Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club Éducation et vie scolaire

Education

L’enseignement des langues régionales n’est pas un droit fondamental

Publié le 20/05/2011 • Par Brigitte Menguy • dans : Actu expert Education et Vie scolaire, Actu juridique, France

Les langues régionales, et leur enseignement, ne relèvent pas d'un droit fondamental. C’est l'apport juridique de la décision du Conseil constitutionnel rendue le 20 mai 2011 via le mécanisme de la question prioritaire de constitutionnalité (QPC).

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Saisi par plusieurs associations alsaciennes, le Conseil constitutionnel s’est prononcé sur l’enseignement des langues régionales au sein des écoles.
Les associations demandaient au juge de déclarer l’article L. 312-10 du code de l’éducation contraire à la Constitution. Selon cet article, l’enseignement des langues et cultures régionales peut être dispensé tout au long de la scolarité selon des modalités définies par voie de convention entre l’Etat et les collectivités territoriales où ces langues sont parlées.
Or, les associations soutenaient que l’article 75-4 de la Constitution, parce qu’il reconnait l’appartenance des langues régionales au patrimoine de la France, impliquait un droit fondamental à l’enseignement des langues régionales.

Pas de droit ...

[60% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Club Éducation et vie scolaire

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Education et Vie scolaire pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Domaines juridiques

6 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club Éducation et vie scolaire

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’enseignement des langues régionales n’est pas un droit fondamental

Votre e-mail ne sera pas publié

henri

20/05/2011 08h45

J’aimerais alors savoir de quel DROIT on enseigne l’arabe …

jimili

21/05/2011 04h17

cela démontre nettement que notre république n’est pas en phase avec les valeurs européennes, ni avec celles nos pays partenaires qui appliquent ces principes fondamentaux, et encore moins avec les Valeurs que la France dit représenter et défendre!
Notre république est donc extrémiste, et reste comparables aux pratiques de l’Etat franquiste, Etat qui avait pris comme référence notre modèle centralisateur. C’est un maintien honteux.

Frantzl

23/05/2011 07h41

De quelles valeurs de la France parlez-vous ? Si ce sont celles de la Révolution, vous vous trompez, nous sommes en droite ligne dans l’esprit de cette révolution qui a voulu unifier la langue en imposant le français comme langue de la République, et en interdisant les langues provinciales. D’après vous pourquoi cette même République a supprimé les Provinces et créé les départements ? Pour couper avec le passé et unifier le Pays. La conscription et le service national ensuite ont été institués pour fondre les conscrits dans une même armée parlant la même langue.
Si vous êtes indigné par le Jacobinisme, revenez à la Monarchie qui respectait mieux les langues provinciales, et qui le fait encore, notamment en Espagne ? Blague à part, il y a sans doute des sujets plus importants pour son indignation. Et si vous êtes fonctionnaire, je vais vous pistonner pour une mutation en Alsace ou en Moselle. Quand vous vous serez senti bien étranger au milieu d’une population qui, au quotidien parle son dialecte, vous aspirerez à retrouver la langue de la République ! J’en parle d’autant plus à mon aise que ma famille est originaire de cette partie de la France.

youn kozh

23/05/2011 04h46

On tombe des nues ! une position digne des grandes dictatures , alors que les textes internationaux reconnaissent dans les droits fondamentaux le respect dues aux langues minoritaires, et leur enseignement
Va-t- on longtemps encore perpétrer dans ce pays ce crime contre l’humanité

frantzl

23/05/2011 05h40

Je crains que vous ne connaissiez ni le sens de dictature, ni celui de crime contre l’humanité. Retournez dans les nues qui vous permettront de masquer des réalités bien plus tristes. C’est en effet dangereux de tomber de si haut et mieux vaut planer pour certains que d’avoir les pieds sur terre. Demandez aux enseignants si il ne convient pas mieux de dépenser notre énergie à apprendre le Français à tous ceux qui résident en France. Ce sera le meilleur gage d’une bonne intégration aux vraies valeurs de notre pays. Si votre beau pays vous indigne à ce point vous pouvez aussi vous expatrier dans un pays qui respecte mieux les droits fondamentaux.

erdan

24/05/2011 02h13

En résumé la France c’est donc:
-Une seule langue.
-Un seul peuple.
-Un territoire « un et indivisible », et pourquoi pas « éternel ».
-voir même, un seul chef si j’en juge par notre régime présidentiel, unique en Europe si je ne m’abuse.
Il ne reste plus qu’à l’appeler « Frankreich ».

Commenter
Club Éducation et vie scolaire

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement