logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/660307/a-paris-la-taxe-sur-les-livraisons-a-domicile-fait-son-chemin/

DÉVELOPPEMENT DURABLE
A Paris, la taxe sur les livraisons à domicile fait son chemin
David Picot | A la Une finances | Actualité Club finances | France | Publié le 03/02/2020

Discutée au Parlement, la création d’une taxe sur les livraisons à domicile est aussi évoquée par les candidats parisiens.

Livreur poussant un chariot avec des cartons

« A l’échelle du Grand Paris, les flux d’e-commerce pourraient quadrupler d’ici à 2030. L’augmentation du trafic de véhicules de livraison serait alors plus importante que la réduction de la circulation routière que nous visons à travers le Grand Paris et notre plan vélo… » Le 18 novembre 2019, dans nos colonnes, Jean-Louis Missika, adjoint à la maire, chargé de l’urbanisme, du développement économique et de l’attractivité, mais aussi président du mouvement Paris en commun, rampe de lancement de la candidate socialiste Anne Hidalgo, sonnait l’alarme.

Points relais

Deux mois et plusieurs dizaines de milliers de livraisons plus tard, le sujet s’est immiscé dans la campagne des municipales de la capitale. Dans une tribune (1) [1] publiée le 25 novembre 2019 dans « Le Monde », Jean-Louis Missika et Ariel Weil, maire (PS) sortant du 4arrondissement et réinvesti pour Paris centre, profitaient du Black Friday pour afficher leur volonté d’appliquer le principe du pollueur-payeur, dans le secteur de l’e-commerce. Ils exhortaient l’Etat « à autoriser les collectivités à créer une écoredevance qu’elles pourront imposer sur la livraison à domicile afin de faire payer aux acteurs de l’e-commerce le coût réel des externalités négatives qu’ils induisent dans la ville ».

« Mais, explique Ariel Weil, nous sommes assez contraints en matière de fiscalité locale. Nous en appelons aux parlementaires afin qu’ils nous aident à protéger les villes. C’est à cet échelon que cela se joue et que cela va se jouer. » A l’Assemblée nationale, la députée (LR) de l’Orne, Véronique Louwagie, est persuadée « qu’à l’image du débat au niveau national qui a abouti à la taxe sur les Gafa, nous y viendrons à l’échelon local ». Dans le cadre des projets de loi de finances pour 2019 et 2020,

POUR ALLER PLUS LOIN