Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Fiscalité

Fiscalité économique : Jacqueline Gourault éteint l’incendie

Publié le 22/01/2020 • Par Cédric Néau • dans : A la Une finances, Actu experts finances, France

salon-des-maires-jacqueline-gourault
fabien calcavechia
Lors des vœux de l'association France Urbaine, la ministre de la Cohésion des territoires a assuré aux élus des métropoles qu’il n’était pas question de supprimer la contribution économique des territoires. Un soulagement pour des élus très remontés depuis qu’Emmanuel Macron a annoncé sa volonté de réduire les impôts dits "de production".

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Il était temps d’éteindre le feu. Venue « en amie » aux diverses cérémonies des vœux – ceux de l’Association des petites villes de France et de Villes de France le 21 janvier- Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, a dû jouer les pompiers gouvernementaux de service le lendemain, aux vœux de l’association France Urbaine, pour calmer la fièvre montante des élus locaux.

Le coup de chaleur des édiles a en fait été provoqué par la publication le 21 janvier, d’un article du journal Le Monde qui annonçait la volonté d’Emmanuel Macron de baisser les impôts dits de production dans le cadre d’un pacte productif, en mettant à contribution les collectivités territoriales.

Il n’en fallait pas plus aux élus pour attendre autre chose que des « marques d’amour » de la part de Jacqueline Gourault. Plutôt interdite lors des vœux des villes moyennes le 21 janvier au soir et « liée à la solidarité gouvernementale », elle est reparu le lendemain midi avec un message clair et net :

[70% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Finances

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Testez notre Offre Découverte Club finances pendant 30 jours

J’en profite

Cet article est en relation avec les dossiers

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Fiscalité économique : Jacqueline Gourault éteint l’incendie

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

23/01/2020 11h42

Bien que je ne partage pas le point de vue du Président de la R2publique sur un certain nombre de sujets, il faut bien avouer que dans certains cas, il a raison de vouloir faire entrer notre économie dans une nouvelle ère.

Sur ce point, les élus qui remettent en cause la position de l’Etat sur la nécessité de revoir la politique des charges des entreprises ne prennent pas en compte la guerre que se livrent les différents pays pour accueillir des entreprises. N’oublions pas enfin que ces élus pratiquent ce même type de concurrence en cherchant à développer les entreprises sur leur territoire!

Si le monde économique joue le jeu, baisser le coût du travail peut être bénéfique pour créer de l’emploi et réduire le nombre de demandeurs d’emplois. L’intérêt de cette réduction du nombre de chômeurs est immédiat:
– elle participe aux équilibres financiers de divers organismes (sécurité sociale, retraites, collectivités locales…),
– elle participe au développement économique des territoires et la création d’entreprises de proximité dont l’intérêt n’échappera pas aux élus (finances),
– elle redonne de l’espoir à une population (chômeurs) en souffrance,
– …

La question est donc la suivante: Pourquoi les collectivités locales ne participerait-elles pas à la réduction des charges immédiates pour en récolter les fruits à venir (nouvelles recettes)?

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement