Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Terrorisme

Hommage à Clarissa Jean-Philippe : la police municipale de Montrouge se souvient et se reconstruit

Publié le 08/01/2020 • Par Judith Chetrit • dans : A la Une prévention-sécurité, Actu prévention sécurité, France

clarissa
@christianguemy
Le 8 janvier 2015, cette policière municipale de 26 ans tombait sous les balles du terrorisme. Face aux élus et aux policiers de la commune, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a rappelé le “sens de l’honneur” de Clarissa Jean-Philippe “emportée par la haine, par la barbarie”.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

 

Moins incarnant et imposant que les anciens locaux de Charlie Hebdo ou l’épicerie Hypercacher, c’est un simple bout de bitume sur une route départementale qui, chaque année depuis le 8 janvier 2015 au matin, se transforme en un lieu de rassemblement.

Au-delà des gerbes de fleurs qui ont été déposées, deux plaques commémoratives se font face pour rappeler la mémoire de Clarissa Jean-Philippe, sur l’avenue Pierre-Brossolette qui sépare Montrouge de Malakoff. Cinq ans après, autant le maire de la ville des Hauts-de-Seine, Étienne Lengereau, que le ministre de l’Intérieur ont souligné l’exemplarité et le dévouement au travail de cette brigadière de 26 ans, assassinée à bout portant le 8 janvier 2015 par Amedy Coulibaly en pleine intervention sur un banal incident de circulation. “Face aux balles, il n’y a pas d’uniforme qui compte. Il n’y a que le courage et le sens du devoir”, affirme Christophe Castaner. A une dizaine de mètres d’eux, une rue de quelques numéros a été rebaptisée en son nom.

Castaner Montrouge“26 ans, ce n’est pas un âge pour mourir. C’est un âge pour agir et vivre. Elle incarnait la France dans toute sa jeunesse et sa ferveur”, souligne le ministre de l’Intérieur, accompagné du secrétaire d’Etat Laurent Nuñez. “Un symbole de la vocation” pour ce métier où “ils sont en première ligne pour assurer la sécurité des citoyens”, abonde Étienne Lengereau qui rappelle que quatre jours après sa mort, la policière martiniquaise devait recevoir son diplôme pour être titularisée. En fin de discours, celui-ci a également mentionné le courage de deux agents de voirie qui étaient présents ce jour-là : Eric Urban, gravement blessé et Laurent Jeannel qui avait réussi à désarmer l’assaillant.

Dans le public composé d’une soixantaine de personnes, figurent le préfet des Hauts-de-Seine, Pierre Soubelet, la maire de Malakoff, Jacqueline Belhomme, des parlementaires et des élus des collectivités ou encore l’ancienne secrétaire d’Etat chargée de l’aide aux victimes, Juliette Méadel, également candidate aux prochaines élections municipales à Montrouge. Mais aussi des policiers et des ASVP de la police municipale de Montrouge, désireuse de se montrer unie et mobilisée durant la minute de silence et la Marseillaise après le traumatisme de la mort de leur ancienne collègue.

Reconstruire l’équipe

“Après l’attentat, des personnes sont parties. C’était difficile pour l’équipe. Il y a eu des recrutements et nous sommes au nombre maintenant de vingt”, confie un brigadier qui préfère rester anonyme et avait travaillé avec Clarissa Jean-Philippe. Très ému, il voit en sa présence ce matin une nécessité pour “montrer que l’on pense à elle et que l’on n’oublie pas”.

Après l’arrivée d’Hommage Clarissa Montrouge 1un nouveau directeur en 2018 “pour reconstruire une équipe” marquée par des arrêts maladie à répétition, la police municipale forte de treize recrutements supplémentaires a emménagé dans de nouveaux locaux disposant également d’un centre de surveillance urbaine. “Une condition du recrutement de ce directeur a été aussi l’armement”, se remémore le maire. Chose faite depuis les six derniers mois avec la formation des agents au port d’armes.

Une décision qui apparaît comme emblématique alors que les événements dramatiques de 2015 avaient relancé le débat sur l’armement et la protection des policiers municipaux en France par rapport à leurs homologues de la police nationale. Cinq ans après, en plein déploiement de la police de sécurité du quotidien, les questions de sécurité locale et d’équipement des policiers, sans qu’il n’en ait été mention lors de la cérémonie, sont dans les esprits de beaucoup à l’approche de la prochaine campagne électorale.

Thèmes abordés

Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste
Prochain Webinaire

Club RH : Comment rendre sa communication interne efficace ?

de La rédaction avec le soutien du CNAS et de la MNT

--
jours
--
heures
--
minutes

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Hommage à Clarissa Jean-Philippe : la police municipale de Montrouge se souvient et se reconstruit

Votre e-mail ne sera pas publié

Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement