Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fonction publique territoriale

Peut-on saisir le comité médical pour vérifier l’inaptitude d’un agent ?

Publié le 16/01/2020 • Par Léna Jabre • dans : Réponses ministérielles, Réponses ministérielles RH

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Réponse du ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales : Le service de médecine préventive a pour mission d’éviter toute altération de l’état de santé des agents du fait de leur travail, notamment en surveillant les conditions d’hygiène du travail, les risques de contagion et l’état de santé des agents.

En application de l’article 14 du décret n° 85-603 du 10 juin 1985 relatif à l’hygiène et à la sécurité du travail ainsi qu’à la médecine professionnelle et préventive dans la fonction publique territoriale, le service de médecine préventive conseille l’autorité territoriale, les agents et leurs représentants en ce qui concerne l’adaptation des postes, des techniques et des rythmes de travail à la physiologie humaine.

L’article 24 précise que les médecins du service de médecine préventive sont habilités à proposer des aménagements de poste de travail ou de conditions d’exercice des fonctions, justifiés par l’âge, la résistance physique ou l’état de santé des agents.

Lorsque l’état de santé d’un fonctionnaire territorial ne lui permet plus d’exercer normalement ses fonctions et que les nécessités du service ne permettent pas d’aménager ses conditions de travail, le fonctionnaire peut être affecté dans un autre emploi de son grade après avis de la commission administrative paritaire.

L’article 1 du décret n° 85-1054 du 30 septembre 1985 relatif au reclassement des fonctionnaires territoriaux reconnus inaptes à l’exercice de leurs fonctions prévoit que l’autorité territoriale procède à cette affectation après avis du service de médecine professionnelle et de prévention, dans l’hypothèse où l’état de ce fonctionnaire n’a pas rendu nécessaire l’octroi d’un congé de maladie, ou du comité médical si un tel congé a été accordé.

Quant au comité médical, aucune disposition réglementaire ou législative ne prévoit expressément sa saisine pour statuer sur l’inaptitude alléguée par un agent qui ne sollicite pas un congé de maladie.

Cependant, rien ne s’oppose à ce qu’une autorité administrative sollicite l’avis d’un organisme consultatif sans y être légalement tenue.

Dans ce cas, la Cour administrative d’appel de Marseille a précisé, dans un arrêt n° 00MA00555 du 27 mai 2003, que cette consultation devait respecter les règles de procédure applicables comme le caractère contradictoire de la procédure.

Domaines juridiques

1 Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Peut-on saisir le comité médical pour vérifier l’inaptitude d’un agent ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Nico22

17/01/2020 07h40

Bonjour,
Il est vrai que certaines dérives inhérentes aux dysfonctionnements en chaine de la prévention sont constatées. Les ordres donnés à un médecin pour l’utilisation de données de santé détournées du contexte de la prévention, desservent directement l’agent visé.
Le cloisonnement des acteurs rendent illisibles les mesures de sécurité pour la QVT par défaillances d’information puis d’accompagnement en santé au travail.
Les agents visés par ce type de protocole et se retrouvent ainsi sous contraintes par mésusages de la sécurité: par provocation d’accidents imputables au service, maladies et exclusion:
1,par réorganisation de service imposée ;
2. Incitations répétées au départ ;
3. Mobilités géographiques et/ou fonctionnelles forcées ;
4. Surcharge de travail, la pression des résultats ou à l’inverse l’absence de travail ;
5. Contrôle excessif et intrusif ;
6. Attribution de missions dévalorisantes ;
7. Absence d’accompagnement et de soutien adaptés des ressources humaines ;
8. Formations insuffisantes voire inexistantes ;
9. Isolement des personnels ;
10. Manœuvres d’intimidation voire des menaces et dégradations matérielles
11. Diminutions de rémunérations.
12. exclusion de droits à la prévention

Par expérience vécue et pour information publique à la suite de mauvais traitements supportés depuis de longues années dans une collectivité publique par le biais de l’inaptitude contourné.

Cordialement

Nico 22

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement