Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Municipales 2020

Entretien de la voirie : pourquoi les électeurs attendent les candidats au tournant

Publié le 28/02/2020 • Par Clément Bouynet Romain Gaspar • dans : A la Une finances, Actu experts finances, actus experts technique, France

Route travaux
D.R.
A quinze jours des élections municipales, la voirie s'impose comme un des sujets de proximité majeur de cette campagne. Face à la baisse de l'entretien de certaines routes, les élus locaux rejettent la faute sur la baisse des dotations de l'Etat sur le mandat, et ont chacun leur propre stratégie pour financer ces investissements coûteux.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

1 091 075, ce n’est pas le butin d’un casse ou le gain du vainqueur au Loto, mais l’estimation du nombre de kilomètres de routes en France. Ce réseau important est très largement détenu (à 98%) et entretenu par les collectivités locales. Or, l’état de la chaussée est, dans de nombreuses communes, un sujet de débat central et inflammable en pleine campagne municipale.

A Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) par exemple, le candidat dissident de la majorité de droite, Laurent Dubois, n’a pas hésité à se mettre en scène sur les réseaux sociaux en train de jouer au golf dans des nids-de-poule pour interpeller ses administrés sur le manque d’entretien des rues de la commune.

Comme le racontent nos confrères de BFMTV, l’élu a même lancé un « nids-de-poule challenge » en appelant les habitants de la ville à envoyer des photographies de nids-de-poules présents près de chez eux à sa liste, de manière à voir si tous les trous seront rebouchés avant le 1er tour des élections municipales.

Comme le rappelle Christophe Michelet, président de Partenaires Finances Locales, un cabinet de consultants en finances locales, « la voirie est considérée par les habitants comme un service de proximité. La pression des usagers n’est donc pas la même que pour des équipements plus structurants ».

Une dégradation de l’état des routes

Or depuis plusieurs années, les rapports et études s’accumulent pour tirer la sonnette d’alarme sur la dégradation de la qualité des routes et le manque d’entretien. En seulement sept ans, la France a été rétrogradée de

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités, Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : manager les agents publics à l'heure du confinement

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Entretien de la voirie : pourquoi les électeurs attendent les candidats au tournant

Votre e-mail ne sera pas publié

Pierre

12/03/2020 11h31

Bonjour,

Ingénieur en chef responsable de la gestion de l’entretien routier de 4000 km de routes départementales durant 25 années.
Je vois le graphique figurant dans votre article depuis 25 ans aussi !
Après cette longue expérience je peux affirmer qu’il n’est pas nécessaire de procéder à la reconstruction de la totalité de la surface des chaussées qui n’ont pas reçu d’entretien préventif depuis 15 à 20 ans. Seulement une surface d’environ 5% nécessite une reconstruction totale de la chaussée.
Démonstration :
– En utilisant les données de votre article : 1 091 075 km de route, Périodicité de renouvellement de la chaussée de 15 ans
– En complétant avec des données moyennes : 5 m de large, reconstruction chaussée 300 €/m², 100 départements, 350 communes /Départements, 600 000 hab/département
Calcul : , Longueur 1 Mkm ; Surface 5 000 Mm² ; Coût reconstruction 1 500 000 M€/an ; Par département : 15 000 M€/an ; Par commune : 42 M€. ; 25 000€/an/habitant
Ce calcul montre que le graphique est pessimiste, voir surréaliste. Il décrédibilise son contenu auprès des maîtres d’ouvrage qui n’ont pas, bien entendu, les moyens financiers d’assumer ce niveau de service. Pourtant ils assurent à l’usager une circulation routière sans trop de difficultés sur toutes les routes françaises
Donc je profite de cet article de presse pour signaler que ce graphique est à réétudier ou du moins mieux expliquer car d’une part, il incite les maîtres d’ouvrage à renouveler leur revêtement de chaussée trop souvent et d’autre part, il peut même arriver à les faire culpabiliser de ne pas atteindre cet objectif de périodicité de renouvellement routier.

En espérant que ma contribution puisse rendre service aux collectivités et pratiquants routiers.

Cordialement

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement