Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

[Entretien] Parlement

« On peut élargir le nombre de collectivités soumises à la contractualisation »

Publié le 13/02/2020 • Par Cédric Néau Romain Gaspar • dans : A la une, A la Une finances, Actualité Club finances, France

800px-Laurent_Saint-Martin_député_du_Val-de-Marne
DR
Laurent Saint-Martin, député LREM et rapporteur général de la commission des finances à l’Assemblée nationale, dissèque pour la Gazette, quelques semaines après sa prise de fonction, les dossiers auxquels il compte s'attaquer concernant les collectivités.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Comment envisagez-vous ce poste de rapporteur général du Budget ?

Comme une vraie capacité à dialoguer avec tout le monde. Il faut avoir une relation de confiance avec l’ensemble des ministres mais aussi avec les administrations ; de co-construction également avec les députés, qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition. Et ce n’est pas toujours plus simple avec ceux de la majorité. Il y a aussi des oppositions internes à construire. Le rapporteur général s’oppose parfois à des députés de la République en Marche qui portent de beaux combats à cause d’incapacité budgétaire mais aussi parfois à cause d’une vision stratégique différente sur un secteur.

Vos prédécesseurs n’avaient pas toujours des relations très cordiales avec la direction du Budget. Comment l’envisagez-vous ?

J’ai de très bonnes relations avec Amélie Verdier, la directrice du Budget. Mon pari c’est qu’elles restent chaleureuses et en confiance. Je fais le pari que l’on peut faire le travail de contrôle sans y arriver manu militari. A ma prise de fonction, je ne vais pas vous dire que l’on va claquer des portes.

Comme votre prédécesseur, êtes-vous prêt à vous mettre parfois en porte à faux avec le gouvernement ?

Un rapporteur général ne peut pas fonctionner comme un robot qui donne un avis objectif. Les avis sont subjectifs. Le rapporteur général du budget c’est un élu, membre d’une majorité. Il participe à la fois au succès politique du gouvernement qu’il accompagne, mais il mène aussi ses propres batailles politiques. Il ne faut pas voir le rapporteur du budget comme une simple courroie de transmission entre gouvernement et parlement. Mais il a besoin d’une majorité avec lui.

Quels combats souhaitez-vous mener pour les collectivités ?

Il faut bien assurer l’existant. On a supprimé la taxe d’habitation (TH) pour 80 % des ménages. Je souhaite que l’on aille

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Santé : quand les collectivités reprennent la main

de La Rédaction de la Gazette des communes avec le soutien de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« On peut élargir le nombre de collectivités soumises à la contractualisation »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement