Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Santé au travail

Restauration collective : la pénibilité réduite grâce au fait maison

Publié le 06/03/2020 • Par Solange de Fréminville • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

mix of raw vegetables with mushrooms and zucchini in the school
ChiccoDodiFC/Adobestock
Responsables de restauration collective, adeptes de l’alimentation locale et bio, ils s’efforcent d’améliorer les conditions de travail des agents de cette filière.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Quand l’alimentation locale et bio prend de l’ampleur dans la restauration collective, l’organisation du travail change. Cela nécessite moins d’aliments ou de plats préparés en sachets ou en boîtes qu’il faut ouvrir et assembler. C’est « une cuisine où l’on travaille les produits bruts », souligne Stéphane Veyrat, directeur de l’association Un plus bio. Il faut laver, désinfecter, éplucher, découper, puis cuisiner des quantités énormes de légumes, de viande et de poisson avant de verser le tout dans des bacs pour le service, etc.

Or, les métiers de la restauration collective sont déjà exposés à moult risques professionnels, surtout aux troubles musculosquelettiques, d’après l’Institut national de recherche et de sécurité, en raison des gestes répétitifs, du port de charges lourdes, des cadences élevées, de l’environnement (chaleur, froid, humidité, etc.) et de l’utilisation d’outils dangereux.

Purées bios maison

Mais, remarque Nicolas Madet, responsable de la restauration collective de la ville de Bègles (400 agents, 28 600 hab., Gironde), qui a augmenté la part du bio à hauteur de 50 %,« je suis convaincu que c’est mieux de manipuler

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Restauration collective : la pénibilité réduite grâce au fait maison

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement