Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Emploi

Centre. La grève des éboueurs de l’agglomération d’Orléans s’enlise

Publié le 14/01/2009 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Déclenchée le 26 décembre 2008, la grève des éboueurs touche toujours 6 des 22 communes de l’agglomération d’Orléans. Malgré la nomination du directeur régional du travail et de l’emploi comme médiateur, les négociations portant sur l’obtention d’une prime mensuelle de 100 euros net sont toujours bloquées. Mais de nouvelles rencontres entre élus et éboueurs CGT sont programmées en en fin de semaine.

Pour des raisons de «sécurité, d’hygiène et de salubrité», les villes d’Orléans et d’Olivet ont décidé de recourir à une société privée pour enlever les déchets dans les endroits les plus sensibles. L’association de commerçants du centre ville d’Orléans a également fait effectuer sa propre collecte dans les rues les plus animées.

Après l’arrêté signé par le maire d’Orléans le 12 janvier 2009, les premiers éboueurs privés, venus en particulier de Gien à 60 Km d’Orléans, ont commencé à intervenir le 13 janvier. Le conflit qui paralyse entièrement la collecte sur Orléans et sur les villes les plus peuplées de l’agglomération s’est quelque peu tendu le 13 janvier 2009 quand les éboueurs grévistes, soutenus par la seule CGT, ont déversé une grande quantité de déchets devant le siège de la communauté d’agglomération.

En réponse, la ville d’Orléans a décidé de porter plainte contre la CGT pour entrave et blocage de la voie publique. «Si on veut aller à l’épreuve de force, a estimé Serge Grouard maire UMP d’Orléans, alors on ira, mais il est hors de question de céder à cette prise d’otage perpétrée par 40 personnes».
La ville d’Orléans a déjà fait connaître qu’il n’était pas question de céder aux revendications des grévistes. Accorder une prime mensuelle de 100 euros à chaque agent «coûterait en effet 5 millions d’euros par an aux communes de l’agglo» dont 2 millions pour Orléans soit 4% du budget du personnel.

Thèmes abordés

marche online

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Centre. La grève des éboueurs de l’agglomération d’Orléans s’enlise

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement