Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fin du cumul des mandats

Parlement : la nouvelle stratégie d’influence des associations d’élus

Publié le 10/01/2020 • Par Jean-Baptiste Forray Romain Gaspar • dans : France

Le Sénat
Sénat
Marginalisées au début de la mandature à l’Assemblée nationale, les associations d’élus locaux peuvent toujours compter sur le Sénat. Dotées de staffs parlementaires qui ont été étoffés avec le non-cumul, elles ne veulent pas être considérées comme des lobbys.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

C’est une petite révolution qui n’a pas fini de produire ses effets. La fin, en 2017, des députés maires et autres sénateurs présidents de conseil départemental prive les associations d’élus locaux de relais directs au Parlement. Une limitation du cumul des mandats renforcée au Palais Bourbon par l’irruption, au lendemain du sacre d’Emmanuel Macron, d’un nouveau personnel politique souvent peu au fait des us et coutumes des collectivités territoriales. Ainsi, des députés marcheurs issus du monde de l’entreprise parlent du « chiffre d’affaires » des communes. « Ils ont avec les élus locaux des réflexes du type “eux, c’est eux, nous, c’est nous” », souligne le politologue Patrick Le Lidec. « En agriculture, comme dans les affaires publiques, le hors-sol, ce n’est jamais bon », persifle la sénatrice d’Ille-et-Vilaine Françoise Gatel (UDI).

Un tableau qui mérite cependant d’être nuancé à mi-législature. Chez les pensionnaires de LREM à l’Assemblée nationale figurent de vrais spécialistes des territoires, comme les anciens premiers magistrats de Naves (Corrèze), Autun et Grand Bourgtheroulde, Christophe Jerretie (lire ci-dessous), Rémy Rebeyrotte et Bruno Questel. Dans le lot, on repère même des « maires bis ». Des édiles qui ont conservé leur bureau et leur pouvoir d’influence dans leur hôtel de ville.

Parmi les requêtes, la création d’une délégation

« Les mandats locaux restent présents dans les cœurs et les têtes de nombre de députés », relève Patrick Le Lidec ...

[80% reste à lire]

Article réservé aux abonnés

Gazette des Communes

Mot de passe oublié

VOUS N'êTES PAS ABONNé ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Je m’abonne
Réagir à cet article
Prochain Webinaire

Télétravail : comment protéger la santé des agents

de La Rédaction avec le soutien de MUTAME

--
jours
--
heures
--
minutes
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Parlement : la nouvelle stratégie d’influence des associations d’élus

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement