Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Libertés individuelles

Surveillance de l’espace public : jusqu’où les villes peuvent-elles aller ?

Publié le 04/02/2020 • Par Laura Fernandez Rodriguez Mathilde Elie • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

police-securite
© Christian Bellavia / Divergence
Les technologies utilisées à des fins de surveillance sont massivement apparues dans l’espace public. Les collectivités s’emparent de la vidéosurveillance, des capteurs sonores, de la reconnaissance faciale… non sans susciter le débat.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Cet article fait partie du dossier

Faut-il surveiller la safe city ?


«La safe city n’est pas la ville sécuritaire qui surveille. C’est une ville en capacité d’établir une alliance entre les hommes et les nouvelles technologies au service des politiques publiques. » A Marseille (862 200 hab.), l’adjointe (LR) au maire déléguée à la sécurité, Caroline Pozmentier, dessine les contours du tout récent observatoire big data de la tranquillité publique. Cette plateforme dédiée au croisement des données « pour rendre la politique de sécurité plus efficiente » a été développée par Engie pour 1,8 million d’euros.

A l’instar de la cité phocéenne, de nombreuses villes investissent pour se doter d’équipements dits « intelligents », en partenariat avec de grands groupes français et étrangers, mais également de jeunes pousses. Les coûts sont de fait très variables ...

[90% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Prévention-Sécurité

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club Prévention-Sécurité pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Surveillance de l’espace public : jusqu’où les villes peuvent-elles aller ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement