Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances

Centre. Budget 2009 : la ville de Tours augmente les impôts pour maintenir ses investissements

Publié le 14/01/2009 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Actualité Club finances, Régions

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

La ville de Tours (Indre-et-Loire) a voté, le 22 décembre 2008, son budget primitif 2009 qui s’établit à 258,1 millions d’euros contre 302,3 millions d’euros en 2008. Hors réaménagements de dette, ce BP est équivalent à celui de 2008. Les recettes de fonctionnement (186,1 millions d’euros) ne progressent que de 1,27% du fait notamment d’une quasi-stagnation (+1,13% et même +0,5% pour la DGF) des dotations de l’Etat alors que les ressources fiscales évolueront de 3,12%. Une évolution qui s’explique notamment par une augmentation de 3,5% des taux de la taxe d’habitation et de la taxe foncière. A «l’aube d’une année de contraintes pour les collectivités locales» le maire de Tours, Jean Germain (PS) a donc préféré augmenter la fiscalité plutôt que la dette.

Mais il a également choisi de comprimer les dépenses de fonctionnement qui ne progresseront que de 1,27% avec des charges de personnel (100 millions d’euros) en hausse de 3,3% alors que les crédits de fonctionnement des services vont diminuer de 0,9%. Au global, l’autofinancement diminue de 1,9 millions d’euros pour s’établir à 15,1 millions alors que l’épargne nette remonte à 3,9 millions d’euros contre 0,2 millions d’euros en 2008. Tout en maintenant ses dépenses d’investissements (71,9 millions dont 28 millions d’euros d’équipement) la ville qui a réaménagé sa dette l’an passé va réduire sensiblement son besoin d’emprunts (42,7 millions d’euros contre 90,2 millions d’euros). Cette baisse permettra de réduire, comme tous les ans, l’encours de la dette qui atteint 245 millions d’euros contre 284 millions d’euros en 1995. Le plan d’équipement de la ville prévoit 8,2 millions pour les sports, 13,6 millions d’euros pour l’aménagement et la voirie et plus de 8 millions pour la restructuration du réseau de bus. Tous ces investissements préparent le lancement du chantier du tram qui doit être mis en service en 2013.

Prochain Webinaire

A l'heure du confinement, comment organiser le télétravail avec les agents du secteur public

de La Rédaction de La Gazette

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Centre. Budget 2009 : la ville de Tours augmente les impôts pour maintenir ses investissements

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement