Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Face-à-face

La laïcité en débat : Jean-Louis Bianco face à François Pupponi

Publié le 28/02/2020 • Par Brigitte Menguy Romain Gaspar • dans : A la une, Actu juridique, France

face face Bianco Pupponni
F. Calcavechia / La Gazette
­Emmanuel ­Macron a annoncé, le 18 février, une première série de mesures de la stratégie de lutte contre le «séparatisme islamiste». A quelques jours des élections municipales, «La ­Gazette» ouvre le débat sur les marges de manœuvre des élus locaux pour faire appliquer la laïcité lors du prochain mandat. Rencontre entre deux acteurs du sujet au quotidien.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A l’heure où le président Macron décline sa vision de la laïcité, quelles relations les maires doivent-ils entretenir avec les cultes ?

Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité : Les maires doivent respecter la loi de séparation des Eglises et de l’Etat de 1905. Celle-ci répond à certaines attentes des communautés religieuses. Elle permet, ainsi, aux maires d’aider à la construction de lieux de culte, grâce à des outils tels que le bail emphytéotique administratif, ce qui est opportun pour les nouvelles religions en croissance, comme l’islam et les églises évangélistes. Il s’agit d’un système bricolé qui ne satisfait pas notre sens cartésien, mais cela fonctionne.

François Pupponi, député (SE) du Val-d’Oise, ancien maire et candidat de Sarcelles : Il y a la théorie, la loi et la pratique. Et c’est très compliqué. Le maire est livré à lui-même. Depuis longtemps, j’appelle à un cadre républicain pour savoir ce qui est autorisé ou non. D’autant que la pression est de plus en plus forte, notamment en matière de lieux de culte. En France, on souffre d’une certaine schizophrénie. D’un côté, on accepte de moins en moins les financements étrangers, de l’autre, on ne veut pas des deniers publics !

Quand le communautarisme devient-il un problème ?

F. P. : Le communautarisme a toujours existé. Les personnes appartiennent à des communautés d’origine de lieu, de religion… et elles se regroupent ainsi. La question à se poser est de savoir s’il faut répondre aux revendications de ces communautés. Lorsque vous y accédez, on peut vous accuser de favoriser le ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La laïcité en débat : Jean-Louis Bianco face à François Pupponi

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement