logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/665132/les-impots-locaux-grands-absents-de-la-campagne-municipale/

FISCALITÉ
Les impôts locaux, grands absents de la campagne municipale
Cédric Néau, Clémence Villedieu, Romain Gaspar | A la une | A la Une finances | Actu experts finances | France | Publié le 03/03/2020 | Mis à jour le 04/03/2020

A deux semaines du scrutin, la réforme en cours sur la disparition de la taxe d’habitation semble avoir éteint le débat sur le niveau de la fiscalité locale, mais ne résout pas les problèmes de financement des investissements locaux à réaliser lors des mandats à venir.

Quel programme électoral?

Il n’y aura pas de débat fiscal au printemps. Si l’enjeu autour des niveaux d’impositions locales avait été au cœur des promesses de candidats aux municipales de 2014, il semble déserter l’arène électorale cette année.

« Personne ne m’en parle sur les marchés, on dirait qu’il n’y a plus d’enjeu financier pour les contribuables, alors que beaucoup n’ont pas encore réalisé que la taxe d’habitation [TH] disparaît et que d’autres sont persuadés la payer plus tard différemment », résume Philippe Laurent, candidat (UDI) à sa succession à Sceaux (19 700 hab., Hauts-de-Seine).

La fiscalité n’est également plus prioritaire pour les habitants de Chantepie (10 400 hab., Ille-et-Vilaine) : « Les gens me parlent de cadre de vie, de vie associative, de tranquillité publique ou d’éducation et de mobilité », constate Grégoire Leblond, son maire (UDI).

Le thème de la fiscalité aurait pu pourtant alimenter les conversations dans les cafés de cette ville résidentielle de la métropole rennaise. L’équipe municipale, en place depuis deux mandats, avait choisi d’augmenter

POUR ALLER PLUS LOIN