Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Municipales 2020

Sécurité : les candidats sous pression

Publié le 23/01/2020 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

plaine-vallee-agglo
PLAINE VALLEE AGGLOMERATION
La sécurité s’impose comme la préoccupation numéro 1 des électeurs pour les municipales de 2020, à en croire un sondage Odoxa publié en décembre. Lors d’un colloque à Sciences Po, le 22 janvier 2019, le politologue Jacques de Maillard est revenu sur l’impact des précédents scrutins dans l’essor de la vidéosurveillance et le recours à une police armée. Morceaux choisis.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Professeur de science politique à l’université Versailles/Saint-Quentin en Yvelines, Jacques de Maillard fait partie des rares spécialistes de la sécurité locale. Ce 21 janvier 2019, il est intervenu lors d’un colloque organisé par Patrick Le Lidec dans le cadre du centre d’études européennes et de politique comparée de Sciences Po. Au coeur de cet échange, une question-clé : « Les élections municipales changent-elles l’action publique ? ». L’occasion pour Jacques de Maillard de revenir sur le poids de la sécurité dans la campagne actuelle, mais aussi sur l’influence des contextes locaux, plus que des étiquettes politiques, dans le développement de la police municipale.

Remake de 2001

« Les questions de sécurité sont au centre des attentes des électeurs pour ces municipales de 2020. Selon un sondage Odoxa (Pour CGI, France Info et la presse en région), elles figurent en tête des thématiques prioritaires (47 %) devant l’environnement (35 %). On retrouve la configuration de 2001 où la sécurité avait été à l’origine de basculement de municipalités de gauche à droite. Cela s’était traduit ensuite par la multiplication par deux des effectifs de la police municipale à Orléans et une augmentation de 40 % à Aix-en-Provence. »

Tous pareils ?

« Les polices municipales sont passées de 5 000 agents en 1984 à 22 000 aujourd’hui. Depuis les attentats de 2015, plus de 50 % d’entre elles sont armées, contre 37 % auparavant. Presque toutes les 60 plus grandes villes du pays disposent d’un système de vidéosurveillance. Signe des temps, Anne Hidalgo, qui s’était opposée à une police municipale lors de sa campagne de 2014, y est désormais favorable. A Saint-Denis, le candidat Génération-s fait campagne autour d’une police municipale armée qui aurait mandat de lutter contre le trafic de drogue. A Levallois, la tête de liste sans étiquette issue du Parti Socialiste propose d’augmenter les effectifs, déjà très étoffés, de la police municipale de 20 unités. Cependant, il existe encore des polarisations. Dans les communes de plus de 10 000 habitants, 24 euros par habitant sont consacrés à la sécurité dans les villes de droite, contre 16 euros chez leurs consœurs de gauche. Les villes de droite disposent d’une caméra pour 2 000 habitants, contre une pour 5 000 dans les villes de gauche. »

Match Lyon-Grenoble

« Lyon et Grenoble qui étaient deux villes PS en 2001 avec une grosse population de classes moyennes ont adopté des politiques aux antipodes. Là où la première a embrassé la vidéosurveillance, la seconde s’est montrée très réticente. Lyon a développé une police municipale armée avec un mandat affirmé de lutte contre la délinquance, tandis que Grenoble a opté pour un service non-armé placé sous le signe de la tranquillité publique. Cela tient à des configurations très différentes. La mairie, à Lyon a été sous la pression des commerçants de la presqu’île après des braquages à la voiture-bélier. Les médias locaux ont relayé ces plaintes. Cela n’a pas été le cas à Grenoble où le tissu associatif, très dense, ne s’est pas mobilisé sur ces questions. »

La ceinture rouge fait sa révolution

« Les villes communistes de la banlieue rouge étaient traditionnellement rétives à la police municipale. Pour elles, la sécurité était une mission régalienne de l’Etat. Elles accordaient la prime à la prévention, en faisant appel à des médiateurs sociaux. Mais sous la pression de leur population, Nanterre et Montreuil se sont dotées d’une police municipale. Les mairies communistes évoluent en Seine-Saint-Denis dans un marché extrêmement concurrentiel. Elles ne réussissent pas à embaucher des policiers municipaux. Elles recrutent des gardes urbains qui ont la couleur de la police municipale, le bleu et l’équipement de la police municipale, les gilets pare-balles, mais n’ont pas les pouvoirs des polices municipales. Dans les faits, ce sont des agents de surveillance de la voie publique. »

Clivage Est/Ouest

« Les grandes villes de l’arc de l’Ouest, Nantes et Rennes ont opté pour une police municipale non-armée assurant la tranquillité publique. Pourtant dirigée par la droite, la ville de Bordeaux a fait le même choix. Cela la distingue de Strasbourg, ville longtemps PS, qui dispose d’une police municipale armée. La sécurité est plus présente à l’Est qu’à l’Ouest. Je pense en particulier à Woippy (Moselle), où la police municipale, armée de pistolets 9 mm, équipée de gilets pare-balle et de 4 X 4, dispose d’une force de frappe bien supérieure à la police nationale et à la gendarmerie. »

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Sécurité : les candidats sous pression

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement