Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[ENTRETIEN]

Pesticides : « Personne ne sait quelle distance il faudrait fixer pour l’épandage »

Publié le 28/01/2020 • Par Stéphanie Stoll • dans : actus experts technique, France

Ghislaine BOUVIER, chercheuse a l'ISPED
R. ESCHER/LA GAZETTE
« La Gazette » a interrogé Ghislaine Bouvier, chercheuse en santé environnementale à l'université de Bordeaux, sur l'épineux sujet de l'épandage des pesticides et ses dérives sanitaires. Eléments de réponse.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Depuis cet été, l’homme de la rue, comme l’édile communal, a un avis sur l’épandage des pesticides. Une bonne centaine de collectivités ont pris des arrêtés restreignant les épandages, des arrêtés systématiquement déférés au tribunal administratif par le préfet. Le sujet juridique est aussi un sujet économique, le principal syndicat agricole faisant valoir les entraves professionnelles que présentent ces arrêtés. La question posée par la réglementation, qu’elle soit locale ou nationale, est pourtant une question sanitaire : comment protéger les populations des risques liés à l’exposition aux pesticides ? Une problématique dont Ghislaine Bouvier a fait sa spécialité depuis quinze ans.

Que sait-on des contaminations de l’air aux pesticides ?

Les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air suivent les polluants réglementés liés au trafic. Depuis les années 2000, certaines mesurent localement les pesticides, de façon exploratoire et hors de toute obligation. Les pesticides sont ubiquitaires : ils sont partout. Certaines molécules peuvent être transportées loin, à plusieurs centaines de kilomètres. Il faut aussi prendre en compte les dépôts sur les surfaces et les sols car les pesticides sont des molécules semi-volatiles. Cela pose problème aux riverains.

Dans l’environnement intérieur des logements, où elles sont protégées des dégradations naturelles, certaines molécules persistent plusieurs mois. Comme les épandages de pesticides sont saisonniers, il faut répéter les mesures pour observer les variations. Il est également possible de relever les pesticides dans les fluides biologiques pour avoir des informations complémentaires.

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Pesticides : « Personne ne sait quelle distance il faudrait fixer pour l’épandage »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement