logo
Adresse de l'article https://www.lagazettedescommunes.com/65649/les-cantines-marseillaises-seront-gerees-en-dsp-par-sodexo/

RESTAURATION COLLECTIVE
Les cantines marseillaises seront gérées en DSP par Sodexo
Caroline Garcia | Régions | Publié le 16/05/2011 | Mis à jour le 17/05/2011

La mairie de Marseille a fait le choix, le 16 mai 2011, d’une délégation de service public confiée à Sodexo pour l’un des plus gros marché européen de restauration collective.

C’est Sodexo qui délivrera les 42 millions de déjeuners avalés par les petits Marseillais durant les sept prochaines années. L’entreprise locale assure déjà ce service depuis 1993, avec un autre géant de la restauration collective, Avenance.

Mais la mairie a choisi de réunir les deux lots afin de bénéficier d’une proposition « plus avantageuse » de la part de Sodexo, désormais seul délégataire du service public depuis le 16 mai. Les élus de la majorité ont affiché fièrement le menu ce matin, avant le vote : des repas de qualité, prenant en compte toutes les recommandations nationales en faveur de santé et d’environnement et valorisant les produits garantis, tracés, labellisés, faisant une place au bio (30% des repas, au-delà des 20 % demandés dans le cadre du Grenelle de l’environnement). Le tout, à l’épreuve de contrôles rigoureux et réguliers.

La DSP privilégiée – De son côté, l’opposition a dénoncé le recours à la DSP, alors qu’un simple marché public aurait permis, selon certains élus, de mieux contrôler le service et d’envisager des évolutions dans les sept ans à venir. Le recours au bio est en outre pointé comme un « effet d’annonce » car les 30% affichés ne porteront pas sur les plats, mais sur les repas, ce qui signifie que le pain bio qui sera servi pèsera lourd dans ce pourcentage ambitieux.

Sodexo compte sur un chiffre d’affaires de 170 millions d’euros pour la totalité du marché. La mairie s’acquittera de son côté de 7,2 millions d’euros chaque année alors que les usagers règleront 14,6 millions d’euros par an. 1.000 enfants sont nourris gratuitement par la ville.

Avec ce nouveau marché, la municipalité annonce une économie de 5 millions d’euros sur les sept ans que Danièle Casanova, adjointe au maire en charge du dossier, prévoit d’utiliser notamment pour améliorer l’encadrement des repas des enfants. Avant de lancer une pique acerbe, à ceux qui regrettent que les cantines ne soient pas revenues en régie municipale, comme l’a fait Nice : « Il y a eu 45 jours de grève des cantines cette année. Dans ce contexte, avec un retour en régie, je ne suis pas sure que les enfants mangeraient ! »