Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fonction publique

Réforme des retraites : veillée d’armes dans la fonction publique territoriale

Publié le 08/01/2020 • Par Véronique Vigne-Lepage • dans : A la une, France

MANIF  EMPLOYES TERRITORIAUX GRAND AUCH
PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXP
Appel des territoriaux à la mobilisation, boycott par certains syndicats de la première réunion pénibilité spécifique à la fonction publique, dissensions au bureau du CSFPT... L'heure est plus que jamais à la crispation autour de la réforme des retraites.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

L’agitation est à son comble dans la fonction publique, cette semaine, autour de la réforme des retraites. Une réforme que le gouvernement a annoncé vouloir examiner en conseil des ministres dès le 24 janvier, pour une mise en débat accéléré à l’Assemblée nationale du 17 au 28 février.

Le 7 janvier, l’intersyndicale de la fonction publique territoriale (CGT, FA, FO, Snuter et Sud-Solidaires) a ouvert le bal en diffusant un « Appel aux agents territoriaux ».
Objectif : mobiliser titulaires et contractuels des collectivités pour qu’ils participent aux mouvements massifs auxquels appellent les fédérations pour le 9 puis le 11 janvier. La CGT Services Publics a même rédigé un appel spécifique lancé aux agents et salariés des offices publics de l’habitat, qui relèvent, eux aussi, de la CNRACL et de l’Ircantec.

Les territoriaux, assurent ces appels, « feront partie des grands perdants  de cette réforme si elle se met en place ».

Argumentant notamment sur la faiblesse – voire l’absence – de

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne

Cet article est en relation avec les dossiers

1 Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Réforme des retraites : veillée d’armes dans la fonction publique territoriale

Votre e-mail ne sera pas publié

HERMES

09/01/2020 09h38

Le Président de la République a été élu pour procéder à une réforme des retraites. Pour cela, il tient de la légitimité du Peuple. Mais au cours de sa campagne il a tracé les lignes directrices de cette dernière et il faut avouer que celle mise en place par son Gouvernement s’éloigne largement des engagements pris.

Il est donc de bon aloi que le Peuple (souverain) manifeste sa désapprobation à la mise en place de cette loi. Le rôle des organisations syndicales est de participer activement aux différentes réunions de travail mais à la condition que le processus ait bien pour objet une négociation et non pas comme on le voit « d’amuser » la population.

On pourrait penser que le Gouvernement s’inscrit dans une démarche nouvelle, autoritaire et avec l’envie d’en découdre: comme j’ai le pouvoir, je décide seul de ce qui est bon pour le Peuple.
Mais à bien y réfléchir, tel n’est pas le cas!
Par le passé, de nombreuses lois ont été adoptées alors que le Peuple n’était pas d’accord et comme aujourd’hui, il l’a manifesté avec force. Il en est aussi souvent ainsi au sein des collectivités locales avec les agents.
Qui n’a pas entendu un jour un élu indiquer que lui seul, et pas ses agents, avait été élu par le Peuple?
Qui n’a pas entendu un représentant de la majorité dans une collectivité dénigrer les propositions de l’opposition en lui indiquant qu’elle n’était pas majoritaire?

Je ne sais pas comment nous allons sortir de cette situation. De toute façon, elle laissera des traces!
Il est temps que nos représentants comprennent que pour mettre en place des mesures contraignantes il faut aussi une réelle concertation, sans attendre des manifestations et autres mesures coercitives.

Cet épisode (plus que malheureux) devrait servir de leçon à nos représentants pour qu’ils développent une nouvelle politique qui prendra plus en compte d’abord les minorités dont celles élues au sein de leurs instances et pour qu’ils appliquent plus strictement les seules mesures pour lesquelles ils ont reçu mandat du Peuple lors de leur campagne.
Pour les mesures qui n’avaient pas été présentées avant l’élection, il existe une solution simple: solliciter le Peuple: le référendum.

Ceux qui ont décidé de se présenter aux élections locales de ce mois de mars pourraient très utilement lire les 30 propositions d’ANTICOR… et les prendre en compte.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement