Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Editorial] Réforme territoriale

Péché « Capital »

Publié le 17/01/2020 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

capital
Adobestock
N’en déplaise aux apprentis magistrats de la Cour des Comptes de M6, la réduction des frais généraux ne peut servir d’unique boussole au service public.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Deux cents millions d’euros. Le montant du surcoût des fusions de région a été répété à satiété dans le premier numéro de l’émission « Capital » de l’année, le 12 janvier sur M6. A une heure de forte audience, il est entré dans bien des têtes… Le drame, c’est qu’à aucun moment, ou presque, il n’a été comparé au budget total des régions, de l’ordre de 30 milliards d’euros. Soit donc une dépense supplémentaire de 0,66 %, un chiffre qui n’a absolument rien de déshonorant au regard des statistiques du privé.

Surcoût inévitable

Une fusion entraîne fatalement, ici et là, des alignements de salaire par le haut et quelques doublons. Elle génère toujours un peu de dépense au début. Mais elle ne doit être jugée qu’à l’aune du temps long. Et, surtout, n’en déplaise aux apprentis magistrats de la cour des comptes de M6, la réduction des frais généraux ne peut servir d’unique boussole au service public. L’aménagement du territoire est inscrit dans l’ADN des régions.

Dans les grands ensembles comme l’Occitanie ou le Grand Est, l’égalité entre les citoyens exige des relais de proximité. Les représentants de ces petites entités ont vocation à se rencontrer régulièrement pour mettre en musique les plans pour les transports, les dispositifs en faveur de l’apprentissage, les mesures d’aide aux entreprises. Tout cela a également un coût, bien sûr.

Train de retard

Mais c’est précisément sur cette question de l’harmonisation des politiques publiques que se situe l’angle mort de l’enquête de « Capital ». Les nouveaux grands ensembles ne sont pas parvenus à dégager un intérêt commun entre les entités qui les composent.

Leurs schémas régionaux d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires se résument trop souvent à une synthèse entre les différents documents antérieurs (lire notre dossier p. 30). Ils ont un train de retard sur les mutations économiques et numériques en cours. Si elles veulent se montrer dignes des ambitions que la réforme territoriale a placées en elles, les grandes régions vont donc devoir mettre le turbo. Loin, très loin du clapotis télévisuel.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Péché « Capital »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement