Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • « Cette société cache en réalité une volonté de contrôle » – Diana Filippova, politiste

[ENTRETIEN] Numérique

« Cette société cache en réalité une volonté de contrôle » – Diana Filippova, politiste

Publié le 25/02/2020 • Par Laura Fernandez Rodriguez • dans : France

diana filippova
Fabien Calcavechia / La Gazette
Analyser les effets qu’a la technologie dans nos vies et décortiquer son instrumentalisation au service d’une idéologie néolibérale : dans son dernier ouvrage, « Technopouvoir, dépolitiser pour mieux régner » (Les Liens qui libèrent, 2019), Diana Filippova, dans la lignée des travaux sur le biopouvoir de Michel Foucault, se penche sur l’impact du numérique et des techniques.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Analyser les effets qu’a la technologie dans nos vies et décortiquer son instrumentalisation au service d’une idéologie néolibérale : dans son dernier ouvrage, « Technopouvoir, dépolitiser pour mieux régner » (Les Liens qui libèrent, 2019), Diana Filippova, dans la lignée des travaux sur le biopouvoir de Michel Foucault, se penche sur l’impact du numérique et des techniques. De la voiture, socialement très mal acceptée à ses débuts et qui a contribué à faire naître le crédit et l’étalement urbain ou, plus récemment, à la vidéosurveillance intelligente et à l’agrégation de quantité de données qui rendent l’homme prédictif et donc parfaitement « gouvernable »… Ces mécanismes et ces technologies sont « enfouis », au sens où l’on ne les voit pas. Leurs effets sont méconnus, et de toute façon, ils nous sont présentés comme des « boîtes noires » que nous ne sommes pas à même de comprendre.

Les technologies avancent aussi, masquées dans la modernisation des services publics où elles peuvent en réalité servir à légitimer leur démantèlement. Cheffe d’entreprise de l’agence de stratégie Stroïka, politiste et spécialiste des questions technologiques, engagée en politique – ancienne membre de Place publique et actuelle tête de liste dans le 7arrondissement de Paris, avec le soutien de la maire sortante Anne Hidalgo –, Diana Filippova estime que nous traversons un moment crucial, profondément politique : « Nous sommes passés d’une phase où les technologies nous enthousiasmaient à un désenchantement profond. » Dans son ouvrage, elle décortique le crépuscule de cette idéologie du progrès et invite à réinstituer certains rapports de force, notamment vis-à-vis des acteurs privés. Et à ramener enfin les technologies dans le débat public.

Pourquoi les acteurs publics devraient-ils se méfier du numérique et des technologies ?

Dans les années 2000, en France, on considérait que les collectivités étaient en retard en matière numérique. On donnait en exemple d’autres pays, à l’époque les Etats-Unis, on cite aujourd’hui l’Estonie. On reprochait aux agents d’être en retard sur le progrès technique, et maintenant, alors qu’ils adoptent cette transformation et cette religion de la technologie, certains discours critiques leur disent qu’ils se sont trompés, ce qui créé une dissonance cognitive dans leur esprit. Où est la vérité ?

Ma critique ne porte pas sur les personnes, mais sur un système, pour essayer de comprendre pourquoi il est accepté et présenté comme inévitable. Dans les collectivités, le fameux « tout numérique » s’impose à tous les échelons. La 5G, par exemple,

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Réagir à cet article
Prochain Webinaire

A l'heure du confinement, comment organiser le télétravail avec les agents du secteur public

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Cette société cache en réalité une volonté de contrôle » – Diana Filippova, politiste

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement