Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité civile

Sapeurs-pompiers : la prime de feu revalorisée, la grève suspendue

Publié le 28/01/2020 • Par Mathilde Elie • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France, Toute l'actu RH

manifestation pompiers 28 01 2020 Paris
facebook.com/unsa.sdis/
Sept mois après le début de leur grève, les sapeurs-pompiers ont obtenu ce mardi 28 janvier du ministère de l'Intérieur la confirmation de la revalorisation de la prime de feu de 19 à 25%. Leur Intersyndicale a annoncé la suspension du mouvement. De leur côté, les départements s'interrogent sur la traduction concrète de cet engagement pris par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Après sept mois de grève, est-ce le début d’une sortie de crise ? Pendant que les sapeurs-pompiers défilaient dans la capitale pour la seconde fois depuis le début du mouvement, l’Intersyndicale (CGT, FASPP-PATS, FO-SIS, CFDT-SDIS, UNSA-SDIS, SPASDIS-CFTC, Avenir Secours, CGE-CGC) a été reçue par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. A l’ordre du jour de cette nouvelle réunion place Beauvau, la revalorisation de la prime de feu de 19 à 28%, au cœur de leurs revendications. Pour rappel, celle-ci n’a pas été réévaluée depuis 1990.

Après plus de deux heures de réunion, les représentants syndicaux ont annoncé avoir partiellement obtenu gain de cause.

« Nous avons obtenu la revalorisation de la prime de feu à 25% », a confirmé André Goretti, président de la Fédération autonome (FASPP-PATS). Même si cela n’est pas à la hauteur de leurs attentes, les syndicats ont tout de même décidé de suspendre le mouvement à partir du 1er février.

Cette mesure était évoquée depuis plusieurs jours. Cela a été notamment le cas vendredi 24 janvier lors d’une visite du ministre à la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, comme le rappelle un communiqué publié le 28 janvier.
La FNSPF précise ainsi que Christophe Castaner s’est engagé à prendre un décret dans les prochaines semaines « tout en tenant compte des contraintes budgétaires des collectivités territoriales chargées du financement des services départementaux d’incendie et de secours à travers l’étalement de cette mesure sur une période de deux à trois ans, selon la volonté de leurs assemblées délibérantes ».

Une dépense de 80 millions d’euros pour les financeurs

Car au-delà de l’annonce, il reste effectivement la question du financement. Depuis le début du conflit, le ministre de l’Intérieur répétait à l’envi « ne pas décider pour ceux qui payent », tandis que les financeurs, départements et communes, affirmaient ne pas pouvoir répondre favorablement à la demande, faute de moyens.

« Cela représente pour les employeurs une dépense supplémentaire de l’ordre de 80 millions d’euros qui n’est, en l’état actuel, par supportable pour les employeurs », rappelle Olivier Richefou, président de la Conférence nationale des services d’incendie et de secours (CNSIS) et du conseil départemental de la Mayenne, joint par la Gazette. Plusieurs pistes ont déjà été étudiées pour parvenir à dégager des financements, notamment la revalorisation du montant des remboursements des missions de carences ambulancières assurées par les sapeurs-pompiers, ou l’augmentation de la fraction de Taxe spéciale sur les conventions d’assurances (TSCA) versées aux départements pour les financements des Sdis, sans succès.

Reste la possibilité de moduler la sur-cotisation perçue par la Caisse nationale de retraite des collectivités locales (CNRACL) pour l’intégration de l’indemnité de feu dans le calcul des pensions. « Concrètement, la CNRACL perçoit des cotisations sur les rémunérations des pompiers et sur la prime de feu. Mais il y a une sur-cotisation spécifique à celle-ci qui, à nos yeux, n’est pas justifiée, précise Olivier Richefou. Nous avons demandé à Bercy de moduler, voire d’annuler cette sur-cotisation ce qui permettrait de dégager une enveloppe de 40 millions d’euros pour les employeurs, et ainsi de financer cette mesure dans des conditions satisfaisantes. Nous attendons aujourd’hui un retour sur ce sujet. »

Départ à la retraite à 57 ans

Lors de sa visite à la Maison des sapeurs-pompiers de France vendredi 24 janvier, le ministre de l’Intérieur a également abordé la question des retraites. Christophe Castaner a confirmé « l’inscription dans le projet de loi de dispositions garantissant le droit pour les sapeurs-pompiers professionnels à un départ anticipé à l’âge de 57 ans, ainsi que la conservation de la bonification de leur temps de service dans la limite de cinq années sous la forme d’une sur-cotisation de leur employeur », selon le communiqué de la FNSPF.

Thèmes abordés

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Sapeurs-pompiers : la prime de feu revalorisée, la grève suspendue

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement