Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Ressources humaines

L’absentéisme progresse encore dans les collectivités

Publié le 18/05/2011 • Par Sylvie Fagnart • dans : A la une, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Silhouettes avec attaché-case en flou de bougé
PHOVOIR
Dexia Sofcap vient de rendre publique une note de conjoncture dévoilant les chiffres 2010 de son étude annuelle. Ils montrent une poursuite de la tendance à la hausse des arrêts maladie.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Nombre d’arrêts, nombre d’agents, gravité des motifs d’absence : tous les compteurs sont au rouge dans la territoriale. Selon la dernière étude rendue publique par l’entreprise de courtage en assurances auprès des personnels des collectivités et des structures hospitalières, le taux d’absentéisme atteint, selon la taille de la structure, 6 (collectivités de moins de 10 agents) à 11 % (collectivités de plus de 350 agents).

La tendance se poursuit : la durée des arrêts maladie a atteint : 

  • 22,6 jours en 2010,
  • contre 22 en 2009
  • et, surtout, 17 en 2001.

Le nombre d’arrêts maladie a, lui, augmenté de 16 % en 4 ans. L’évaluation de la gravité de ces derniers croît, lui aussi : + de 20 %.

Une population vieillissante – Quelques explications peuvent être avancées à ce phénomène, selon Dexia Sofcap.
Tout d’abord, la population de la territoriale vieillit, alors que, dans les métiers à dominante technique, les agents sont exposés à des conditions de travail contraignantes.

Par ailleurs, souligne l’organisme, « le cadre institutionnel du secteur public local fait face à des mutations importantes », telles que la montée en puissance du fait intercommunal, qui implique une redistribution des compétences, ou la réforme de la taxe professionnelle. A cela s’ajoute un contexte économique général toujours « maussade ».

Ces indicateurs ont été calculés en mars 2011 sur un échantillon de 331.500 agents répartis dans 18.100 collectivités assurées pour toutes les natures d’arrêt, précise Dexia Sofcap.

Même topo dans la FPH

En ce qui concerne la Fonction publique hospitalière, le nombre d’arrêts pour raison de santé a augmenté de 6% entre 2007 et 2010.
Comme pour la fonction publique territoriale, ce taux dépend de la taille de l’établissement:

  • 14% dans les établissements de moins de 50 agents,
  • 11% dans ceux comptant entre 50 et 99 agents
  • et 9% dans ceux comptant plus de 100 agents.

Là encore, les arrêts pour accidents du travail concernent davantage d’agents (+10%), plus souvent (26%) et plus longtemps (+18%).

L’état des lieux a été fait à partir d’un échantillon de 114.000 agents répartis dans 950 établissements assurés.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

5 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’absentéisme progresse encore dans les collectivités

Votre e-mail ne sera pas publié

webr

18/05/2011 09h08

Ne peut-on pas aussi mettre cette augmentation sur le dos du stress.
Moins de personnel, budget en constante réduction, charge de travail exponentielle. Bien évidemment le niveau de qualité du service rendu est dur à maintenir.

Garnier-FO

18/05/2011 09h42

et surtout Dexia dit que cela va continuer!
Le gouvernement poursuit la mise en place de la RGPP, les restructuration des hôpitaux, la remise en cause du temps de travail, encourage l’individualisme et la course à la performance…etc. Alors ce n’est pas une surprise! C’est un résultat! C’est une performance du système économique actuel.

Citoyen avant tout

19/05/2011 11h11

Aujourd’hui les édiles se font élire pour avoir le pouvoir de devenir des gestionnaires d’entreprises locales et non pour développer une politique (au bon sens du terme) au service du public.
D’où une pression mis sur les agents pour obtenir des résultats tout, en soi disant, rationalisant les moyens (surtout humains) ces derniers deviennent une ressource au même titre que la matière première.
Les agents sont devenus une variable d’ajustement ! Cela ne peut que se ressentir sur leur moral et leur santé !

ALIMAS

19/05/2011 03h22

(09A266A01). L’ABSENCE AU TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE EST-ELLE TRAITÉE COMME DANS LE PRIVÉ ? Le Haut Conseil pour l’assurance-maladie vient de révéler un avatar nouveau à l’exception française, défiant toutes les comparaisons internationales. Alors que dans tous les secteurs d’activité, l’absentéisme diminue avec la qualification des agents, nos fonctionnaires, avec une fréquence de 43 % d’arrêts maladie par an, contre 22 % pour les salariés du privé, dérogent à la règle générale. Cette statistique cache-t-elle le malaise profond d’une fonction publique en quête de sens ou un comportement abusif d’une part d’individus profitant (voire fraudant) le système ? En 2007, l’absentéisme était déjà deux fois plus important dans la fonction publique que dans le secteur privé ! Pourquoi ? L’ (IFRAP) : Institut Français de Recherche sur les Administrations Publiques, a publié en Février 2006, N°55 et en Mars 2008, N°78, page 14, dans son magazine Société Civile, une étude sur l’absentéisme dans la fonction publique. Les taux d’absentéisme ont surpris par leur ampleur dans les trois fonctions publiques : État, hospitalière et territoriale.

(09A266A02). COMBIEN COÛTE UN ARRÊT DE TRAVAIL JUSTIFIÉ OU INJUSTIFIÉ : AU SALARIÉ ? À LA SÉCURITÉ SOCIALE ? À L’ENTREPRISE ? À LA DÉPENSE PUBLIQUE ? Les abus de quelques-uns contribuent à déliter les devoirs et les droits du plus grand nombre. Contrairement au privé, la fonction publique ne comptabilise pas les absences justifiées ou pas, eût égard au statut d’emploi à vie. Pourquoi le délai de carence des (IJ) : Indemnités Journalières, est de trois jours pour le civil et de zéro jours pour le public ? Pourquoi les absences ne sont-elles pas prises en compte dans l’évolution des carrières et le montant des primes et retraites ! Combien coûte un arrêt de travail justifié ou injustifié : Au salarié ? À la sécurité sociale ? À l’entreprise ? À la dépense publique ? Depuis 2002, les Français détiennent le record d’Europe de l’absentéisme au travail, avec un taux de 4,5 %. Une conséquence paradoxale de l’instauration des 35 heures, qui impose des périodes de travail plus stressantes. On constate aussi une différence importante entre les employés de la fonction publique (8,4 %) et du secteur privé (3,7 %). Sources : Valeurs actuelles 3728 Mai 2008 page 34.

(09A266A03). L’ABSENTÉISME MESURE L’ALTÉRATION DE LA PRÉSENCE ; LE PRÉSENTÉISME EST LE FAIT D’ÊTRE PRÉSENT. L’absentéisme est une conduite qui se caractérise par des absences régulières du lieu de travail ou d’études (absentéisme scolaire, appelé couramment «école buissonnière»). On définit l’absentéisme par la répétition et la durée des absences sur une période donnée. L’absentéisme est déterminé par l’insatisfaction vis-à-vis du travail et de ses conditions mais aussi par la santé, la situation familiale, l’implication dans les activités hors travail, les pressions de l’organisation ou l’éthique personnelle.

(09A266A04). LES CAUSES SONT DIVERSES ET MULTIPLES. Arrêt de travail pour maladie, arrêt de travail pour accident, arrêt de travail pour maternité, arrêt de travail pour formation professionnelle, arrêt de travail pour délégation syndicale, autorisation d’absence, jour de congé exceptionnel, etc. … Le taux de présentéisme représente le nombre de présents effectifs rapporté au nombre de présents attendus. Ce taux est le complémentaire à 100 % du taux d’absentéisme (c’est-à-dire que la somme de ces deux taux vaut 100 %). Le sur présentéisme est le fait de faire des heures supplémentaires sans être payé. Il concernerait plus de 50 % des salariés français.

974

20/05/2011 06h12

à la Reunion, département d’outre mer, la plupart des arrêts maladie son liés au déplacement abusif, au bon vouloir de la collectivité. Au changement politique

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement