Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Développement durable

Une nouvelle feuille de route pour la ville durable

Publié le 06/02/2020 • Par Valérie Liquet • dans : A la une, France

CONGRES-forum-numerique-Denormandie
fabien calcavechia
– Le ministre de la Ville et du Logement Julien Denormandie a présenté, mercredi 5 février 2020 à la maison de l’Unesco, les 10 mesures qui constituent la nouvelle feuille de route du plan « ville durable », dont l’ambition est d’atteindre une ville neutre en carbone à horizon 2050.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

« Une ville durable, c’est plus qu’une ville construite avec des matériaux innovants : c’est une ville sobre en carbone, résiliente, et solidaire avec ses habitants », a déclaré Julien Denormandie le 5 février 2020 à la maison de l’Unesco à Paris. Il y intervenait dans le cadre de l’événement « Habiter la ville de demain » marquant les 10 ans du plan « Ville durable » lancé en 2008 avec le Grenelle de l’environnement, qui avait initié les démarches ÉcoQuartier et ÉcoCité.

A cette occasion, le ministre de la Ville et du Logement a présenté la nouvelle feuille de route du plan « Ville durable » qui doit permettre la neutralité carbone à horizon 2050, année où 70 % de la population mondiale vivra en ville. Aujourd’hui, si les villes n’occupent que 2% de la surface du globe, elles représentent deux tiers de la consommation mondiale d’énergie et émettent 80% du CO2. « L’actualité́ récente a également montré leur grande vulnérabilité́ aux inondations et aux canicules », a souligné le ministre.

Sobre, solidaire, résiliente et démocratique

Les 10 mesures de la nouvelle feuille de route « viennent compléter le travail que je mène au ministère depuis deux ans et demi », affirme-t-il. Il cite : la réglementation environnementale 2020, la revitalisation des centres-villes, le dispositif fiscal « Denormandie dans l’ancien », les ORT de la loi Elan, la possibilité d’encadrer les loyers du parc privé, l’accent mis sur la rénovation plutôt que sur la construction de logements…

S’il revendique cette vision de ville « sobre, solidaire et résiliente », , il se définit avant tout comme « artisan de la ville durable auprès des élus locaux ». La nouvelle feuille de route constitue ainsi un moyen d’accompagner les territoires en leur fournissant des outils et des moyens pour accélérer leurs projets. Ceux-ci étant naturellement différents selon les spécificités locales.

21 millions d’euros dédiés aux « fermes urbaines » en QPV

Julien Denormandie a ainsi, ce 4 février, donné des précisions sur l’appel à projets, annoncé par l’Anru le 24 janvier, en vue de la création de « 100 quartiers fertiles » dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), baptisés également « cités fertiles » ou tout simplement « fermes urbaines ». Piloté par l’Anru, cet appel bénéficie d’un financement dédié de 21 millions d’euros, dédiés au 30 premiers projets qui seront connus d’ici l’été. En tout 100 projets seront sélectionnés en plusieurs vagues. Cette mesure est la première de la nouvelle feuille de route. « Nous nous sommes fixés, avec Nicolas Grivel (NDLR : le DG de l’Anru) d’être les premiers agriculteurs urbains de France », a plaisanté le ministre.

La seconde mesure consiste dans l’expérimentation de « quartiers à énergie positive et à faible impact carbone ». En 2020 et pendant deux ans l’Ademe accompagnera 22 quartiers volontaires dans le cadre d’un Appel à manifestation d’intérêt (AMI), dans la lignée du projet européen « Positive Energy District », l’idée étant de préfigurer ce que pourrait être une future règlementation quartier bas carbone. Les projets retenus dans l’AMI bénéficieront de moyens humains (accompagnement par une AMO spécialisée, aide à l’ingénierie, boîte à outils, capitalisation des retours d’expériences…) Par ailleurs, le gouvernement entend simplifier et unifier toutes les démarches de ville durable dans le label EcoQuartier (mesure 3).

Exemplarité des aménageurs

Julien Denormandie a également insisté sur la mesure concernant l’ « exemplarité de l’Etat » (mesure 4). Les 14 EPA (Etablissements publics d’aménagement) devront ainsi atteindre un certain nombre d’objectifs de qualité environnementale à horizon 2022 : 50 % de leurs opérations devront intégrer des matériaux biosourcés ou géosourcés ; toutes les opérations devront réserver 20 % de leur surface pour la nature et/ou la reconquête de la biodiversité ; les espaces de parkings devront être transformés ou limités au profit de zones végétalisées.

Pour « rapprocher l’innovation des territoires » une « plateforme d’open-innovation entre collectivités et entreprises » sera ouverte en 2020 (mesure 5) et hébergée sur le site de l’association France Ville Durable. Cette association, dont l’objet est de fédérer les initiatives des acteurs de la ville durable (mesure 8) a officiellement été créée ce jour de la fusion du réseau Vivapolis et de l’Institut de la Ville Durable. Son président est le maire de Dunkerque Patrick Vergriete. Elle aura notamment pour ambition de promouvoir la « ville durable à la française » dans le monde, de soutenir les collectivités dans les rédactions des réponses aux (complexes) appels à projets européens et aura sans doute un rôle dans la construction de la feuille de route internationale de la France (mesure 10).

50 nouveaux « ateliers des territoires »

A signaler enfin que la lettre de mission prévoit de « démultiplier les ateliers des territoires » pour faire émerger les stratégies locales », via l’accompagnement de 50 nouveaux territoires. Le principe étant de mettre à des dispositions des experts et une méthode, auprès des élus et des acteurs d’un territoire, dans l’objectif de faire émerger un projet, qui sera mis en oeuvre dans le cadre du plan local d’urbanisme intercommunal. Lequel projet aura vocation à être mis en œuvre dans le cadre du PLUI, avec le soutien de la Banque des territoires, des EPF de l’Etat notamment, ou encore dans le cadre d’appels à projets. Par exemple, un AMI national sur la thématique des territoires en mutations économiques, piloté par le ministère, est programmé, dans la prolongation de l’AMI de 2019 sur les transitions écologiques.

 

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Une nouvelle feuille de route pour la ville durable

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement