Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Open-data

Au Sénat, un «hackathon» sur les finances locales

Publié le 27/01/2020 • Par Alexandre Léchenet • dans : A la Une finances, Actualité Club finances, France

EPDUS2IX0AAXzMM
Direction du Budget - Twitter
Experts en finances locales, data-scientists, développeurs et citoyens se sont réunis pendant deux jours au Sénat pour améliorer la pédagogie et la transparence autour des finances des collectivités territoriales, grâce aux données ouvertes.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Il fallait bien deux jours complets pour se familiariser avec les autres participants, mais surtout avec la matière : les finances locales. Les 24 et 25 janvier, une centaine de personnes ont bûché ensemble au Sénat sur le sujet dans le cadre d’un hackathon – marathon de codes et données –  dont l’objectif était de produire des prototypes. Plusieurs institutions et organisations avaient proposé pour cela des défis à réaliser. La Cour des comptes autour de ses recommandations, l’Assemblée nationale à la recherche d’un simulateur des effets d’un amendement sur les dotations ou un particulier souhaitant se concentrer sur les dépenses en numérique.

Pour l’occasion, plusieurs partenaires avaient mis en ligne en amont des données et se tenaient à dispositions des participants pour répondre à leurs questions (DGFiP, OFGL, DGCL, Assemblée nationale, Sénat…), sous l’égide d’Etalab, notamment en charge de la stratégie open-data de l’Etat. La journée, protocole oblige a commencé par un défilé des officiels. Vincent Eblé, président de la commission des finances du Sénat : «La complexité de la fiscalité locale ne doit pas faire peur, c’est ce qui fait l’utilité de votre présence ici.» Jean-René Cazeneuve, président de la délégation aux collectivités territoriales de l’Assemblée nationale : «Les données sur les finances locales, bien qu’accessibles, sont méconnues du grand public.» Ou encore Guillaume Robert, directeur du service des collectivités locales à la DGFiP : «Nous suivrons avec intérêt et gourmandise les produits de vos travaux.»

Pédagogie

Contrairement à bien d’autres hackathons, le taux de cravate n’a pas baissé après le départ du protocole : dans la salle il y avait moins de sweats à capuche, traditionnellement associé au développeur, que de costumes-cravates. Cela n’a pas empêché de voir tout le monde se mettre au travail, organisés en groupes diversifiés, avec des experts en finances locales, des développeurs, des data-scientists ou de simples citoyens volontaires. Un groupe a ainsi travaillé sur un convertisseur des fichiers TotEM (qui existent au format XML chez chaque collectivité, assez peu intuitif) vers un format lisible par les tableurs (le csv). L’idée du défi, à l’invitation OpenDataFrance, étant de faciliter leur prise en main par les citoyens et leur mise en forme, mais aussi d’encourager les collectivités à publier leurs fichiers TotEM, ceux-ci étant très rarement publié, malgré leur exhaustivité. Aujourd’hui, seuls le département de Gironde et la ville de Montreuil (Seine-Saint-Denis, 106 691 habitants) font l’effort de les mettre en ligne.

Un autre groupe s’est penché sur la collecte des ratios publiés par les collectivités locales dans leurs comptes administratifs. «On souhaite faire une page lisible présentant les ratios pour les citoyens mais aussi les élus», explique Matthieu Rouveyre, travaillant à l’Université de Bordeaux sur les finances locales et également élu local à Bordeaux et au département de Gironde. Un des objectifs est de comparer les chiffres annoncés avec des calculs réalisés grâce aux données ouvertes. «Tout le monde ne prend pas les mêmes chiffres, poursuit M. Rouveyre. La population ou les strates changent selon les collectivités, on va parfois du simple au double. Certaines collectivités veulent s’arranger avec les chiffres, d’autres ne savent tout simplement pas faire…» Leur objectif, à terme, est de réduire le coût des services publics, en proposant des ratios intelligents permettant aux collectivités d’identifier des bons élèves à suivre.

Ouverture

Pour ce groupe comme pour d’autres, la présence d’experts et partenaires a permis d’avancer sur leurs projets avec des conseils avisés. Et pour les partenaires, l’avantage était double. Thomas Rougier, le secrétaire général de l’OFGL est plutôt satisfait de l’exercice : «Notre objectif est de produire des données pour qu’elles soient réutilisées. Si nous ne sommes pas là pour assumer les résultats des différents travaux, les questions qu’on nous a posées ont été utiles. Le hackathon a fait progresser l’ensemble des partenaires sur la documentation sur les données.»

L’événement s’est terminé par une présentation rapide, chrono en main, des dix-septs projets et un défilé d’officiels. Certains travaux seront approfondis, notamment par le biais du programme d’entrepreneurs d’intérêt général d’Etalab. En 2018, le prédédent hackathon avait permis de pérenniser LexImpact, outil à destination notamment des députés pour anticiper les effets des modifications législatives sur les citoyens et l’impôt.

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Au Sénat, un «hackathon» sur les finances locales

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement