Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Elus

Ces maires qui sont aussi attachés parlementaires

Publié le 03/01/2020 • Par Alexandre Léchenet Jean-Baptiste Forray • dans : A la une, France

senat-facade-nord-2
Le Sénat
47 maires cumulent leurs indemnités avec un salaire d'attaché parlementaire. Ils occupent ainsi un rôle-clé dans les petites entreprises politiques locales.

Ma Gazette

Sélectionnez vos thèmes et créez votre newsletter personnalisée

Voici plus d’une décennie qu’elle est attachée à la personne d’André Vallini. Amélie Girerd a suivi le grand élu PS dans ses diverses affectations. D’abord conseillère au cabinet du président du conseil général de l’Isère, puis assistante parlementaire au Sénat, elle a pris du galon quand son patron est entré au Gouvernement. Promue cheffe de cabinet du secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale en 2014, Amélie Girerd a conquis, cette même année, l’hôtel de ville de Renage. Une commune de 3 500 âmes située au coeur du fief d’André Vallini. Amélie Girerd est également entrée au conseil départemental de l’Isère ; elle forme un tandem au côté de l’inévitable André Vallini dans le canton de Tullins. Depuis 2017, la première magistrate de Renage est redevenue l’attachée parlementaire de ce proche de François Hollande.

Comme elle, huit autres maires sont non seulement élus au niveau intercommunal et conseillers départementaux mais également collaborateurs d’élus. Fabien Genet, par exemple, l’attaché parlementaire de Gérard Dériot, sénateur LR de l’Allier, est ainsi maire de Digoin, président de la communauté de communes du Grand Charolais et vice-président du Conseil départemental de Saône-et-Loire. Ou Renaud Averly, qui est tout à la fois maire, président de la communauté de communes du Pays Rethélois et vice-président du conseil départemental des Ardennes ; il est également l’attaché parlementaire à mi-temps en circonscription de Benoît Huré, sénateur LR des Ardennes, lui-même ancien président du conseil départemental.

Ce dernier, qui a accepté de répondre à nos questions, voit l’intérêt de travailler au Sénat. « Je suis assistant parlementaire à temps partiel. Je suis un ancien attaché territorial, et ce profil de technicien a plu à mon sénateur. Ça me permet de le remplacer à certaines réunions quand il est à Paris. Je l’aide aussi pour les textes sur les collectivités territoriales. Sans compter que ça peut contribuer à la connexion avec le tissu local. » Quant à la charge de travail, il assure ne pas compter ses heures : « En tout, je travaille 70 à 90 heures par semaine. Ma plus grosse charge, c’est celle de président de communauté de communes. Une commune de moins de 200 habitants ne demande pas le même planning qu’une ville de taille plus importante. Quant à la vice-présidence du conseil départemental, j’ai un domaine particulier sur lequel travailler, je suis présent aux commissions permanentes, aux Assemblées… »

Stéphane Domarchi, maire de Sant’Andréa-di-Cotone en Haute-Corse est lui également listé comme collaborateur de Joseph Castelli, sénateur de Haute-Corse et ancien président du conseil départemental. En 2016, Stéphane Domarchi a été mis en examen pour détournement de fonds publics : selon le Monde, les enquêteurs soupçonnent des emplois fictifs – dont son poste au Sénat – pour permettre à cet élu de garder son influence localement.

25 maires concernés au Sénat, 22 à l’Assemblée

En croisant les données du Répertoire national des élus et des informations publiées par le Sénat, nous avons comptabilisé 25 maires qui cumulent avec un poste d’attaché parlementaire au Sénat, à temps plein ou partiel (1). Ces collaborateurs de sénateurs ou sénatrices sont à la tête de communes assez diverses, allant de 60 à 38 000 habitants – la moyenne étant de 3 300 habitants.

A l’Assemblée nationale, il y a 22 maires qui sont également attachés parlementaires (2). Ils sont à la tête de communes de 4 374 habitants en moyenne, allant de 55 habitants à 12 269 habitants pour Olivier Lavenka, qui a succédé à son député, Christian Jacob, à la mairie de Provins (Seine-et-Marne) et qui est également président de la communauté de commune du Provinois et vice-président du département de Seine-et-Marne et même 55 816 habitants, pour le successeur de Michel Herbillon à Maisons-Alfort (Val-de-Marne), Olivier Capitanio, qui travaille avec son prédécesseur à l’Assemblée.

Entreprises politiques locales

Dimitri Doussot est, lui, monté en graine en Haute-Saône au sein de la petite entreprise politique dirigée par le sénateur et ancien maire LR de Vesoul Alain Joyandet. Toujours assistant parlementaire de ce dernier, le maire de Vauconcourt-Vernezain aurait bien aimé entrer lui-même au Parlement en 2017. Mais l’élu LR, ancien directeur de l’association des maires de la Haute-Saône, a été battu aux dernières législatives dans la circonscription jusque-là détenue par un autre ancien assistant parlementaire d’Alain Joyandet, l’actuel maire de Vesoul, Alain Chrétien.

A son image, certains de ces maires occupent ainsi un rôle-clé au sein des petites entreprises politiques locales qui ont prospéré avec la décentralisation. Dirigées par des grands élus, ces boutiques règnent généralement à la fois sur les principaux mandats de leur territoire et la cellule locale de leur parti, ces deux éléments se confortant l’un, l’autre.

Ainsi, le maire de Canteleu (Seine-Maritime, 15 002 habitants), Christophe Bouillon, député PS de la Seine-Maritime et président de l’Association des petites villes de France, a laissé son siège à Mélanie Boulanger, qui travaille également pour le député.

Si le sacre d’Emmanuel Macron a stoppé net la domination des professionnels de la profession de la politique LR ou PS au sein de l’hémicycle du Palais-Bourbon, certain ont donc trouvé refuge au Palais du Luxembourg.

Tel est le cas de la maire des Loges-en-Josas, dans les Yvelines, Caroline Doucerain. Cette ancienne collaboratrice de François Fillon a pris le chemin du Sénat au lendemain de la défaite de son mentor à la présidentielle. Elle occupe, au Palais du Luxembourg le poste d’assistante parlementaire et son patron n’est autre que le successeur de François Fillon à la tête de Force Républicaine, le sénateur de Vendée, Bruno Retailleau.

Rectificatif, le 21 janvier : dans une précédente version de l’article, nous avions indiqué qu’il n’y avait pas de collaborateurs de députés également maires, c’est une erreur. Nous avons donc rajouté la liste avec les 22 attachés parlementaires, et mis à jour l’ensemble de l’article.

Notes

Note 01 Le Sénat ne précise pas le type de contrat des collaborateurs des sénateurs et sénatrices, ni si ceux-ci sont au Palais du Luxembourg ou en circonscription. Retour au texte

Note 02 L'Assemblée nationale ne précise pas non plus le type de contrat des collaborateurs des députés et députées, ni si ceux-ci sont au Palais Bourbon ou en circonscription. Retour au texte

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI
marche online

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Ces maires qui sont aussi attachés parlementaires

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement