logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/661947/la-concertation-sur-le-revenu-universel-dactivite-patine/

SOCIAL
La concertation sur le revenu universel d’activité patine
Isabelle Raynaud | Actu expert santé social | France | Publié le 06/02/2020

Sept mois après le début de la concertation, impossible de savoir à quoi ressemblera la future allocation. Les participants s'impatientent... et commencent à quitter la table.

revenu-universel-de-baseA quoi ressemblera le futur Revenu universel d’activité (RUA) ? La question se pose depuis l’annonce de sa création, en septembre 2018, par Emmanuel Macron. Les concertations ont commencé l’été dernier. Mais aujourd’hui, certains participants ont l’impression d’y voir encore moins clair qu’au commencement !

Les associations de personnes handicapées claquent la porte

La grogne s’est affichée au grand jour le 4 février quand, dans une tribune [1], quatre associations représentantes des personnes en situation de handicap ont annoncé quitter la concertation institutionnelle. « L’APAJH, APF France handicap, l’UNAFAM et l’Unapei refusent fermement une réforme qui viendrait dégrader les droits des personnes en situation de handicap et dénoncent le simulacre de concertation organisé depuis plus de 7 mois par le gouvernement, où leur parole n’est jamais entendue », écrivent-elles.

Dans un communiqué, les ministres en charge du dossier – Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes en situation de handicap, et Christelle Dubos, secrétaire d’Etat en charge la Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté – ont pris acte de la décision des associations. Sur l’intégration de l’Allocation adulte handicapé (AAH), le communiqué reprend les arguments maintes fois répétés : le RUA « vise à refonder notre système d’aides sociales pour le rendre lisible » ; « le principe [de l’intégration de l’AAH] n’est à ce jour pas acté » ; « le budget alloué aujourd’hui au handicap au titre de la solidarité resterait strictement destiné aux personnes en situation de handicap  » ; « qu’aucune obligation de reprise d’emploi ne s’appliquerait aux personnes en situation de handicap ».

D’autres y réfléchissent

Ces affirmations – notamment sur le fait que les contours du RUA ne seraient pas définis – ne convainquent pas. Et, à l’instar des associations de personnes en situation de handicap, d’autres se posent la question de continuer à participer.

POUR ALLER PLUS LOIN