Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Santé

Les élus locaux mis en cause lors de l’épidémie de gastro-entérite

Publié le 10/01/2020 • Par Stéphanie Stoll • dans : actus experts technique, Régions

quiberon2
CC BY-SA 2.0/ Thomas Conté
Est-il juste d’incriminer les élus locaux quand une épidémie de gastro-entérite s’étend aux élevages ostréicoles et empêche la commercialisation des coquillages depuis le 18 décembre ? Tel est le reproche de 300 ostréiculteurs qui manifestaient, le 8 janvier, devant le siège de la communauté de communes Auray Quiberon Terres Atlantiques. Décryptage.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

A quelques jours des fêtes de fin d’année, le 18 décembre, les préfectures d’Ille-et-Vilaine et du Morbihan ont interdit le ramassage et la commercialisation des coquillages des baies de Quiberon et du Mont-Saint-Michel en raison de leur contamination par le norovirus qui cause la gastro-entérite. En début de semaine, les mêmes interdictions ont été prises par les préfectures de Charente-Maritime et de la Manche, avant que 300 manifestants travaillant dans les parcs à huîtres ne se réunissent, le 8 janvier, devant le siège de la communauté de communes Auray Quiberon Terres Atlantiques (Morbihan, 24 communes, 86 000 habitants). Ils ont réclamé la démission de son président, l’ancien député Philippe Le Ray et le dessaisissement de la collectivité au profit de l’Etat.

« Les élus du Morbihan ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes, Club Techni.Cités

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Thèmes abordés

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les élus locaux mis en cause lors de l’épidémie de gastro-entérite

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement