en cours dans beaucoup de villes mais qu’elles n’ont pas encore abouti. La faute souvent aux stéréotypes à propos du jeu vidéo. »

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’e-sport local joue dans la cour des grands

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement