Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Territoires
& Talents

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Territoires et talents

Cet article vous est proposé par CD de l'Hérault

La PMI de l’Hérault recrute des médecins

Publié le 27/01/2020 • Par Territoires et Talents • dans : Contenu partenaire

Bus_PMI 2
Cambon Christophe
Interview de Anne Alauzen, directrice de la Protection Maternelle Infantile, DGA des solidarités départementales

La PMI est une direction centrale importante du Conseil départemental de l‘Hérault.

Nous avons 74 agents à la direction centrale et 120 agents au sein des Maisons départementales des solidarités. Ces derniers sont des médecins, des sages-femmes, des infirmières puéricultrices et des infirmiers qui interviennent dans les consultations, les crèches et les centres PMI, ainsi que lors de visites à domicile…

Quels sont les axes développés par votre direction ?

La PMI relève des missions obligatoires du Conseil départemental. Nous avons, comme tous les Départements, en PMI, des missions de planification et d’éducation familiale (accès à la contraception, IVG, prévention de la santé sexuelle des jeunes, etc.), de suivi médical des grossesses (2 à 3 000 grossesses suivies chaque année), de traitement des modes d’accueil de la petite enfance (5600 assistantes maternelles, 600 accueils de loisirs maternels, 360 EAJE et une soixantaine de projets d’ouverture) et traitons sur le plan épidémiologique, des données de santé. Nous avons un axe fort d’actions de prévention en direction des familles avec enfants jusqu’à 6 ans (consultations de pédiatrie et vaccinations, visites en écoles maternelles, suivi des prématurés à domicile…). Nous apportons aussi notre concours aux missions d’aide sociale à l’enfance.

Avez-vous mis l’accent sur un point particulier ?

Oui, sur le volet infantile. Nous avons une cinquantaine de points de consultations infantiles et un bus de consultation itinérant où des binômes médecin/puéricultrice suivent sur rendez-vous, le développement des enfants. Nous disposons de 70 lieux de permanences de puériculture, où les familles peuvent venir sans rendez-vous. Nous intervenons enfin dans toutes les écoles maternelles privées et publiques : nous suivons 24 500 enfants par an en petite et moyenne section, et 90 % des enfants de 4 à 5 ans bénéficient d’un bilan de dépistage !

Quelle est la spécificité du territoire ?

L’Hérault connait une forte pression démographique. Beaucoup de parents ont du mal à trouver un mode de garde adapté à leurs besoins. L’offre collective en crèche est globalement insuffisante. En zone rurale, il y a une inadéquation entre l’offre et la demande avec beaucoup d’assistantes maternelles mais moins de besoins et à Montpellier par exemple, où la demande est forte, les assistantes maternelles sont réparties de façon inégale selon quartiers. Nous menons un travail partenarial avec la CAF pour mieux répondre aux besoins.

Plusieurs postes de médecin PMI cadre ou de terrain à pourvoir

Avez-vous du mal à recruter ?

Oui. Notre action auprès des familles repose sur un maillage territorial, avec 15 services territoriaux de PMI. Or, nous manquons de médecins cadres responsables des services territoriaux de PMI. Sept postes de médecin cadre sont à pourvoir. Ces chefs de service ont une fonction clinique mais sont aussi responsables d’une équipe de santé et doivent monter des projets de santé publique. Nous recherchons des médecins expérimentés qui, au-delà de leurs compétences techniques, ont une appétence pour le travail d’équipe, en réseau, le montage de projets. Les candidats doivent être intéressés par le domaine médico-social.

Vous manquez aussi de médecins en PMI…

Une dizaine de postes sont vacants sur les 41 postes de médecins PMI. Nous recherchons des profils de généraliste ou pédiatre. Les médecins de santé publique avec une expérience clinique peuvent aussi intégrer la PMI. Une orientation gynécologique est un plus. Mais nous ne sommes fermés à aucune candidature. Nous recrutons des médecins de la fonction publique comme des médecins libéraux. Il n’est pas nécessaire d’avoir le concours de médecin territorial pour postuler. Et les contractuels peuvent d’emblée signer un contrat de trois ans. Enfin, nous proposons, si besoin, au démarrage ou en cours de poste, un tutorat et un programme de formations complémentaires.

Qu’est-ce qui peut donner envie à un médecin de rejoindre votre service ?

Nous avons la chance de travailler sur le domaine de la prévention primaire et secondaire. Nous sommes dégagés de la notion de soin et du rapport à la maladie ou à la mort qui peuvent être très pesants au quotidien en cabinet ou à l’hôpital. Notre quotidien est axé sur le développement des compétences. Nous travaillons aussi avec la difficulté sociale, le handicap… Il y a un volet très humain : nous aidons des personnes parfois vulnérables ou très précaires, à reprendre pieds. C’est une source de satisfaction au quotidien.

Quelles perspectives proposez-vous en termes d’évolution de carrière ?

Nos médecins ont accès à de nombreuses formations continues (troubles du neuro développement, troubles du spectre autistique, dépistages des troubles langagiers, colloques pédiatriques, pathologies et grossesse, ..) qui leur ouvrent de nouveaux horizons.
Les contractuels peuvent bénéficier d’une préparation au concours de médecin territorial et ainsi, à terme, intégrer la fonction publique territoriale avec un déroulement de carrière plus attractif.

Le rythme de travail peut aussi séduire…

C’est un vrai plus. Nous ne travaillons pas le week-end, nous n’avons pas de garde, les journées se terminent plus tôt… Nous bénéficions aussi d’un régime de RTT (1/2 journée par semaine ou un jour tous les 15 jours ou deux jours par mois) et de 30 jours de congés payés, ainsi que d’un ou deux ponts offerts dans l’année. Le rythme est moins contraignant qu’à l’hôpital ou en médecine libérale, et il y a aussi bien moins de charges administratives et financières.

Les offres d'emploi de CD de l'Hérault TOUTES LES OFFRES

Commentaires

La PMI de l’Hérault recrute des médecins

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement