Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Grand âge

Prime « Grand âge » : les revendications font tache d’huile

Publié le 17/02/2020 • Par Catherine Maisonneuve • dans : A la Une RH, France, Toute l'actu RH

ehpad-personne-agee-retraite-dependance
Peter Atkins / AdobeStock
Les aides-soignantes hospitalières travaillant auprès des personnes âgées vont toucher une prime de 100 euros nets. Incontestablement une bonne mesure pour un métier peu attractif. Mais leurs homologues demandent une égalité de traitement et les employeurs privés et territoriaux qui peinent à recruter craignent une distorsion de concurrence… Et ne savent pas comment ils pourraient s’aligner.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Un décret du 30 janvier vient de créer la prime dite « Grand âge », annoncée le 20 novembre dans le cadre du plan d’urgence pour l’hôpital. « Elle a vocation à reconnaître l’engagement des professionnels exerçant auprès des personnes âgées et les compétences particulières nécessaires à leur prise en charge » dit le texte qui, toutefois, la réserve :

  • à la seule fonction publique hospitalière (FPH)  : établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), unités de soins de longue durée (USLD)… ;
  • aux seules aides soignantes exerçant dans ces structures – elles sont environ 80 000.

Son montant mensuel est fixé à 118 euros bruts par arrêté publié le même jour (100 euros nets, ndlr). Un montant appréciable quand on sait qu’une aide-soignante débute à 1 541,70 euros bruts dans la FPH.

Et pourquoi pas les autres ?

Mais Agnès Buzyn, ex-ministre des Solidarités et de la Santé, s’est à plusieurs reprises réclamée des travaux de l’ancienne ministre Myriam El Khomri sur l’attractivité des métiers du grand âge, unanimement salués par l’ensemble du secteur des personnes âgées. Rendant inévitables des revendications en tache d’huile…

Et pourquoi pas les autres agents « grand âge » de la FPH ? demande la Fédération CGT de la santé et de l’action sociale : infirmières, agents des services hospitaliers « dont la plupart sont soumis à des glissements de tâches de fonction d’aide-soignant » et auxiliaires de vie sociale.

Et pourquoi pas le privé ? demande la Fédération nationale des associations de directeurs d’établissements et services pour personnes âgées (Fnadepa) : « tous les établissements s’alarment du manque croissant de personnel depuis des mois, et l’attribution d’une prime dans le seul secteur public risque de siphonner les ressources des établissements privés et d’engendrer une rivalité malsaine entre les structures ».

Le public, c’est aussi la territoriale…

Et pourquoi pas les personnels travaillant dans les Ehpad territoriaux ou les services de soins aux personnes âgées? demande l’Interco CFDT dans un communiqué du 13 février : «ainsi selon qu’une aide-soignante travaille dans un Ehpad hospitalier ou géré par un centre communal d’action sociale (CCAS), seule la première pourra toucher cette prime, alors que les missions, et les actes exercés sont absolument identiques ».

Le syndicat a saisi Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics pour lui demander « que ce dispositif de reconnaissance salariale soit transposé aux agents de la fonction publique territoriale » – FO services publics et de santé l’a fait quelques jours auparavant en élargissant sa demande à une autre prime celle «d’attractivité territoriale» réservée aux soignants de la FPH exerçant dans Paris et sa petite couronne.

Pour rappel, les CCAS ( et CIAS) gèrent 700 Ehpad (environ 10% des Ehpad en France et 8% des places), 700 résidences autonomie, plus de 1000 services d’aide et accompagnement à domicile. Pris en étau entre leurs difficultés à recruter, leur souhait d’améliorer les conditions de travail et les rémunérations de leurs agents et leurs contraintes financières, les employeurs territoriaux se demandent comment ils pourraient s’aligner…

Suppression du concours

Car les difficultés de recrutement risquent de durer. En témoigne la baisse du nombre de candidatures au concours d’entrée des 484 instituts de formation des aides-soignants (Ifas) qu’une récente étude de la Drees confirme. A l’occasion d’une visite le 13 février à l’Ifas de Nanterre (92), Agnès Buzyn, qui était accompagnée de Myriam El Khomri, a annoncé la suppression du concours d’entrée dès septembre 2020 « pour lever un frein psychologique », ce que les employeurs publics et privés considèrent comme une bonne nouvelle.

Mais la formation initiale assortie d’un nouveau référentiel, passerait de 10 à 12 mois, ce qui n’en est pas forcément une… Cela ne sera-t-il pas dissuasif pour des élèves précaires financièrement? On peut le craindre à voir le profil des 26 200 de la promotion 2018 : 74% en reconversion professionnelle ou en retour à l’emploi et un âge moyen d’entrée en formation de 28 ans et 7 mois…

Une conférence nationale des métiers

Revenant au grand âge, Agnès Buzyn a une fois de plus renvoyé au projet de loi Grand âge et autonomie encalminé depuis plusieurs mois mais promis « à l’été 2020 ». Une conférence nationale des métiers du grand âge serait organisée dans la foulée pour « la mise en œuvre des initiatives qui ne relèvent pas de l’Etat mais qui nécessitent la mobilisation de toutes les parties prenantes, les collectivités, les partenaires sociaux et les fédérations ».

Mais ça, c’était avant son départ de l’avenue de Ségur et son remplacement au pied levé par Olivier Véran. Et d’ores et déjà, l’association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) demande la nomination d’un(e) ministre dédié(e)…

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Éradication du SARS-CoV-2 : le robot tueur qui décontamine l’air et les surfaces

de UV FLASH SERVICES

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Prime « Grand âge » : les revendications font tache d’huile

Votre e-mail ne sera pas publié

Swanysa

28/04/2020 05h10

C’est honteux…on fait le même travail que les aides soignantes, on fait des formations internes, on remplace et tant d’autres glissements de tâches et on a pas droit à la prime…..on a même plus envie de venir travailler. J’espère que les politiques vont réagir !!!!

Sylvie

28/05/2020 12h57

La prime Grand Age pour les aide soignants c’est bien, mais elle devrait également être donnée au Faisants Fonction aide soignants qui fond exactement le même travail avec un salaire inférieur et une prime de sujestion en moins.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement