Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Etat civil

Rectifications en cas d’usurpation d’identité

Publié le 16/05/2011 • Par Delphine Gerbeau • dans : Réponses ministérielles

La rectification d'un acte de l'état civil s'opère par apposition d'une mention venant préciser l'indication telle qu'elle aurait dû figurer : cette mention rectificative s'ajoute à l'indication erronée.

Ma Gazette

Sélectionnez ce thème et créez votre newsletter personnalisée

Les actes de l’état civil sont des actes authentiques, de sorte que leur modification par simple effacement d’une indication n’est juridiquement pas possible.

C’est pourquoi la rectification d’un acte de l’état civil s’opère par apposition d’une mention, venant préciser l’indication telle qu’elle aurait dû figurer : cette mention rectificative s’ajoute à l’indication erronée et ne vient pas la remplacer. De même, en cas d’annulation de mention à l’état civil, une mention indiquant que la mention précédente est annulée est apposée, sans qu’il y ait effacement de la mention originelle.
En conséquence, le rétablissement d’un acte de l’état civil dans sa rédaction antérieure n’est pas envisageable.

Toutefois, afin de répondre aux préoccupations des victimes dans l’hypothèse où l’usurpation aurait donné lieu à l’apposition à tort d’une mention de mariage ou de pacte civil de solidarité, il est envisagé d’adresser aux procureurs généraux une circulaire, afin de leur demander de requérir que le dispositif de la décision d’annulation de l’union mentionne que celle-ci fait suite à une usurpation d’identité.

Ainsi, la mention marginale reproduira cette précision et aucune ambiguïté ne pourra résulter de la lecture de l’acte de l’état civil, ce qui permettra de restaurer son titulaire dans sa qualité de victime d’usurpation.

Domaines juridiques

Réagir à cet article
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Rectifications en cas d’usurpation d’identité

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement