Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

Etat unitaire, inégalités territoriales, bienvenue en France

Publié le 28/02/2020 • Par Clément Bouynet • dans : France

Pourcentage de gilets jaunes au début du mouvement rapporté proportionnellement à la population de chaque département.
Pourcentage de gilets jaunes au début du mouvement rapporté proportionnellement à la population de chaque département. D.R.
La diversité territoriale est une richesse de la France. Depuis quelques années pourtant, elle suscite des frustrations, celles des populations des zones périphériques ou rurales, qui se sentent déclassées. Alors que les inégalités socio-territoriales, terreau de l'extrême-droite, ne cessent de s'accentuer, l'Etat ne semble pas avoir trouvé la solution pour les endiguer selon des travaux pour la Fondation Jean Jaurès.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Renaud chantait qu’ « être né sous le signe de l’hexagone, ce n’est pas vraiment une sinécure ». Il semblerait en plus que les angles de cette figure géographique qu’est la France ne soient pas tous égaux. Dans une étude intitulée « Les inégalités socio-spatiales en France et en Allemagne », la fondation Jean Jaurès s’attache à démontrer que les disparités sont grandissantes sur le territoire, à renfort de cartes et de graphiques. L’un d’eux interpelle : le rapport entre les revenus moyens des plus riches et ceux des plus pauvres est passé de 6 (écart 38 000 euros par an) à 7,5 (écart de 53 000 euros) entre 1998 et 2012. Hervé Le Bras, co-auteur de l’étude, le rappelle « un mot ne remplace jamais une explication ». Avant de développer aussitôt : « la France est extraordinairement diverse. Mais selon les critères que l’on utilise, on peut voir apparaître des zones de sens, constater que l’hétérogénéité obéit à des régularités, et créer un effet mosaïque ».

Où sont les gilets jaunes ?

Parue un peu plus d’an après le début du mouvement des gilets jaunes, l’étude met en perspective la contestation avec le concept de diagonale du vide développé par Roger Brunet, qui partirait de la Meuse jusqu’au Massif central. « Il faut relativiser cette notion mais la densité de population y est plus faible, et les gens continuent de partir. Proportionnellement, les gens se sont plus revendiqués gilets jaunes dans ces départements ». Et ce, alors même que les revenus des individus ont augmenté de manière plus importante dans ces territoires ruraux éloignés des villes, comme dans le Cantal, l’Aveyron, ou encore La Mayenne.

Autre comparatif intéressant, la corrélation entre éloignement des grands centres villes, pourcentage d’immigrés et scores de Marine Le Pen aux présidentielles, où le vote RN est inversement proportionnel au nombre d’immigrés. Même chose dans les petites communes. De là à prévoir une vague d’élus municipaux RN ? Pas forcément pour Hervé Le Bras : « Les municipales sont assez défavorables au vote Marine Le Pen, les intérêts locaux entrent en jeu ».

Promouvoir les collectivités locales

Le démographe insiste d’ailleurs sur le rôle des élus locaux, insuffisant selon lui. « Les responsables locaux sont plus estimés que les responsables nationaux. Or, il y actuellement un mépris du gouvernement à l’égard de ces élus et des corps intermédiaires ». Car si l’étude rappelle que la France pratique la politique de redistribution des richesses la plus importante, son organisation très jacobine ne permet pas de combler les inégalités. Bien au contraire. « Il faut en finir avec l’égalité formelle. C’était bien sous la IIIe République » tacle le chercheur. « Etant donné que les configurations sociales sont très différentes, appliquer les mêmes règles n’est pas toujours bon. Il faut arrêter de vouloir que tout rentre dans une case, un peu comme des poupées russes ».

Si l’étude salue l’importance de la péréquation entre les collectivités, Hervé le Bras déplore les choix territoriaux faits depuis des années. « La loi NOTRe a été particulièrement nocive, la fusion des régions a été faite n’importe comment. Tout n’est pas groupé dans les capitales de régions, les coordinations sont mauvaises, et cela coûte cher ». Si on ajoute, les énormes disparités dans le déploiement d’un Internet performant – « inégalités particulièrement fortes entre France des villes et France des champs » -, combinées à la baisse des dotations, il semble illusoire de tendre vers une égalité territoriale à court terme. « La taxe d’habitation avait un sens pour les communes. Désormais s’ouvre une période d’incertitude pour elles. Elles sont à la merci de l’Etat ».

 

L’état fédéral allemand pas exempt de critiques

Si un état unitaire ne parvient pas à résorber les inégalités sur son territoire, une organisation fédérale peut-elle faire mieux ? Pas nécessairement pour la fondation Jean Jaurès, qui a étudié de près le cas allemand. Si les chercheurs rappellent la bonne santé économique de l’Allemagne, ils pointent assez rapidement « les disparités socio-géographiques très nettes entre le Sud et le Nord, mais surtout entre l’Ouest et l’Est ». Avant de préciser, quelques lignes plus loin : « le poids économique d’une région est encore plus déterminant pour son développement qu’il y a vingt ans ». Si la réunification a donc porté ses fruits au niveau politique, les écarts des niveaux de vie ne se sont guère estompés entre ancienne RFA et ancienne RDA. La Fondation Jean Jaurès craint d’ailleurs que les choses n’aillent pas en s’arrangeant, la péréquation horizontale entre Länder n’existant plus en vertu de la nouvelle réorganisation des relations financières Etat fédéral et Länder : « les riches restent riches, les pauvres restent pauvres ». La marginalisation de certains territoires a un effet constable, la montée du populisme de droite en réponse au « manque de confiance dans le monde politique, et les sentiments de frustration et d’incertitude qui ne cessent de croître ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Jumeau numérique : comment la maîtrise des données territoriales sert-elle la transition écologique ?

de Egis

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Etat unitaire, inégalités territoriales, bienvenue en France

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement