Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • « Le rôle des élus et des cadres territoriaux dans le développement social est central »

Travail social

« Le rôle des élus et des cadres territoriaux dans le développement social est central »

Publié le 28/02/2020 • Par Nathalie Levray • dans : France

Paris (75), 23/06/2015 : Cyprien Avenel, membre de l'équipe Mission de l'Analyse Stratégique au Ministère de la Santé / DGCS.
© Delaporte / Andia
Paris (75), 23/06/2015 : Cyprien Avenel, membre de l'équipe Mission de l'Analyse Stratégique au Ministère de la Santé / DGCS. © Delaporte / Andia © Delaporte / Andia
Dans un entretien à la Gazette, Cyprien Avenel, sociologue à la mission d’analyse stratégique et prospective de la direction générale de la cohésion sociale (DGCS), promeut la notion de développement social et appelle les élus locaux et les cadres de collectivités à s'en saisir "pour transformer l'action sociale". Entretien.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Figure universitaire, Cyprien Avenel a codirigé avec Cristelle Martin, présidente de l’ANCASD, l’édition du Guide du « développement social et des interventions collectives du travail social », sur une commande du Haut conseil de travail social (HCTS). A l’heure où le travail social souffre d’une perte de sens et est largement interrogé par les professionnels et les institutions, le sociologue analyse, pour la Gazette, le rôle majeur des élus et des cadres territoriaux pour enclencher et porter une démarche par laquelle le social devient un moteur du développement et du bien commun sur un territoire. Le potentiel local du développement social ne peut toutefois pas se passer de l’appui de la politique nationale.

Pourquoi ce guide et quelle ambition lui assignez-vous ?

La sortie de ce guide intervient alors que la notion de développement social acquiert un regain d’intérêt aux yeux des acteurs du champ social, en lien avec l’épuisement du modèle de l’aide sociale individuelle, la massification des problèmes sociaux liés au chômage ou à la précarité, l’empilement des dispositifs et la nécessité de s’adapter aux nouveaux besoins des personnes. Le contexte institutionnel, notamment national, s’y montre de plus en plus favorable depuis les États généraux du travail social et son plan d’action poursuivi par l’actuelle stratégie Pauvreté et son objectif de valorisation du travail social.

Dans la définition du travail social adoptée en 2017, le code de l’action sociale et des familles vise le développement social, articulant approche collective et accompagnement individuel. Enfin, les réformes territoriales ont consacré le conseil départemental comme chef de file de l’action sociale et du développement social. Le guide veut rapprocher les axes politiques et stratégiques du développement social, des outils et méthodes du terrain, pour le rendre opérationnel dans les territoires par le truchement du travail social collectif.

C’est pour cette raison que le guide s’adresse aux élus et aux cadres territoriaux ?

Le développement social n’est pas un dispositif technique mais une conception des compétences sociales dans les territoires pour transformer l’action sociale. À la réparation des problèmes socio-économiques s’ajoutent leur prévention et l’émancipation personnelle. Il suppose le décloisonnement des politiques publiques et la participation des individus et des groupes ; il nécessite donc un pilotage politique fort. Le rôle des élus et des cadres territoriaux est central.

La politique de développement social ne peut donc pas s’affranchir d’un portage politique et institutionnel ?

Des initiatives peuvent émerger de façon informelle des acteurs associatifs, de la société civile ou des travailleurs sociaux eux-mêmes et l’appropriation politique venir dans un second temps. Mais le développement social prend en compte la dimension structurelle collective des difficultés actuelles, sociétales, économiques, environnementales, pour apporter des solutions collectives et décloisonnées aux personnes, là où elles vivent. Il s’agit d’intégrer la question sociale au cœur du territoire, de solliciter les acteurs des secteurs de l’économie, de l’insertion, de la culture, etc.

En somme, d’instrument réparateur, le social devient un moteur du développement et du bien commun local. En ce sens les élus, positionnés à l’échelle de la proximité dans le « faire société » (tout est dans le faire !), garantissent la continuité et la transversalité des projets ainsi que la participation. Le portage national et la mobilisation du droit commun sont très importants. Il n’est pas question d’y substituer le portage territorial ; c’est pour cette raison qu’il n’est plus question de développement social local. Il s’agit bien d’articuler cette conception ascendante et transformatrice de l’action sociale dans les territoires avec la politique nationale.

Quels défis doivent relever les élus et les cadres territoriaux ?

Le développement social induit un positionnement de l’intervenant social comme facilitateur et organisateur de l’action collective, et peut répondre à la perte de sens du métier. Il suppose aussi une prise de risque et un « lâcher prise » par les élus et les dirigeants territoriaux. Les enjeux de formation et de management sont donc majeurs. Les élus peuvent être sensibilisés à l’articulation des enjeux – permise par le développement social – de l’attractivité territoriale et de la cohésion sociale. Le guide ouvre la porte sur ces questions et promeut la coopération territoriale.

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Le rôle des élus et des cadres territoriaux dans le développement social est central »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement