Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fonction publique

Georges Tron défend « avec optimisme » la politique de réduction de la masse salariale

Publié le 24/05/2011 • Par Virginie Fauvel • dans : A la une, A la une emploi, France

Georges TRON, secrétaire d'Etat à la Fonction publique
Georges TRON, secrétaire d'Etat à la Fonction publique R. Bourguet
Conséquences de la politique la réduction de la masse salariale sur les administrations déconcentrées dans les départements et les régions, politique des rémunérations, gel du point d'indice, heures supplémentaires : face aux interrogations de la Mission d'évaluation et de contrôle de l'Assemblée nationale, Georges Tron a déroulé, le 24 mai 2011, en très haut débit, un discours rodé, qualifié "d'optimiste" sur la politique gouvernementale.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Non, tous les ministères n’ont pas été traités de la même manière : la Recherche et la Justice ont été mis de côté » tandis que « Bercy a dépassé la politique du 1 sur 2 pour atteindre 57% », établit George Tron justifiant en partie ce pourcentage par la mise en place de la procédure de téléchargement de la déclaration d’impôts.

Gros potentiel d’économie – Interrogé sur la situation du ministère de l’Education nationale en début d’audition, manifestement embarrassé par la polémique sur les 18 000 enseignants qui ne sont pas en contact avec les élèves dans l’école primaire (1), Georges Tron attendra une relance de David Habib (PS) en fin d’audition pour répondre.
« Nous sommes dans une démarche de responsabilité collective et l’Education nationale représente plus de 60 milliards d’euros du budget annuel », a-t-il rappelé avant d’évoquer « la réflexion qu’il y a à mener autour de ces 18.000 emplois ».  Il y a là, selon lui,  « un gros potentiel d’économies » qui permettrait de « compléter la recherche des gains de productivité ».

Plus d’inéquité au niveau de l’échelon départemental – Les conséquences – « mauvaises » selon Bernard Derosier, membre de la MEC – sur les administrations déconcentrées dans les départements et les régions ont aussi été discutées.  » On ne fait pas de réforme de cette nature sans qu’il y ait de frictions », a rétorqué le secrétaire d’Etat. « Toutefois, il faut bien reconnaître que la politique du 1 sur 2 crée plus d’iniquité au niveau de l’échelon départemental que régional, car c’est l’échelon de la proximité », a t-il reconnu.
« Nous veillerons à ce qu’il n’y ait pas de sentiment d’abandon », a-t-il assuré, visant surtout « l’ingénierie publique dans les territoires ruraux ».  Pour ce faire, il cite la REAT comme l’un des outils d’ajustement et des appréciations au cas par cas par les préfets.

Pas de rupture du cycle de la concertation – L’ autre question qui fâche, c’est la politique des rémunérations et, notamment, le gel du point d’indice pour 2012.
« Les accords de Bercy de février 2008 permettent, je n’oserais pas dire la négociation, mais du moins la concertation », a rappelé l’auditionné. « Cette année, nous n’avons pas réduit le cycle de la concertation – habituellement en 2 phases –  car nous n’étions pas dans le cadre de négociations pluriannuelles », s’est justifié le ministre avant de détailler les 3 grands leviers de la composition du pouvoir d’achat : 

  1. 53 % dû à la progression de carrière,
  2. 25 %  dû à des mesures catégorielles, telles que la réforme récente de la catégorie B dans le cadre du NES,
  3. et, pour les 25 % restants, à des mesures générales telles que le point d’indice, la  GIPA.

Par ailleurs, il rappelle que deux chantiers sont encore en cours :

  1. la réévaluation de l’indemnité de résidence,
  2. la mise en place d’un supplément familial de traitement « plus performant ».

Fusion des corps : objectif 230 d’ici 5 ans –  « Je note que vous ne mentionnez pas la pratique des heures supplémentaires comme étant un élément de la rémunération des fonctionnaires », lance un membre de la MEC.  » C’est un ajustement de la force de travail », rétorque George Tron, « mais en aucun cas il n’y aura de transformation en emploi pérenne ».

Enfin, sur les questions relatives à la GRH, le ministre fait état de :

  • la fusion de 680 corps à 380,
  • avec un nouvel objectif, d’ici 5 ans, d’atteindre les 230.

Logique d’harmonisation – Il mentionne également la mise en place de la PFR, qui doit être appliquée aux versants FPT et FPH depuis l’adoption de la loi du 5 juillet 2010 sur le dialogue social, la mise en place d’entretien personnalisés, le développement de la formation commune à plusieurs ministères et la la création prochaine d’un “corps interministériel à gestion ministérielle” (CIGeM) pour les attachés d’administration d’ici 2012.
Evoquant une certaine « la concomitance entre FPE et FPT », il assure que le gouvernement se veut dans une « logique d’harmonisation ». « Des textes communs aux trois versants de la fonction publique, comme celui qui a été adopté sur les contractuels, se généralisent », note Georges Tron.

« Le job est difficile », a admis le ministre en fin d’audition, « du fait de l’aléa lié à la difficulté de prévoir le comportement des agents, mais également du fait de l’utilisation partisane des chiffres ». Et « je ne voudrais pas que vous gardiez le souvenir d’une audition d’un optimisme trop patenté. Je sais que la RGPP peut générer des difficultés », a-t-il concédé.

Fondements de la politique du 1 sur 2

Entre 1983 et 2003, il y a eu  « une augmentation massive des effectifs dans la fonction publique », de l’ordre de 250.000 agents dans la FPE, et ce, alors même que « les transferts de compétences de l’Etat vers les collectivités avaient commencé ». Cette politique s’est donc fondée sur « cette augmentation substantielle du nombre de fonctionnaire et une fenêtre de départs à la retraite doublant entre 2010 et 2013 ».
Sans plus de précision, le secrétaire d »Etat a souligné qu’il fallait « anticiper une réflexion dès aujourd’hui car, à partir de 2014- 2015, les projections de départs à la retraite allait passer sous le seuil des 40 000 par an ».

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 lors d'un chat sur le Monde.fr fin avril 2011 Retour au texte

5 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Georges Tron défend « avec optimisme » la politique de réduction de la masse salariale

Votre e-mail ne sera pas publié

leeloo

24/05/2011 09h23

facile pour lui, il a un boulot etest plutôt bien payé !

logique

25/05/2011 03h45

pour faire vraiment des économies, il y a longtemps que je le répète, il suffit que l’on réduise de moitié le nombre de fonctionnaire dans chacun des grades, y compris de ceux sortant des grandes écoles, de leurs professeurs (qui ne font pas beaucoup d’heures…). Que l’on mette au concours de l’ENA, Polytechnique, Science Po, HEC, etc… la moitié des postes que le nombre existant actuellement ; (c’est eux qui émargent fort)…
La France n’a pas besoin d’un administrateur civil qui pond des bétises dans un ministère ; qu’il aille dans une préfecture avec le rang de sous-préfet, au lieu d’y mettre un capitaine de l’armée ou un commissaire de police (pas fait pour ça), ou un ingénieur du génie rural.
La France n’a pas besoin d’un énarque pour diriger une collectivité et avancer dans son grade d’origine…
101 députés sur les 577 sont fonctionnaires…
De plus, les primes au mérite (???) ça coûte énormément cher…
20 000 € pour un préfet qui obtient de bons résultats dans son département en matière de contraventions… (attention, ce n’est pas lui qui a fait le boulot, mais bien le flicard qui ne gagne pas autant, et qui se fait remonter les bretelles s’il fait pas de PV).
Quant à la GIPA, parlons-en ! celà fait plusieurs années que je la perçois (je suis au plafond depuis une dizaine d’années…) et cette année elle est moins importante que l’année dernière et même moins importante qu’il y a 2 ans… Alors, si c’est pour tout le monde pareil, ce n’est pas elle qui coûte.
Un ami me demandait si je connaissais la différence entre un énarque et un train.
Il me l’a donnée
Quand ils déraillent, le train, lui, il s’arrête ! ! !

DASYLAL

26/05/2011 08h04

Comment peut-on sacrifier nos enfants comme cela sans que ça ne fasse réagir personne? L’état organise le pillage de nos écoles au détriment des plus pauvres! Ceux qui ont les moyens trouveront toujours des écoles privées et payeront du soutien à domicile à leurs enfants, je ne m’en fait pas pour les enfants de ministres! Même mauvais on leurs ouvre des portes. Mais les autres? Plus de Rased, des listes d’attente interminables pour des suivis spécialisés à l’hopital, au CMPP, dans les consult spécialisées, à la MDPH et pour l’obtention des AVS…et maintenat 35 ou 40 par classe? Tout ça pour de soit disantes économies? On parle de nos enfants! Et plus tard, que deviendront les laissés pour compte? Des délinquants? Cela ne coute-t-il pas cher? C’est un calcul catastrophique et HONTEUX!

dudu

26/05/2011 03h22

si ils veulent faire des économies,ils n’y arriveront pas parce que c’est dans leurs portefeuilles qu’il faut qu’ils puisent : le fonctionnaire qu’ils suppriment, il faut le remplacer, parce que c’est celui qui produit et qu’on peut pas s’en passer et quand il est remplacé par un ouvrier du privé, ça nous coute plus cher parce qu’il faut dégager du benef pour les actionnaires (car c’est jamais des petites boites et tous nos politicars y ont des billes)

mariapia

26/05/2011 05h10

allez encore une couche ! s’il était vraiment honnête (mais là on doute un peu avec son affaire à lui) il chercherai un peu plus en profondeur : j’ai des exemples de cadre A, dans certaines filières, qui ont voiture de service, carte carburant, carte autoroute, bon salaire, indemnités de responsabilités (ben oui tiens, on est cadre A avec les fonctions qui en découlent et le salaire qui correspond mais à priori c’est pas suffisant) la voiture est utilisée pour faire plus souvent les trajets domicile/bureau que pour les interventions (oups, je l’ai dit) ou les petites courses, ou pour madame ou aller chercher les gosses à l’école. demandez à une personne de catégorie C comment il se débrouille ! quand on sait qu’il y a des fonctionnaires qui sont obligés de demander le RSA pour vivre, car le salaire ne correspond même pas au SMIC !!!

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement